vendredi 30 mars 2012

Les nouveaux contes des vampires (T.1) Pandora - Anne Rice.

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Couverturesdelivres2/Pandora.jpg

Du même auteur :

/ ! \ Challenge Histoire / ! \ / ! \ Challenge Fang's addict / ! \
/ ! \ Challenge Mythologies du monde / ! \



Quatrième de couverture :

Je suis une vampire. Bientôt deux mille ans. Pourtant, je me souviens, comme si c'était hier, de ma vie mortelle, de mes fantasmes d'adolescentes, de ma première rencontre avec Marius, de mon mari, de mes amants. Jamais je n'oublierai mes visites au temple d'Isis, les persécutions de ses adeptes, le début du cauchemar, ni les complots de la Rome d'Auguste, les trahisons, les massacres... Mon père assassiné sous mes yeux. La fuite à Antioche. L'espoir d'une nouvelle vie. Et toujours les rêves. Rêves où je me repais de sang. Rêves à la fois troublants et terrifiants. Rêves prémonitoires.


Mon avis : 


J'ai lu et terminé Pandora en une semaine, j'ai pris plus de temps qu'il n'en faut pour lire ce livre d'à peine 300 pages, mais je tenais à faire cette chronique aujourd'hui, demain étant le dernier jour pour le Challenge Fang's addict, j'aurais préféré lire un nouveau tome de la Communauté du sud, mais je n'en ai pas le temps. Tant pis, je clos donc ce challenge avec ma dernière participation : Pandora. Ma chronique sera sans doute moins longue comparée à celle du Sang et l'or (en même temps, Le sang et l'or compte au moins 600 pages), mais j'ai beaucoup aimé cette lecture, comme toujours Anne Rice a sû me captiver.


A la demande du vampire nouveau-né David (qui semble vouloir interviewer tous les vampires de la saga), Pandora - une vampire âgée d'au moins 1 000 ans - rédige son histoire sur un cahier. De sa vie de mortelle jusqu'à sa transformation en vampire puis de sa vie de vampire jusqu'à aujourd'hui. Seule fille d'une famille ne comptant que des garçons, Pandora fait pourtant la fierté de son père, brillant sénateur dans la Rome Impériale sous Auguste César. En sa compagnie et celle de son grand amour, Marius de Romanus, nous traversons toute la Rome jusqu'à Antioche dans l'Antiquité jusqu'à la montée en puissance du christianisme, de la persécution des chrétiens, de Dresdre du temps du Roi Soleil jusqu'aux années 1990. Je n'en révèle pas plus ! L'histoire de Pandora est certes moins riche que celle de Marius, elle reste intéressante, même si j'aurais préféré le roman plus long pour que l'auteur s'attarde plus sur certains moments de la vie de Pandora, qu'elle nous en révèle un peu plus, en particulier après que [ Pandora décide de quitter Marius ] car après cette partie, tout s'accélère jusqu'au moment où Pandora termine son récit, ce qui est fort dommage, j'aurais voulu en savoir plus, vivre les nombreux voyages et déplacements de Pandora, comment elle en est venu à connaître Arjunn, son enfant vampirique, ses regrets, ses sentiments au sujet de Marius. Certains éléments n'étaient pas assez exploités à mon goût.


Mais comme toujours, Anne Rice nous fait voyager dans le temps ! Et ici, on s'attarde sur l'Antiquité romaine. Pandora a longtemps vécu dans la Rome de l'empereur César Auguste. On vit dans cette époque, on assiste au style de vie des Romains qui aimaient festoyer (mais quand même, je dis beurk quand je lis ce qu'ils mangeaient parfois : des anguilles, des cervelles d'autruche ou de faisans, des calamars, le tout arrosé d'une sauce nommée garum), cultivant ainsi la gourmandise voire même la gloutonnerie, Pandora nous explique bien comment se déroulaient les banquets des romains, mais aussi combien ils adoraient sortir, participer ou assister à des cérémonies, des spectacles comme le cirque avec les gladiateurs ou les lions, les courses de chars, le commerce, les cérémonies religieuses... mais aussi les complots du Sénat et la liberté incroyable dont jouissaient les romaines à cette époque. Et comment oublier les nombreuses mentions que l'auteur fait des célèbres auteurs de l'Antiquité Romaine ? Virgile, Lucrèce, Ovide et ses Amours et Métamorphoses, Cicéron. Lorsqu'elle était encore une petite fille, Pandora récitait ces auteurs - et en particulier Ovide - aisément. Anne Rice nous offre vraiment de très beaux extraits de ces poésies, de ces vers, ça me donne envie de me plonger dans la poésie de l'antiquité romaine, j'ai toujours eu envie de lire Ovide et Anne Rice me rappelle pourquoi ! Elle cite aussi de nombreux événements historiques : les campagnes du général romain Germanicus en Germanie ou encore en Orient, les nombreux complots, les invasions barbares, comment l'empire romain s'est dégradé et combien le rôle d'empereur était devenu une farce, la plupart étant choisis par l'armée qui contrôlait le pouvoir, et encore bien d'autres choses...



Fille d'un riche sénateur romain, Pandora était tout d'abord Lydia. Elle est très cultivée, elle a un grand don d'oratrice, elle connaît les plus beaux poèmes des auteurs de son époque, elle est aussi très jolie, rusée (ainsi qu'elle nous le prouve lors d'une scène avec l'un de ses frères, Lucius, à Antioche), libre. C'était un personnage très agréable à suivre et c'était dommage de la quitter si vite. Elle est bien le seul personnage vampire féminin de la série à nous compter son histoire, sa vie de mortelle, sa vie vampirique et ses rêves étranges quand elle était encore mortelle, des rêves où elle se voit brûler lorsqu'elle est exposée au soleil, des rêves où sa soif, sa faim, se calment une fois qu'elle boit le sang d'une victime qu'elle a chassé, des rêves au sujet d'une autre femme, d'une reine malheureuse et tourmentée, une reine qui ressemble tant à Isis que Pandora pense rêver de cette déesse égyptienne. Je savais qui était Isis mais je n'aurais jamais cru que son culte allait au-delà des frontières de l'Egypte, dans ce roman ce culte continue et est très célèbre dans l'Antiquité Greco-Romaine, Pandora a participé à ce culte, elle était une membre de ce culte en quelque sorte, elle est devenue une fidèle au temple d'Isis à Rome.


