vendredi 13 juin 2014

La Grèce ancienne : La vie privée des hommes - Pierre Miquel.



Quatrième de couverture :


Comment vivaient les habitants de ce pays montagneux et morcelé ? Quelles ont été leurs croyances ? En quoi leur civilisation a-t-elle marqué aussi fortement le monde occidental ? Plongez dans la vie de vos ancêtres grâce à de superbes reconstitutions historiques illustrées et découvrez tous les détails de leur quotidien.

Collection dirigée par Pierre Miquel, professeur émérite de la Sorbonne.


Emprunt médiathèque.



Mon avis :

Seconde contribution au challenge « Grèce Antique », cette fois-ci avec un petit livre documentaire. La quatrième de couverture annonce « À partir de huit ans », cependant je ne pense pas qu'il faille s'arrêter à l'âge et penser que c'est un livre éducatif pour enfants car je pense que n'importe qui, peu importe son âge, peut apprendre des choses intéressantes dans ce bouquin.

Quand on entend « Histoire », en général on a tendance à penser à une série d'événements et de dates, mais ce n'est pas que ça. Les auteurs prennent comme cadre l'aspect social de la Grèce antique, et se rapproche plus du côté des hommes, des coutumes, des mœurs, et d’événements plus sociaux comme les différents métiers, la vie à la ville, le mariage, la religion, etc, au temps de la Grèce antique, ce que je trouve intéressant à exploiter. Plus que les événements historiques, j'aime apprendre comment vivaient hommes, femmes et enfants à cette période, les vêtements qu'ils portaient, comment s'éduquaient-ils, comment se déroulaient les pratiques matrimoniales ou religieuses, la vie à la ville, leurs divertissements, ce qu'ils cultivaient, et si l'on s'est inspiré de certaines choses au fil des siècles.


Image représentant la préparation d'un sacrifice pour
une cérémonie religieuse.


Et c'est très intéressant à feuilleter ! Dans de courts chapitres joliment illustrés, les auteurs abordent sept différents thèmes. Le premier chapitre est consacré à un exemple en particulier, celui d'Athènes. Ils nous exposent la vie à Athènes : Athènes telle qu'elle était au Ve siècle av JC. Avant d'être la belle et grande Athènes qui attira penseurs et artistes, Athènes était un espace réduit composé d'une population nombreuse qui s'entassait dans des maisons, qui n'avaient pas forcément toutes des fenêtres. La ville était mal alimentée en eau, les Athéniens se lavaient dans des bains publics. Les rues sont sales et tortueuses, les routes étroites, les détritus jetés dans les caniveaux et ramassés après par des esclaves mais mouches, rats et puces sont tout de même au rendez-vous.



Gravure d'un hoplite,
nom du soldat grec
Du côté des habitants, les plus riches donnent des banquets pour montrer leur prestige, leurs richesses, ils ornent leurs murs de mosaïques. La vie de la famille est placée sous l'autorité du père et suit des rites et des traditions, les enfants gardent leurs cheveux longs jusqu'à l'adolescence. Avant son mariage, la jeune fille abandonne aux dieux des objets de son enfance. Quand un enfant naît, la nourrice ou le père porte le nouveau-né autour du foyer afin de signifier qu'il est reconnu parmi les siens. Si c'est un garçon, on suspend une couronne d'olivier et une touffe de laine si c'est une fille. Les auteurs nous parlent aussi des Athéniens en tant que citoyens, et de la démocratie athénienne, soit un gouvernement du peuple par le peuple, une assemblée de citoyens nommée l'ecclésia, des magistrats composés d'archontes (pour les fonctions civiles) et les stratèges (qui commandent l'armée et la flotte). Dès son plus jeune âge, l'Athénien est initié à la vie civile et politique de la cité. Un citoyen qui ne prend pas part à cela est considéré comme inutile. 

