samedi 28 mai 2011

CLAMP's challenge.




Parce qu'il était enfin temps que je fasse un billet qui répertorie tous les articles de ce challenge et que je consacre enfin un article sur le challenge auquel je participe depuis des mois !
 

Le challenge CLAMP (ou CLAMP's Challenge) a été crée par Matilda/Raison-et-sentiments. Le but du challenge est le suivant : découvrir ou redécouvrir les mangas de CLAMP, qui est une équipe féminine de mangaka (auteur de manga) japonaises ayant surtout débutées dans les années 1980 avec dix membres pour évoluer au fil des années pour ne plus avoir que quatre membres. Ces créatrices sont les auteurs de nombreux mangas connus tels que Card Captor Sakura, xxxHolic, Tsubasa Reservoir Chronicle, Chobbit, etc. Donc, ce challenge consiste à découvrir l'univers de CLAMP, leurs mangas, à convertir le plus de lecteurs possible en tant que fans de Mokona Modoki (je m'emporte là mais cette 'peluche' est trop irrésistible).


Ce challenge se divise en trois parties, et les participants peuvent choisir le niveau qu'ils désirent :


- Le premier niveau : il faut lire/découvrir au moins une oeuvre de CLAMP dans une durée d'une année. Que ce soit un one-shot ou une série complète.
Le second  niveau : il faut lire/découvrir deux à cinq oeuvres de CLAMP dans une durée d'une année.
Le troisième niveau : le niveau ultime sans limite de temps, le but étant de lire/découvrir le nombre d'oeuvres de CLAMP que l'on souhaite, soit une série soit tous les mangas de CLAMP, la durée est illimitée.



Petites précisions à présent :


- A savoir que le
CLAMP's Challenge a débuté depuis le 17 octobre 2010.
- Si on lit une série de CLAMP, on n'est pas obligée de la terminer. Le lecteur peut lire le premier tome uniquement ou s'arrêter au milieu de la série, ou bien de choisir de lire toute la série.
- Tout le monde peut s'inscrire
sur l'article du Challenge que vous pouvez retrouver ici. Il n'y a pas de limite de temps pour s'inscrire (enfin, n'allez pas non plus vous inscrire le 16 ou 17 octobre 2011 pour ceux qui choisissent le niveau un ou deux quand même ! sauf en cas de seconde édition du challenge si Matilda le décide)
- A chaque billet publié, venez rapporter le lien du billet sur l'
article du challenge afin d'en faire part à la créatrice du challenge.
- Il y a possibilité de changer de niveau si on le souhaite.


Je n'étais pas intéressée par ce challenge au début, il faut dire que je ne connaissais pas grand chose à CLAMP, que je n'avais rien lu d'elles, mais l'
avis enthousiaste de Matilda  sur le manga xxxHolic m'a donné envie de découvrir ce manga qui fut un véritable coup de foudre pour moi, et c'est en plein milieu du manga que j'ai décidé de céder et de m'inscrire puisque j'étais déjà bien partie pour continuer et terminer xxxHolic et de découvrir d'autres oeuvres de CLAMP. Ainsi j'ai décidé de choisir le troisième niveau qui me permettra de lire à loisir le plus de mangas de CLAMP que j'aurais décidé, et ce sans limite de temps :p
Pour les intéressé(e)s, vous savez ce qu'il vous reste à faire !

 
 
 
 
Articles répertoriés pour le challenge :
 
 
 
 
 

lundi 23 mai 2011

Darren Shan (T.6) Le prince des vampires - Darren Shan et Arai Takahiro.

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Couverturesdelivres2/DarrenShanT6.jpg

Emprunt bibliothèque.
/ ! \ Fang's Addict Challenge / ! \
 
 
Du même auteur :
 
- Darren Shan (T.1) Le cirque de l'étrange.
- Darren Shan (T.5) Les épreuves de la mort.
- Darren Shan (T.7) Les chasseurs du crépuscule.
- L'assistant du vampire (T.1) La morsure de l'araignée.
- L'assistant du vampire (T.2) Le cauchermar continue.
- L'assistant du vampire (T.3) Jeux de sang.
- L'assistant du vampire (T.4) La montagne des vampires.