Anne Rice nous raconte ce culte, comment les fidèles étaient initiées (car c'étaient le plus souvent des femmes) au culte de la déesse mère Isis, mais aussi les persécutions de ces fidèles. La mythologie égyptienne est assez exploitée de ce côté-là, il y a de très nombreuses mentions à Isis et Osiris mais surtout dans le sens où Pandora pense rêver d'eux alors qu'elle rêve, sans le savoir, d'Enkil et Akasha, roi et reine des damnés. Pour mieux comprendre ces deux personnages, je crois qu'il faudrait lire La Reine des Damnés, mais aussi Lestat le vampire pour comprendre l'implication de Marius avec eux, lui est est leur gardien. Marius était plein de surprise dans ce tome, j'ai aimé le retrouver mais ici, une fois que Pandora et lui sont en couple, il est assez différent de ce que je m'imaginais. Il veut que tout soit sous contrôle, le sien si possible, un tantinet machiste (il n'admet pas qu'une femme pense comme un homme) et très rationnel : Pandora est intéressée par la montée du christianisme, par ces chrétiens et leurs récits, elle ne veut pas adhérer à cette nouvelle religion mais elle est intéressée et Marius ne tolère pas cela. Il se méfie de cette nouvelle religion, de ces chrétiens et leurs histoires sur un Dieu, un Diable et un Sauveur de l'Humanité, de ce chrétiens qui se disputent entre eux, lorsqu'ils ne sont pas persécutés. Pas étonnant après que Marius et Pandora se soient souvent disputés !

Ce qui m'embête un peu est que la relation Marius/Pandora et le personnage de Pandora en lui-même étaient prometteurs, ils avaient un potentiel énorme qui n'a pas été suffisamment exploité. J'aurais aimé mieux comprendre la relation entre Marius et Pandora, son évolution au fil des siècles, j'aurais voulu en apprendre plus sur la vie de Pandora : ses deux mariages, ses sentiments pour Marius, ses regrets, ses nombreux voyages, ses états-d'âmes, ce qui est advenu de ses trois esclaves bien-aimés : les deux jeunes filles et l'Athénien Flavius qu'elle a transformé en vampire, et son amant Arjuun qu'on a croisé dans Le sang et l'or. Alors que j'espérais en apprendre bien plus sur sa vie après [sa séparation avec Marius ] les nombreux siècles qu'elle a traversé avec cet événement jusqu'au réveil d'Akasha dans La Reine des Damnés, les événements sont rapidement racontés. L'auteur s'est surtout intéressée et centrée sur la vie mortelle de Pandora et ses premières années en temps que vampire. La suite est balayée d'un revers de la main, et je trouve ça bien dommage et frustrant, j'aurais aimé en apprendre plus, que le roman soit plus long. Je suis restée sur ma faim.


Il n'y a pas vraiment d'intrigue, ni d'action, ni la sensualité dans l'écriture mais on est très rapidement transporté dans les pensées de Pandora, on a quand même du suspense, et Anne Rice aborde un aspect un peu plus philosophique et psychologique dans le caractère des vampires. Sans compter que l'auteur sait très bien nous faire voyager dans le temps, la partie historique est très présente, les références aux mythologies sont très appréciées et Pandora reste un personnage intéressant. Donc malgré ma petite déception qu'à un moment donné, l'histoire de Pandora est rapidement racontée, j'ai passé un bon moment de lecture.

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Illustrations/IsisandOsiris.jpg
Représentation murale d'Osiris et Isis, dans le temple d'Abydos en Egypte.

Extrait :

J'adorais les mots. J'adorais les chanter et les déclamer, et maintenant, je ne puis le nier, je prends un immense plaisir à les écrire. [...] Mon père trouvait ahurissant que je puisse réciter les vers de Virgile à un si jeune âge, et se faisait un plaisir de m'exhiber à l'occasion des banquets où il recevait ses amis sénateurs, tous conservateurs voire quelque peu démodés, ainsi que, parfois, Auguste César en personne.

2. L'histoire de Pandora.

mercredi 21 mars 2012

Les chroniques des vampires (T.8) Le sang et l'or - Anne Rice.

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Couverturesdelivres2/LeSangetlOr.jpg
Du même auteur :





/ ! \ Challenge Histoire / ! \  / ! \ Fang's addict challenge / ! \
/ ! \ Challenge Mythologies du monde entier / ! \


Quatrième de couverture :

De tous les vampires imaginés par Anne Rice, Marius est sans doute le plus civilisé, le plus raffiné. Philosophe et artiste, mentor de Lestat et Armand qui, comparés à lui, font figure d'enfants turbulents, gardien d'Enkil et Akasha, il émane de lui une sorte de sagesse et de sérénité. Peut-être cela s 'explique t-il par le fait qu'il a été un témoin privilégié de la grandeur et la décadence de l'Empire romain, a assisté à l'épanouissement de Constantinople, puis découvert la Renaissance italienne. Mais quelqu'un de cette stature ne peut que se faire des ennemis. Car il y a aussi, parmi les vampires, des barbares, assoiffés de sang, qui commencent à se réclamer de Satan.