Le second chapitre est consacré aux différents métiers : les marchands, qui font commerce à l'agora qui est le centre de la vie sociale, et y proposent leurs produits : la céramique, très prisée, les paysans proposent vin, huile, fromage, céréales, l'alimentation habituelle. La viande est rare et donc chère, mais le poisson est abondant et fort prisé des Athéniens, car les Grecs sont avant tout un peuple de la mer. Les artistes, très sollicités pour des temples, sanctuaires, monuments, des écoles d'art permettent de former peintres et sculpteurs mais l'éducation est pour tout citoyen d'Athènes. Son éducation commence à sept ans et s'achève à ses 18 ans : il doit apprendre à lire, écrire, compter, la musique et le chant, pratiquer plusieurs activités physiques. Ce sont généralement des esclaves ou des pédagogues qui font la classe mais des philosophes vont parfois de ville en ville partager leur savoir et enseigner. Le troisième chapitre nous parle de divinités et des différentes cérémonies religieuses comme les célèbres Panathénées en hommage à Athéna, déesse protectrice de la cité. Dionysos est aussi vénéré et on déroule en son honneur de grands concours de poésie, de tragédie, de comédie mais les autres dieux étaient également fêtés à Athènes, de sorte qu'il y avait des cérémonies toute l'année, les Athéniens cultivant aussi la passion du jeu et des loisirs : théâtre, équilibristes, jongleurs, musiciens, marionnettiste, chasse... les Athéniens ne manquaient pas de divertissement ! Les plus célèbres étant le théâtre, et les jeux du stade où tous les sales coups étaient permis !


(désolée pour la mauvaise qualité de l'image)
Les archers scythes tenaient des cordes, enduites de peinture rouge, près de l'Agora, lors de la réunion où les citoyens traitent des affaires de la cité. Le citoyen en retard devait enjamber cette corde et avoir des traces sur les vêtements, pour signaler les retardataires qui étaient alors obligés de payer une amende.



Le chapitre suivant parle, en quelques pages, des différentes ressources du Grec : ressources de la mer, ressources agricoles (souvent pauvre, la Grèce étant un pays essentiellement montagneux, il était difficile d'avoir des terrains agricoles), les ressources des mines, puis la monnaie. On passe ensuite au chapitre consacré à la guerre et cette fois-ci, les auteurs se penchent sur Sparte, réputée cité guerrière et très exigeante. Les jeunes Spartiates mobilisés subissent, de 18 à 20 ans, une formation intensive avant d'être incorporé dans l'armée où ils restent jusqu'à 30 ans. Les Athéniens subissent eux-aussi un entraînement poussés, même si la force d'Athènes est davantage sa flotte et le commerce. On en apprend aussi, dans ce chapitre, les différentes techniques militaires, l'équipement, les différents grades dans l'armée, le déroulement d'une bataille, le tout joliment illustré. Un dernier chapitre est consacré à l'Iliade et l'Odyssée d'Homère.

En résumé, un livre court mais intéressant, il ne faut pas s'arrêter à l'âge prescrit sur la quatrième de couverture car chacun, peu importe l'âge, peut y apprendre des choses intéressantes, surtout s'il s'intéresse à l'Antiquité grecque et, plus précisément, au côté plus "humain", davantage basé sur la société et la vie des individus de l'époque. Le tout joliment illustré et raconté de façon simple mais captivante.

Ce billet est une participation au :

4 commentaires:

  1. Ce livre a l'air très intéressant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il l'est, en plus il est assez court, pas de quoi se casser la tête, juste quelques heures de lecture pas plus, sauf si on lit thème par thème et pas tout d'un coup. Bon après, ce n'est pas "the" livre sur la société grecque dans l'Antiquité mais on apprend des choses intéressantes et les illustrations sont jolies et utiles si on veut bien se représenter comment c'était à l'époque.

      Supprimer
  2. il me semble que j'avais lu ce livre, adolescente, mais ça n'était pas la même couverture (elle était rouge avec des trirèmes, il me semble) ; c'est l'image avec les retardataires mis à l'amende qui m'a fait tilter !

    bref, effectivement, c'est un livre très intéressant, qui vulgarise intelligemment 'l'époque...
    et je confirme : on peut le lire à n'importe quel âge ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'image avec les retardataires m'a aussi fait tilter dans ce livre, mais c'est parce que mon professeur d'histoire grecque nous l'a montrée lors d'un cours pour illustrer ses propos x) mais il me semble que ce livre existe aussi dans une autre édition, il faudrait que je vérifie...

      Il n'y a pas d'âge pour la connaissance ;)

      Supprimer