Lecture en ligne (en anglais) ici.

Quatrième de couverture : 


Après son échec aux épreuves d'initiation, Darren s'enfuit pour échapper à la mort. Mais, lorsqu'il apprend l'alliance de quelqu'un qu'il pensait être son ami avec les vampiriks, il décide de retourner à la Montagne des vampires ! Il prend alors tous les risques pour annoncer cette trahison au conseil même s'il sait pertinemment qu'il devra alors faire face à son destin : une mort certaine. Quelle sera la décision des Princes des vampires ? Et qu'arrivera-t-il, quand l'affrontement avec les vampiriks infiltrés dans la Montagnes des vampires deviendra inévitable ?


Mon avis :
 

Il y a quelques mois, j'avais parlé d'une série jeunesse qui m'avait beaucoup plu par son idée de base, les personnages et l'univers malgrè l'écriture enfantine, le manque de réelle intrigues et de complexité. Seulement, j'ai senti au tome quatre que cela changeait, petit problème : la traduction française s'est arrêtée au tome quatre et ne semble pas reprendre, sachant que la série L'assistant du vampire compte 12 tomes et qu'à l'étranger, elle est terminée depuis 2005 au moins. Alors j'ai décidé que j'en avais assez d'attendre la traduction de la suite qui n'arrivera peut-être jamais, et de continuer la série sous sa version manga que je suivais déjà depuis le premier tome, puisque la version manga avançe mieux que la version roman. Pour en savoir plus sur les tomes précédents, je vous invite à lire mes billets, ou de faire des recherches sur le net !

Puisque je suis en période révisions, je n'ai le temps de lire que des BDs/Mangas, ce qui tombait bien car j'étais replongée dans ma période Darren Shan, puis j'ai relu ce tome, et ce fut une relecture toujours aussi satisfaisante. Les auteurs s'étaient déjà surpassés avec le tome cinq, mais le six est encore mieux au niveau de l'intrigue et de l'action surtout. Dans le tome 5, nous avons quitté Darren dans une assez mauvaise situation, un vrai cliffhanger ! Le tome six est dans la continuité du cinquième où Darren fuit les ennemis et la montagne des vampires. Il est dans l'impossibilité de retourner parmi ses proches et doit errer dans les alentours de la montagne, parmi les loups. mais il se rend à l'évidence : un des vampires en qui chacun avait confiance a trahit le clan vampirique, et seul Darren le sait, s'il choisit de se taire, les vampires se feront attaquer par les vampanezes (vampiriks en VF mais je préfère la VO), mais s'il prend le risque de retourner à la montagne pour prévenir les vampires, il risque la peine de mort... malgrè tout, il prend ce risque et choisit de se confier au seul vampire qui pourrait croire et assister Darren : l'ancien mentor de son maître vampire, Seba Niles... je n'en dis pas plus, il se passe tant de choses dans ce tome que j'aurais aimé lire aussi la version livresque.

Loin des premiers tomes où l'intrigue était simple, sans grande complexité, nous sommes plongé dans le coeur de la société vampirique. Il y a beaucoup d'évènements dans ce tome donc aucun risque de s'ennuyer. Les choses sérieuses ont commençé, des sujets plus matures et sérieux sont abordés, il y a un réel changement comparés aux tomes précédents (un à quatre), plus d'émotion aussi : tristesse, colère, joie, avec un peu d'humour, beaucoup d'action, des révélations. On est plus plongé dans la société et la loi des vampires, ce qui est assez différent de ce que j'ai pû lire jusqu'à présent, l'auteur nous offre une autre vue sur la société des vampires, sur sa conception des vampires, leurs lois, leur hierarchie, leur société, les combats entre vampires et vampanezes, ce n'est pas si manichéen que ça et un personnage de l'histoire (que je ne révèlerais pas pour pas spoiler) le prouve bien. Oui il a trahit, oui il a comploté, mais il voulait bien faire, il voulait unir les deux clans vampiriques ennemis, idéaliste, il rêvait d'une meilleure société, de meilleures lois, une paix entre vampires et vampanezes mais les deux clans sont en guerre depuis toujours et rien ne change ce fait, j'avoue avoir été triste du destin de ce personnage tragique, je l'aimais bien, ça prouve les failles dans la société vampirique, mais avec le grand évènement de la fin de ce tome, cela va-t-il changer ? Car ce fut une fin surprise, inattendue, je ne sais pas si cette fin me plaît, ça me paraît un peu exagéré ce qui arrive à Darren et très inattendu, mais bon, j'attends la suite pour voir comment vont se dérouler les choses...