Mon avis :


J'ai terminé ce livre hier soir et je ne pensais pas écrire mon avis aussi vite, j'aurais préféré attendre de lire Pandora, dans le même univers mais ce tome est déjà tellement riche que je ne voudrais pas mélanger les événements du Sang et l'or et de Pandora, je ne veux pas les mélanger et les confondre, donc je préfère écrire mon avis dessus avant d'être encombrée par les événements et mes impressions de Pandora. Ensuite, je remercie Matilda d'avoir eu la gentillesse de me prêter ce tome, bien difficile à trouver. Merci, je me suis régalée devant cette lecture (mais c'était évident, c'est du Anne Rice après tout :p)



Au fur et à mesure que je lisais Les chroniques des vampires, j'en suis venue à m'attacher à plus de vampires que Lestat, Louis et Claudia, the Unholy Family, qui sont mes préférés depuis le début, j'ai appris à mieux connaître les autres vampires, même secondaires car ils ont tous un passé, une histoire, quelque chose à raconter. J'ai mieux fait connaissance avec Armand, avec Daniel, avec David... ici, c'est Marius qui nous conte son histoire, qui choisi de raconter son passé à un autre vampire qu'il a rencontré : Thorne, un vampire ayant vécu à l'époque des vikings et qui a passé de nombreux siècle dans un sommeil de glace. Marius est un personnage intriguant, je l'ai toujours imaginé comme étant un homme très sage, le mentor de beaucoup de vampires, un protecteur silencieux et lire un récit de lui sous son point de vue, sa perspective, découvrir son passé, bien qu'on ait déjà eu un aperçu dans Lestat le vampire quand Marius raconte un peu sa vie à Lestat ; et dans Armand le vampire, Armand ayant vécu à un moment avec Marius donc ces événements sont résumés dans ce tome, l'auteur n'a pas passé son temps à raconter ce qui a déjà été dit, au moindre détail de la vie de Marius, des tomes précédents même s'il va me falloir relire des extraits de Lestat car je n'ai plus trop de souvenirs de la transformation en vampire de Marius. Donc même si chaque tome peut se lire individuellement, il vaut mieux avoir quand même lu les tomes précédent pour mieux comprendre certains événements ou les découvrir plus en détails.


Ce tome est palpitant, excellent ! J'ai apprécié l'univers qui entoure Marius, les époques qu'il traverse. C'est l'un des plus vieux vampires de la saga des Chroniques, vampirisé dans l'Antiquité. J'ai passé des heures merveilleuses entre l'Antiquité romaine, j'ai assisté à la chute de l'Empire Romain et aux invasions barbares qui déferlaient en Europe, j'ai vu la douleur de Rome victime de ces attaques barbares venus conquérir le continent européen, la Rome savante sous les massacres, j'ai vu Constantinople, j'ai vu l'Empire Romain encore existant en Orient, je me suis lentement avancée vers le Moyen-Âge avec ses guerres, ses épidémies de peste, sa culture pour enfin arriver à la Renaissance de Botticelli, puis Venise toujours sous la Renaissance italienne, la belle et rayonnante Venise. Je suis longtemps restée dans cette Venise de la Renaissance jusqu'à la Dresde du XVIIe siècle avant d'enfin revenir au monde moderne. Anne Rice sait vraiment manier toutes les époques historiques ! Et elle ne se contente pas seulement de poser une époque comme décors, elle raconte vraiment ce qu'il s'est passé et l'impact qu'il y a eu chez Marius. Lui qui voue un profond attachement à Rome, sa patrie, est effondré de la voir succomber face aux invasions barbares, ce n'est plus la Rome qu'il connaît, et ce, depuis avant les invasions quand les Empereurs romains se succédaient et mourraient aussitôt à cause de complots, meurtres car la plupart de ces Empereurs pervertissaient Rome ou ne pouvaient la gouverner.


Marius assiste à tout cela, il voyage beaucoup. Il va en France lorsqu'elle était encore la Gaule Romaine, il va jusqu'à Constantinople, en Orient que les barbares n'ont pas encore touché. Il vit le Moyen-Âge et la Renaissance, surtout la Renaissance. Il vit plus que ça : il a vécu la montée en puissance du christianisme en Europe. Il ne porte pas à la religion le même regard que Lestat, Louis ou Armand qui eux, sont né dans une époque où le christianisme avait une grande importance dans la vie des individus et ont, comme qui dirait, vécu une quête spirituelle à un moment de leur vie. Marius a vécu dans la Rome Antique avec leurs Dieux et Déesses greco-romains, sa religion polythéiste et il a du mal à comprendre comment les gens pouvaient tomber dans ce nouveau culte d'un seul et même dieu, que certains allaient même jusqu'à s'isoler dans des grottes pour prier, Marius ne voit pas l'intérêt de prier un Dieu dont il n'a jamais cru l'existence, et voit d'un œil étrange les différents mouvements religieux, il voit les chrétiens persécutés, les icônes des divinités païennes remplacées par des peintures de Saints et Saintes, mais il admet que les représentations artistiques de la Vierge Marie, des anges, des Saints sont aussi belles que les représentations des dieux et déesses greco-romaines, surtout quand il rencontre le célèbre peintre Botticelli, il est envoûté par son art, les couleurs, les formes. Botticelli peint aussi bien la Vierge Marie que la déesse Vénus. Marius voue vraiment une grande admiration, un grand amour pour Botticelli, ça se ressent bien et j'ai très appréciée la présence de Botticelli dans ce tome, c'était risqué que de présenter un personnage historique qui a existé mais Anne Rice s'en est très bien sortie, elle doit elle-aussi admirer ce peintre, comme Marius.


Lorsqu'il s'installe à Venise durant la Renaissance, c'est une grande étape pour lui je dirais. Il n'a jamais cessé de bouger et trouve enfin un point fixe à Venise, il s'installe, prend des élèves, des domestiques. C'était, je pense, une bonne période pour lui, il en avait bien besoin car nous découvrons un Marius qui se dévalorise sans cesse, il se sent obligé d'être seul et de ce fait, il souffre. Il souffre de cette solitude mais parfois, se sentant comme un grand méchant vampire (je ne vois pas en quoi, c'est un citoyen respectueux, sage, intelligent, un peintre de talent et il ne boit le sang que de malfrats, voleurs, assassins afin de ne pas tuer d'innocents) il se dit qu'il vaut mieux qu'il soit seul. Il passe quand même pas mal de temps à gémir sur son sort ou sur Pandora, son enfant vampirique et son amour perdu, il passe bien du temps à pleurer sur elle, le fait qu'il l'a perdue et comme elle lui manque, comme il aimerait la retrouver et oh Pandora, Pandora comme je te regrette, reviens, je t'aime ! C'était un peu agaçant à la longue et je me suis demandée à quel point leur histoire à tous les deux fut forte (si Marius en a parlé dans Lestat le vampire, mea culpa, je ne m'en rappelle plus !), même lorsqu'il est heureux et amoureux avec Amadeo ou encore même Bianca, qu'il admet avoir avec eux une relation stable, sans disputes, sans secrets, dès que Pandora entre en scène, il finit par tout plaquer pour aller la rejoindre. Et sa faiblesse pour Pandora est un de ses défauts qui lui fera tout perdre. Sa faiblesse est son attachement envers ses enfants-vampires en fait et pas seulement Pandora. Heureux avec son Amadeo, il baisse sa garde et devient moins attentif face aux dangers d'autres vampires satanistes voulant sa perte, il laisse tomber son face ce qui fait qu'Amadeo et Bianca, alors qu'ils étaient encore mortels, devinaient que Marius n'était pas humain mais bien plus que ça. Il est si attaché à ses enfants vampiriques qu'il en devient faible, aveugle, moins attentif, ce qui sera sa perte à un moment.


Cela dit j'ai adoré découvrir le point de vue et la vision de Marius sur Amadeo/Armand, comment est-il venu à le découvrir, comment il l'a sauvé d'un destin funeste deux fois de suite, comment il a tenté de lui faire revenir son don pour la peinture qu'il a perdu dans son traumatisme avant d'être découvert par Marius lorsqu'il l'a arraché à ses bourreaux, comment il devient si attaché à Amadeo qu'il considère sérieusement l'idée de le changer en vampire pour qu'il soit son compagnon, alors que depuis Pandora il y a des siècles de cela, il avait juré de ne pas offrir le don du sang à un mortel. On apprend enfin ce qu'il est advenu de Marius après les événements de Venise (je ne spoile rien, mais disons qu'on retrouve cet événement dans Armand le vampire mais ici, on a enfin l'occasion de découvrir ce qui est arrivé à Marius) et comment la courtisane Bianca Solderini l'a aidé à se relever, elle est restée auprès de lui et a partagé sa vie un long moment, elle a vraiment sauvé sa vie, j'ai pris plaisir à découvrir et redécouvrir ce personnage, on fait mieux connaissance avec elle. Je ne sais exactement comment la décrire, toujours est-il qu'elle m'a fait une impression très favorable et que je trouve dommage qu'après qu'elle quitte Marius, on ne sache plus rien d'elle ni ce qu'elle est devenue (Anne Rice avait indiqué sur son Facebook que Bianca 'was still around'). J'ai également aimé retrouver Mael, le vampire-druide qui a vécu en Gaule dans l'Antiquité et qui a crée Marius, ils ont une relation intéressante tous les deux, je ne sais pas trop les impressions de Mael sur Marius mais ce dernier aime Mael comme il le déteste pour ce qu'il lui a fait. J'ai aimé faire la connaissance d'Avicus et Zenobie, le groupe qu'ils ont formé avec Marius et Mael pendant un moment. Je me demande aussi ce qu'il est advenu d'Avicus et Zenobie... il y a des vampires comme ça qui vont et viennent et qui repartent en disparaissant dans la nature sans revenir.


J'ai trouvé incroyable toute la dévotion de Marius envers Enkil et Akasha, le roi et la reine des vampires, les tous premiers vampires ; et en particulier envers Akasha. Il y a comme un culte de ces Parents plongés dans un sommeil profond au fil des siècles, Marius, qui est leur gardien, fait des prières en leur parlant, change ou arrange leurs habits, les orne de bijoux selon la mode du siècle. Il y a un profond amour et une immense dévotion, comme s'ils étaient des dieux et j'ai aimé connaître le point de vue de Marius sur les agissements d'Akasha dans La reine des damnés. J'ai aussi aimé la présence du Talamasca, cette organisation qui se spécialise dans le paranormal et se renseigne sur tout être ou toute créature surnaturelle, en la présence d'un des leurs, Raymond qui va à la rencontre de Marius qui lui révèle - étant sûr que le Talamasca n'était pas dangereux - quelques informations sur les buveurs de sang, devenus plus tard les vampires. J'ai aussi aimé faire la connaissance de Thorne, cet ancien vampire roux de l'époque des Vikings, nommé après le dieu du tonnerre Thor, et j'aime surtout le fait que Santino a enfin eu ce qu'il méritait, au moins Marius pourra être tranquille de ce côté-là.


Assez blablaté ! Inutile pour moi de préciser qu'Anne Rice écrit divinement bien, que ses écrits vampiriques sont envoûtants, qu'elle sait rendre intéressant chacun de ses personnages, qu'elle s'y connaît dans toutes les époques historiques qu'elle évoque, qu'elle nous transmet sa passion de l'art et qu'elle sait très bien parler des diverses mythologies et même la religion chrétienne dans un livre mélangeant luxe, sang, sensualité, vampire et histoire ? Ce fut une très bonne lecture, malgré les lamentations de Marius et je continue de ce pas ma lecture de Pandora afin de mieux comprendre ce personnage et sa relation avec Marius !




http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Illustrations/VenusbyBotticelli.jpg
La Naissance de Vénus, de Sandro Botticelli (1485).

Extrait : 

Cet esclave [Amadeo] par moi secouru avait en outre été peintre ! Il connaissait la magie de l’œuf et des pigments, de la couleur répandue sur le panneau de bois. Il se souviendrait ; il se rappellerait d'une époque où rien d'autre n'avait compté pour lui. Certes, ç'avait été dans la lointaine Russie, où les artistes œuvraient au fond des monastères, cantonnés au style byzantin que j'avais depuis longtemps rejeté en me détournant de l'Empire grec pour venir m'installer parmi l'agitation occidentale. Mais vois ce qui s'était produit ; l'Occident avait eu sa part de guerre, oh oui ; les barbares l'avaient semblait-il conquis tout entier. Pourtant, Rome s'était relevée grâce aux grands peintres et penseurs des années 1400 ! Je le constatais dans les œuvres de Botticelli, de Bellini, de Filippo Lippi et de cent autres.

XIX.

mardi 13 mars 2012

Top Ten Tueday : Les 10 auteurs qui prennent le plus de place dans votre bibliothèque.

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Autresimages/TopTenTuesday.jpg
Toujours sur ma lançée du Top Ten Tuesday. Pour aujourd'hui, je resors l'un des premiers thèmes que je voulais faire mais que j'avais loupé. Et puisque je voulais participer à nouveau mais que les derniers thèmes ne m'inspiraient pas tellement, j'ai décidé de faire celui-ci.