Mais il s'est passé pas mal de choses, après un début lent nous avons de l'action, des larmes, des batailles, des personnages qu'on retrouve, certains nous quittent, l'histoire est bien moins enfantine, tout s'assombrit, les choses sérieuses se sont bel et bien installées, comme j'aurais aimé lire le roman afin de voir l'écriture de l'auteur, les descriptions, les sentiments et pensées de Darren en ces heures sombres et difficiles. Batailles, morts, nouveau prince vampire, trahison, révélation, fuite... toutes ces choses vécues par Darren qui auraient été intéressantes à lire sous forme de récit. En tout cas, ce tome fut meilleur que les précédents, la saga s'améliore au fil des tomes, et je n'ai pas à me plaindre des dessins de Takahiro Arai, l'histoire prend vie sous ses croquis. Les auteurs ont fait fort, surtout au niveau de l'histoire, j'ai hâte de découvrir la suite. Ah, et navrée si je ne suis pas bien claire dans mon billet, faites-le moi savoir si tel est le cas !


Morgane Kingsley (T.1) Démon intérieur - Jenna Black.

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Couverturesdelivres2/DemonInterieurT1.jpg
L'auteur :


 
http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Photosdauteurs/jennablack.jpg


Jennifer Bellak (née en ?), est une auteur américaine de romans d'amours paranormaux, utilisant son nom de plume Jenna Black pour ses romans de fantasy urbaine.


Emprunt médiathèque.

 
 
 
Quatrième de couverture :
 
Morgane Kingsley est exorciste et, par les temps qui courent, elle ne manque pas de boulot. Normal, son aura peut venir à bout de n’importe quel démon.
Du moins, c’est ce qu’elle croyait: un démon a réussi à la posséder, elle ! Et il est à se damner. Ce n’est pas pour rien qu’on parle de la beauté du diable… Morgane pourrait bien succomber à la tentation et en oublier son cher et tendre. Sans compter que son invité mystère doit résoudre une guerre de succession démoniaque qui met en péril la survie de l’humanité. Une mission qu’on ne refuse pas



Mon avis :

Je suis tombée sur ce livre un peu par hasard à la médiathèque alors que je recherchais encore et encore le second volume d'Anita Blake (soit il est toujours emprunté lorsque je viens, soit un abruti congénital a eu la bonne idée de ne jamais le rendre), et si la couverture ne me plaisait franchement pas (pourquoi, pourquoi, pourquoi Milady s'acharne à présenter ses héroïnes de bit-lit de façon vulgaire, presque dénudée ? ça donne pas envie de lire et de découvrir l'héroïne !), ni le résumé, j'ai emporté ce livre avec moi pour la simple et bonne raison que cette série de bit-lit m'étais inconnue et qu'elle parlait d'autre choses que les traditionnels vampire/loups-garous. De plus, j'aime trouver les démons dans la littérature depuis ma lecture de Faust et de Black Butler, ça change des vampires, des lycans ou éventuelles créatures surnaturelles que l'on retrouve très souvent dans la bit-lit.

L'idée de base est donc bonne et originale : un monde moderne, celui que l'on vit tous les jours, où des démons se cachent en s'emparant d'humains volontaires qui le veulent, qui sont donc des hôtes. Les démons ont leurs lois, leur justice, leur hierarchie et vivent parmi les humains. Morgane Kingsley est exorciste, son boulot est d'exorciser les hôtes illégaux : les démons qui se sont invités dans le corps d'un hôte qui ne le voulait pas. Une possession d'hôte non consentant. Morgane Kingsley a justement pratiqué un exorcisme sur une petite fille habitée par un démon coriace, mais cet exercice se passe mal, plutôt mal mais Morgane et la petite fille s'en sortent tant bien que mal et le démon est mort, du moins c'est ce que Morgane croit, mais certains évènements prouvent le contraire...