Pour le récapitulatif, le Top Ten Tuesday a été initié par The Broke and the Bookish et a été repris en français par Iani. Chaque semaine a son propre thème et on peut voter pour le thème des semaines suivantes. Le thème que j'ai choisi de répondre aujourd'hui est le suivant :

Les 10 auteurs qui prennent le plus de place dans votre bibliothèque.



1. Charlaine Harris est la première à occuper le haut du podium avec 13 livres qui occupent mes étagères. Avec onze tomes de sa série La communauté du sud, un recueil de nouvelles tiré de cette série et le premier tome de son autre saga, Les mystères d'Harper Connelly. Bien-sûr, sur ces 13 livres, je n'en ai lu que six (le recueil et les cinq premiers tomes de la saga, toujours en cours), mais c'est toujours utile d'avoir de la bit-lit non lue dans ma bibliothèque au cas-où j'aurais envie de lire quelque chose de sympa et pas casse-tête.



2. JK Rowling occupe quant à elle la seconde place, ce qui est assez honorable pour elle (et pour moi, éternelle fan de sa saga et admiratrice pour toute l'éternité de cette auteur fantastique) avec au total 10 livres. Les sept tomes de la saga Harry Potter, plus les trois livres dérivés. Tous lus et rererererelus. Si mon compte en banque le permettrait, je me serais pris l'intégrale de la saga en version anglophone. Mais JKR est dans ma bibliothèque et l'honneur est sauf ! Imaginer ne pas avoir un seul JKR dans ma bibliothèque... quel sacrilège !

3. Sir Arthur Conan Doyle arrive en troisième position avec 09 livres qui occupent mes modestes étagères. Les romans et recueils de nouvelles sur Sherlock Holmes, et une aventure du professeur Challenger, Le monde perdu. Pas plus, j'ai bien un pavé qui regroupe à lui seul deux romans et pratiquement deux recueils de nouvelles sur Sherlock Holmes, sinon j'aurais plus de livres de Doyle dans ma bibliothèque...

4. Anne Rice, la grande prêtresse des vampires par excellence, est présente 07 fois ! Il y a certains de ses livres que j'ai lu qui n'étaient que des emprunts, je possède 06 livres de sa saga La Chronique des Vampires, plus un tome des Nouveaux Contes de Vampire. Si je le pouvais, Anne Rice prendrait bien plus de place ! Il m'en manque mais je nourris l'espoir qu'un jour, j'aurais toute la saga de La Chronique plus le tome restant des Nouveaux Contes.

5. Patricia Briggs arrive avec 07 livres elle-aussi. Cinq tomes de Mercy Thompson, deux tomes d'Alpha et Oméga avec sa préquelle, mais un jour, j'aurais les deux sagas au complet ! J'y arriverais ! D'elle, il me reste trois livres dans ma PAL à lire donc de ce que j'ai d'elle dans ma bibliothèque, j'ai quand même lu une grande partie.

6. Max Gallo nous vient ensuite avec 06 livres. Deux tomes de la vie de Napoléon Bonaparte, deux autres pour celle du général de Gaulle, et deux tomes consacrés à l'Histoire de la France. Tous lus. Après, j'ai lu plus de cet auteur mais là, ce n'étaient que des emprunts...

7. Agatha Christie occupe modestement 05 fois ma bibliothèque. Quelques romans policiers dont une grande majorité lue, la dame a écrit tellement que je doute avoir un jour tous ses livres, même si je le désirais !

8. Rick Riordan arrive doucement avec 05 livres lui-aussi. Les cinq tomes de sa saga Percy Jackson, mais je me suis tellement attachée à l'auteur et ses univers que je ne serais pas contre d'arranger plus de place sur mes étagères pour que d'autres romans de sa part aient sa place.

9. Nous avons seulement 05 exemplaires pour Pierre Bottero. Les trois tomes de La Quête d'Ewilan, le premier tome d'Ellana, et son court roman Tour B2, mon amour. Inutile de dire que je compte avoir, ou lire davantage de cet auteur, si ?

10. Et enfin, Darren Shan occupe 04 fois mes étagères avec quatre tomes de la saga Darren Shan, c'est bien parce que la suite n'est pas éditée en France et que pour le moment, je ne peux pas me procurer la suite en VO...
Et vous, quels auteurs prennent le plus de place dans votre bibliothèque ?

jeudi 8 mars 2012

Alpha et Oméga : L'origine - Patricia Briggs.

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Couverturesdelivres2/AlphaetOmegaT0.jpg










Quatrième de couverture :

Découvrez la rencontre d'Anna, une jeune louve, et de Charles, le fils du chef des loups-garous d'Amérique du Nord. Envoyé par son père pour démêler une affaire délicate à Chicago, Charles est accueilli par Anna, que sa meute traite en esclave. Leurs regards se croisent et il comprend qu'il va devoir apprivoiser cette farouche jeune femme qui est bien plus que ce qu'elle ne paraît...


Mon avis : 

J'avais très très envie de replonger dans l'univers de Mercy Thompson, et si je n'ai pas trouvé le cinquième tome, je me suis rabattue sur une autre série de l'auteur se déroulant dans le même univers, Alpha et Oméga. J’apprécie de plus en plus l'écriture de l'auteur et les univers qu'elle nous présente, c'est très agréable.

Alpha et Oméga, c'est donc une nouvelle saga de Patricia Briggs, en parallèle avec son autre série Mercy Thompson, les deux séries se déroulant dans le même univers avec ses lycanthropes. Ce livre est la préquelle qu'il faut mieux avoir lu avant le tome un pour bien comprendre le premier tome car on apprend des choses sur le passé d'un des personnages principaux, Anna Latham, et sur sa rencontre avec le fils du Marrock, Charles Cornick. Cette préquelle est comme une nouvelle (à peine trois chapitres, c'est très court, ça se lit en une heure à peine !) et je suis sidérée que pour un tome si peu épais, Milady nous fait payer à peu près le même prix qu'un tome normal, si ce n'est qu'un euro en moins. j'avais rencontré la même chose avec Interlude Mortel, un recueil de nouvelles de La communauté du Sud, qui était annoncé au même prix qu'un tome normal. Des fois je me dit que les maisons d'éditions se fichent de nous... et encore, je pense qu'Alpha et Oméga : L'origine aurait été encore plus court si Milady n'avait pas épaissit les pages et grossit la police de caractère d'écriture, mais ça, c'était fait exprès...

Enfin, pour ne pas continuer mon mini coup de gueule, je résume rapidement l'histoire : Anna Latham est une jeune femme, un loup-garou de son état, mordue contre son gré à cause d'une mauvaise fréquentation qui l'a amené dans une meute qui l'a meurtrie [ battue, insultée et violée par les membres de la meute ]. Anna est condamnée à demeurer dans cette meute où elle vit dans la peur. Alors qu'elle allait nourrir, un soir après le travail, le chat de sa voisine qui est absente, Anna lit le journal pour s'occuper et remarque la photo d'un jeune garçon disparu dont la petite amie avait été tuée par 'une meute de chiens sauvages'. Anna est interloquée : elle a vu ce garçon dans une cage... chez son Alpha (celui qui dirige une meute de loups-garous). Elle prend alors le risque de dénoncer sa meute en appelant le Marrock, pour signaler ce qu'elle sait. Le Marrock décide d'envoyer son fils, Charles Cornick, afin d'éclairer cette affaire et c'est à Anna d'aller le retrouver pour lui parler de cette sinistre situation.

Ce livre m'a donné un goût de pas assez, il faut dire que ce tome sert surtout d'introduction et nous raconte un peu le lourd passé d'Anna, sa situation malheureuse avant de connaître Charles, et sa rencontre avec Charles. Les scènes entre ces deux personnages sont intéressantes, même si leur relation est un peu trop rapide à mon goût. En une demi-journée à peine, ils sont amoureux... enfin, surtout Charles. Il connaît à peine Anna qu'il la veut comme compagne, et son loup aussi (le fameux Frère Loup), ça allait un peu trop vite pour moi, même s'ils ne sont techniquement pas en couple dans ce tome, pas encore. Deux jours à peine, c'est trop peu pour moi pour que ces deux personnages apprennent à se connaître et à se plaire, ce n'est pas assez mais bon, j'imagine qu'ils continueront à mieux se connaître dans le tome un, que leur relation amoureuse va se mettre en place... Le problème reste que ce tome est comme une nouvelle, je l'ai suivi comme une nouvelle et pas comme un roman, malgré ses trois chapitres. Difficile en 120 pages à peine de mettre en place une intrigue, une enquête, une relation amoureuse et bien décrire les personnages et l'univers, difficile en peu de pages de développer les choses longuement, c'est pour ça que je vois ce texte comme une introduction. Il est vrai que l'intrigue n'est pas bien compliquée et extraordinaire, mais elle reste plaisante et intéressante quand même, enfin on se doute quand même bien comment tout ça va se finir... mais enfin, tout cela n'empêche pas qu'on a envie d'en savoir plus et de se jeter sur le tome un.

Donc, n'allez pas croire que j'ai été déçue ! Certes, j'ai été un chouilla déçue, il y a déjà le prix qui m'a agacée, le peu de page et en seulement 120 pages, on a pas forcément le temps de  bien s'attacher aux personnages ou d'avoir une enquête bien complexe... et le fait que ma préférence reste avec Mercy Thompson y est aussi pour quelque chose... mais cette préquelle compte quand même de bons moments. Anna paraît être un personnage intéressant : d'abord perçue comme une jeune femme faible, peureuse (un peu normal vu son vécu), en retrait par rapport à sa meute dans laquelle elle ne se sent pas bien, elle n'arrive pas à gérer sa vie et elle est dominée par les loups-garous de sa meute. Mais elle a un passé et un vécu qui la rendent attachante et derrière sa peur, son apparence fragile et sa docilité se cache quelqu'un qui est capable de se défendre, de répliquer, elle est capable d'être une louve déterminée et bien dans sa peau, si seulement elle se rendait compte de sa valeur, qu'elle n'est ni inutile ni soumise, qu'elle peut être quelqu'un. Heureusement il y a Charles Cornick, lui aussi loup-garou, qui pourra lui redonner confiance en elle et lui prouver qu'elle vaut quelque chose, il a un caractère fort et protecteur. Alpha dominant et charismatique, il saura charmer Anna même si dans cette préquelle, c'est surtout Charles qui est charmé par Anna !

L'écriture de Patricia Briggs, il n'y a rien à redire, c'est toujours aussi agréable à suivre, sa plume reste fluide et plaisante. Contrairement à Mercy Thompson, ici la relation entre Charles et Anna est plus sur le devant de la scène comparé à l'action et à l'intrigue, c'est un changement surprenant dont je ne me plains pas pour le moment, du moment que ça ne nuira pas les aventures des tomes suivants. L'intrigue n'était pas exceptionnelle mais ici les points forts étaient les personnages, l'auteur arrive même à nous rendre intéressant les personnages secondaires, ceux qu'on croise moins, c'est l'un des talents de l'auteur, elle parvient à rendre intéressant la plupart de ses personnages, à leur donner une force, une identité et c'est surtout ça que j'aime chez elle. Enfin voilà. Une préquelle bien sympathique mais pas extraordinaire, mais c'est du Patricia Briggs et je lui fais confiance pour la suite :) après tout, ce tome est comme une introduction à la série.

Extrait :

[Après une altercation avec un loup-garou menaçant :]

Remonter les trois étages aurait dû lui [Charles] donner le temps de réduire son loup au silence. Il y serait parvenu si Anna ne l'avait pas attendu, le rouleau à pâtisserie à la main, sur le palier de l'étage inférieur. [...]
- Pourquoi le rouleau à pâtisserie et pas le couteau ? demanda-t-il, la voix rauque sous l'effet de l'adrénaline.
Elle le regarda pour la première fois depuis qu'elle l'avait dévisagé dans l'escalier.
- Un couteau ne le ralentirait même pas, mais les os mettent du temps à guérir.
Ça lui plaisait. Qui aurait pensé qu'il serait attiré par une femme armée d'un rouleau à pâtisserie ?