Parce que cette série parle de démons, elle sort de l'ordinaire et c'est ce qui m'a d'abord plu. Au lieu de s'attaquer aux traditionnels vampires ou encore loups-garous que l'on retrouve souvent dans les séries de bit-lit, ici l'auteur nous parle des démons. Des démons qui sortent parfois de l'Enfer pour vivre dans un corps humain s'ils y ont été invités et ils vivent en harmonie avec les humains. Parce qu'en Enfer, les démons n'ont pas d'enveloppe corporelle, alors vivre dans un corps humain est chose nouvelle et incroyable pour eux qui découvrent le sens du toucher, et ça leur plaît. Ils ont leur loi, leur hierarchie, leur société et c'était un aspect de l'histoire intéressant à découvrir, le concept des démons, des hôtes et des exorcismes. Bien que j'avoue que parfois, je n'imaginais pas certains démons du roman agir de façon si humaine et sortir des trucs du style 'je vais t'aider/je te comprends/je t'aime/cet homme est bon' et un comportement un peu trop doux et sympathique pour un démon. En même temps, je peux être très exigeante sur les démons, certains de l'histoire se différencient de la conception que je me fais des démons à savoir machiavéliques, sans scrupules, sans sentiment, sans coeur, sarcastiques, cruels et fiers de l'être. Et pas humains. Bon après, j'avoue que d'autres démons comme Adam White sont plus convaincants en tant que démon que d'autres : sarcastique, sourires sournois, aime infliger la douleur, même s'il est amoureux. Oui nous avons un démon en couple avec un humain, et si on épargne le côte sado-masochiste du couple et des pratiques sexuelles douteuses (fouet, menottes et cie...), le couple Adam/Dominic fonctionne et peut intéresser le lecteur, si je n'étais pas convaincue au début, j'avoue que le couple Adam/Dominic m'est finalement plutôt sympathique et j'ai aimé les suivre. Donc cette partie sur les démons est intéressante même si je n'ai pas toujours adhéré à la vision de l'auteur sur le monde démoniaque et les protagonistes (puis quelle idée de nommer des démons après des personnages bibliques), mais ce fut sans doute la chose la plus intéressante du roman.

Ensuite, avis aux âmes sensibles, ce livre n'est pas fait pour les prudes ou les sensibles. Dès les premiers chapitres, je me suis dit 'Oulala, dans quoi je me suis embarquée moi ?', on plonge tête la première dans le SM, le sado-masochisme avec le cuir, fouet, menottes et tout le tralala, avec ce genre de scène racontée de façon crue et assez glauque, je dois dire que ce sont les passages que j'ai survolé en plus des nombreuses scènes de sexe qu'on trouve au début. C'était agaçant, lassant, plusieurs fois j'ai failli laisser tomber pour lire un bon vieux livre écrit correctement et avec une histoire intéressante et passionnante. D'accord, je m'attendais à retrouver des scènes de sexe, on en retrouve souvent dans certaines séries de bit-lit mais là, ce fut trop pour moi... sans compter que tous les hommes de ce roman semblent porter du cuir et sont sexy à souhait... mais sinon, l'histoire reste un poil intéressante et l'intrigue prenante, la trame bien menée, il y a eu au moins ça. Les scènes s'enchaînent vite et il y a de l'humour, c'est déjà ça.