Chapitre 2.

La communauté du sud (T.5) La morsure de la panthère - Charlaine Harris.

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Couverturesdelivres2/LaCommunauteduSudT5.jpg
 

Du même auteur :

- Hors-série : Interlude mortel.
La communauté du sud (T.4) Les sorcières de Shreveport.
- La communauté du sud (T.6) La reine des vampires.



/ ! \ Fang's addict challenge / ! \



Quatrième de couverture :


"Moi, Sookie, 26 ans, je suis toujours serveuse Chez Merlotte et, à mon grand désespoir, à nouveau célibataire. Non contente d'être aux prises avec des mutants - dont mon frère Jason ! -, me voilà confrontée à un tueur de mutants ! Et j'ai jusqu'à la prochaine lune pour trouver le vrai coupable..."



Alors qu'un sniper bien décidé à éliminer les non-humains fait régner la terreur dans la petite ville sudiste de Sookie Stackhouse, elle est appelée à l'aide par le séduisant Alcide... et se retrouve plongée au coeur d'imbroglios politiques, mêlant vampires, loup-garous et autres créatures ! Et ses sentiments aussi sont mis à rude épreuve, avec le beau vampire-pirate qui a investi son bar...

 
Mon avis :


J'ai fait une sacrée pause entre le tome précédent et celui-ci, ma lecture du tome quatre remonte à décembre 2010 ! Je vais essayer de me rattraper un tant soit peu, j'ai quand même assez délaissé le challenge Fang's Addict et comme celui-ci prend fin le 31 mars, je voudrais lire un autre tome de la saga, d'autant plus que je suis encore d'humeur pour La communauté du Sud, mais c'est à voir, je voudrais beaucoup lire aussi Le sang et l'or ainsi que Pandora de Anne Rice que m'a prêté Matilda, afin de les caser dans le challenge avant qu'il ne soit terminé. Vais-je réussir à lire ces livres avant la fin du mois ? Mystère et boule de gomme !

Dans ce nouveau tome, Sookie Stackhouse, jeune serveuse Chez Merlotte et télépathe, se fait beaucoup de soucis pour son frère Jason, un nouveau-né Changeling. Elle espère que sa première pleine lune se passera bien. Heureusement pour le frère et la soeur, Jason s'habitue très bien à sa nouvelle vie de panthère-garou. Mais Sookie a aussi d'autres raisons de s'inquièter : un dangereux snipper se met à attaquer les changelings, toute personne ayant la capacité de se transformer en animal pendant la pleine lune. Un membre de la meute de Jason a déjà été attaqué, ainsi que Sam Merlotte le patron de Sookie. Personne ne sait qui est ce tireur acharné qui semble vouer une haine envers les changelings du coin. Sookie mène l'enquête, inquiète pour Jason qui pourrait être la prochaine victime, Jason déjà accusé par les membres de sa meute, pensant qu'une éventuelle rancune de Jason d'avoir été mordu le pousse à se venger des Changelings. Sookie décide de mettre le sheriff-vampire du coin, Eric Northman, au courant de cette affaire ; celui-ci, toujours perturbé par son amnésie temporaire du tome quatre et s'intérrogant toujours sur ce qui a pû se passer pendant cette période, envoit un de ses barmans travailler Chez Merlotte le temps que Sam se rétablisse, et que le mystérieux tireur soit découvert, offrant aussi à Sookie une protection dont elle aura bien besoin...

Après tout ce qui s'est passé dans le quatrième tome, ce cinquième tome peut paraître un peu plus calme c'est vrai, mais ma dernière lecture remontant à pratiquement deux ans, ça ne m'a pas gêné plus que ça, au contraire j'étais ravie de me replonger dans l'univers de La communauté du Sud, retrouver la ville de Bon Temps et ses habitants, ses vampires, les meutes de changelings et de lycantrophes. Une bonne bouffée d'air, c'est frais, divertissant, pas prise de tête, ça se lit bien et sans soucis. On a pas le temps de s'ennuyer, les évènements s'enchaînent rapidement, le rythme est soutenu. L'enquête est intéressante aussi, sur le mystérieux tireur qui en veut aux changelings de Bon Temps, l'enquête est bien travaillée, je n'ai pas découvert le coupable avant les derniers chapitres (en fait, j'ai deviné qui était le snipper avant Sookie mais c'était un pur hasard ! Juste après une réflexion comme ça 'tiens, on le retrouve souvent mentionné c'personnage-là...' xD) mais toujours est-il que l'enquête était plus subtile, légèrement plus complexe et s'étend sur tout le roman et si je m'attendais à une révélation, une conclusion de l'enquête plus bluffante, ce fut un plaisir que de suivre l'enquête. D'autant plus que l'auteur s'est améliorée quand on compare les tomes précédents, on sent que ce tome est plus travaillé. Charlaine Harris maîtrise de plus en plus son écriture et c'était surtout ça la touche surprise et agréable de ce roman !

Ce tome a aussi été l'occasion pour les lecteurs de mieux connaître certains personnages secondaires, comme Jason Stackhouse ; Claudine la bonne fée de Sookie (au sens propre comme au sens figuré), ainsi que son frère Claude ; Calvin Norris, le changeling panthère, la meute des lycantrophes de Shreveport car leur chef étant décédé, la meute décide d'élire un nouveau chef lycantrophe, élection dans laquelle Sookie aura un rôle à jouer. Ici, changelings et lycantrophes sont à l'honneur, on apprend beaucoup de choses sur leur hierarchie, leurs coutumes, leurs lois, comment ils s'organisent... c'était agréable et intéressant d'en savoir plus sur ces créatures. Si les vampires sont un peu relégués au second plan, ils sont tout de même bien présents dans ce tome ! Avec ce vampire anglais qui fut pirate : Charles Twinning, qu'Eric envoit travailler Chez Merlotte ; Eric Northman qui recherche à savoir ce qu'il s'est passé pendant qu'il était amnésique ; Vlad, l'inquiètant vampire dont Sookie se méfie car son amie Nikkie est sous son emprise ; même Boubba, plus connu dans ses années de motel comme étant the King alias Elvis Presley ; et bien-sûr, Bill Compton, l'ex de Sookie, toujours amoureux d'elle, qui cherche à la rendre jalouse. Les scènes avec Eric ou même son enfant-vampirique Pam sont savoureuses, ces deux-là ont un humour bien particulier qui n'appartient qu'à eux, ils mettent de l'ambiance ! J'ai aussi pris plaisir à revoir ce cher Bill, bien qu'un peu immature dans ce tome et légèrement agaçant. Cela faisait si longtemps que je n'avais pas replongé dans cet univers que rien ne m'a agaçé, tellement j'étais contente de me replonger dans les romans.

C'est aussi calme côté sentimental chez Sookie. Quelques baisers à droite à gauche avec divers personnages, mais ça reste calme, pas très actif, aucune scène de sexe. C'est le premier volume où cette chère Sookie reste sage et célibataire, ça change ! Ici, Sookie est surtout plongée, par Lèn Herveaux, dans cette histoire d'élection des lycantrophes, dans l'affaire du snipper qui attaque les changelings tout en essayant d'arracher son amie Nikkie des griffes de Vlad le vampire. Sinon, pour les petites deceptions (car il y en a eu), je ne m'attendais pas à ce que Sookie finisse quand même par tout révéler à Eric sur les évènements du tome quatre quand il était amnésique même si ça a donné de bonnes scènes entre Eric et Sookie ; et je pensais aussi que l'affaire Debbie Pelt [ que Sookie avait tué dans le tome quatre quand Debbie l'avait attaqué, Sookie avait ensuite caché le corps ] allait continuer, mais elle semble rester en suspend pour le moment... peut-être évoluera-t-elle dans les tomes suivants ? Car il y a bien eu des détectives privés engagés par les parents de Debbie pour savoir ce qui est advenu de leur fille, des détectives qui sont venus questionner Sookie...

Mais au final, ce fut une lecture très reposante, divertissante, pas prise de tête. Un vrai bonheur que de se replonger dans La communauté du sud, d'autant plus que l'auteur maîtrise mieux son écriture, que son héroïne est moins niaise et très appréçiable dans ce tome, l'enquête est mieux travaillée et des personnages secondaires et autres créatures sont mises à l'honneur. J'ai passé un bon moment de lecture ! Ah oui, à noter pour ceux qui suivent la série dérivée True Blood, que Lèn est l'Alcide de la série et Nikkie est en fait Tara.


Extrait :


Hoyt est le meilleur ami de Jason. S'ils n'avaient pas été tous les deux hétérosexuels, je leur aurais conseillé de se marier. A eux deux, ils faisaient la paire. Hoyt raffolait des blagues ; Jason adorait en raconter. Hoyt ne savait jamais quoi faire de son temps ; Jason avait cent idées à la minute. Hoyt avait une mère un peu encombrante ; Jason n'en avait pas. Hoyt avait les pieds sur terre et savait parfaitement 'jusqu'où ne pas aller trop loin' ; Jason ignorait jusqu'au sens du mot 'limites'.

4.

vendredi 2 mars 2012

« C'est par l'esprit qu'on s'amuse ; c'est par le coeur qu'on ne s'ennuie pas. »

J'ai eu une petite surprise ce matin quand ma mère m'a annonçé que j'avais un colis. Je n'avais rien commandé, je n'attendais rien. Un colis surprise donc, je me dis que ça devait être Matilda (parce qu'elle a tendance à trop me gâter :p), que nenni ! Même si elle a sa part d'implication dans cette affaire (si, parfaitement, ne le nie pas !). Ce colis venait tout droit de chez Niënor qui a eu une pensée pour moi, à l'occasion de mon anniversaire... et qui a eu mon adresse grâce à Matilda ! Je sais que je l'ai déjà fait, mais merci beaucoup Niënor, merci, merci, merci !! Ca me flatte que tu aies pensé à moi :) Avec les difficultés que ma famille et moi traversons depuis quelques mois, je ne m'attendais vraiment pas à avoir beaucoup de choses pour mon anniversaire, mais au final, j'ai été gâtée. Voyez plutôt :

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Autresimages/CadeauxAnniversaireI.jpg
De la part de ma mère et de ma petite soeur, j'ai reçu le DVD Le discours d'un Roi. Je rêvais de découvrir ce film et après avoir eu la chance de le visionner sur Canal+ il y a une grosse semaine environ, le DVD me faisait envie et je suis très contente de pouvoir à présent le placer dans ma DVDthèque :) De Niënor, j'ai reçu Orgueil et Préjugés de Jane Austen, en livre et en DVD, le film de la BBC avec Colin Firth (je commençe à beaucoup l'appréçier cet acteur !). D'une vieille amie, j'ai reçu quelques livres : Les symboles décodés de Tony Allan (dans les mythologies, religions, dans l'Antiquité...), Ce cher Dexter et Dexter revient de Jeff Lindsay, deux des tomes qui ont inspiré la série à succès, je ne connais pas la série donc je me demande ce que les livres vont donner ! Grâce à une carte Cultura que j'ai reçu à mon anniversaire, je me suis pris Alpha et Oméga, de Patricia Briggs, la préquelle et le tome un. N'ayant pas trouvé le cinquième tome de Mercy Thompson, je me suis rabattue sur cette série qui me faisait envie.

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Autresimages/CadeauxAnniversaireII.jpg

Le reste continue ici avec le mot de Niënor, et un des livres offerts par une amie qui connaît bien mon amour pour l'Histoire, c'est une petite encyclopédie de l'Histoire de France qui s'intitule Nos ancêtres, les Gaulois. Bref, je ne sais pas quoi dire de plus à part un énorme merci à ceux qui m'ont gâté la semaine de mon anniversaire, et aussi un énorme merci et plein de bisous à Niënor qui a pensé à moi alors que rien ne l'obligeait à le faire. Je suis très contente de pouvoir te compter parmi mes amies sur le net et j'espère que tu resteras aussi longtemps que possible sur la blogosphère à nous enchanter par ta présence et tes articles, quand tu le pourras :)


(*) La citation, qui est en titre d'article, est de Antoine de Rivarol.