Parlons du style d'écriture : bien que simple et basique, c'est oral, vulgaire, familier, pauvre, avec des répétitions, quelques fautes, et il y a de drôles de tournures de phrases. Le manque d'action pendant une bonne partie du livre peut ennuyer, encore heureux que le livre se lisait vite et sans contrainte car l'intrigue peut intéresser : l'exorciste se retrouve possédée, et pas par n'importe quel démon, sans compter que cette possession illégale créée des ennuis à l'héroïne qui devra demander de l'aide à d'autres démons, ce qui m'a donné l'occasion de mieux connaître Adam et Dominic qui sont les seuls personnages, à priori, à m'avoir donné un semblant de bonne impression car Brian, l'amoureux de l'héroïne, bien que sympathique me paraît un peu trop parfait pour être crédible, et l'héroïne, Morgane, m'a fait ni chaud ni froid pendant une bonne partie du roman avant de finalement la trouver ennuyeuse et pas très futée, elle ne m'a pas fait grande impression. Je ne la deteste pas, mais je ne l'aime pas vraiment... bref, elle ne m'a pas marqué... peut-être que si elle n'était pas si butée, et si portée sur le sexe (comme pas mal de personnages d'ailleurs), peut-être aurait-elle été un peu plus buvable... d'accord, ses erreurs la rendent plus humaines et crédibles, mais après tant de chapitres passées avec elle, j'en pouvais plus, heureusement que le livre se lisait vite et bien, sans contrainte ou trop d'énervement.

Je ne sais pas trop quoi penser de ce roman. Il y a le vocabulaire cru et parfois vulgaire qui peut gêner ainsi que les scènes SM et de sexe, le comportement de l'héroïne, l'absence d'action pendant un moment... toutes ces choses qui m'ont agaçée, je n'ai pas été si motivée que ça lors de ma lecture, je me suis souvent ennuyée mais ça se lit vite, sans contrainte, sans énervement, l'intrigue fonctionne, certains personnages peuvent s'avérer un poil intéressant (Dominic, Brian ou les démons Lugh et Adam), et cet univers où se mélangent humains et démons est intéressant, voir une autre créature surnaturelle sur le devant de la scène, une créature qu'on ne retrouve pas souvent dans la littérature et découvrir sa société, sa hierarchie, ses lois selon l'auteur car si je ne fus pas toujours d'accord avec elle, l'histoire des démons et le reste intrigue, néanmoins je ne suis pas sûre de vouloir tenter la suite, ça ne me dit trop rien... malgrè les quelques points positifs que j'ai pû relever, j'ai trouvé plus de points négatifs et je n'ai pas été si marquée par cette lecture. Si je devais résumer ce livre en quelques mots ce serait : franchement pas terrible, après peut-être que je ne suis pas le bon public pour ce livre ou que j'ai fait une over-dose de bit-lit et que je ferais mieux d'attendre plusieurs mois avant de tenter d'emprunter et lire le second tome pour voir... affaire à suivre ! En attendant je vous laisse, je pars me consoler avec un bon livre...

Extrait :

Adam est à la tête des Forces spéciales, le département de la police chargé de s'occuper des démons criminels. Par le plus grand des hasards, il se trouve qu'il est lui-même un démon. Pas mal de gens - dont je fais partie - considèrent que cela revient à faire garder le poulailler par un renard. Mais, d'une certaine manière, c'était assez pratique. Adam peut affronter n'importe quel démon seul à seul et avoir le dessus. Et ce n'est pas quelque chose dont nous autres, simples mortels, pouvons nous targuer.

Chapitre 4.

mercredi 11 mai 2011

Selected poems - John Keats.

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Couverturesdelivres2/PoemsbyKeats.jpg

L'auteur :

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Photosdauteurs/JohnKeats336s.jpg
John Keats, (31 octobre 1795 - 24 février 1821), est un poète romantique anglais, considéré comme l'un des poètes les plus importants de sa génération.

Emprunt bibliothèque fac.
Quelques poèmes disponibles
ici en VF et ici en VO.



Résumé :

De toutes les figures de la mythologie, ce sont celles qui ont trait à la beauté que Keats privilégie, faisant ainsi de Psyché, Apollon et Endymion non seulement des allégories de la création poétique, mais aussi des êtres qui souffrent, des poètes dont les chants sont destinés à s'évanouir, des bergers dont l'errance évoque le questionnement ontologique du poète...
À travers des pièces d'une sensualité unique, même pour un romantique de la seconde génération, Keats conduit fébrilement son questionnement et malgré la profusion verbale et la variété de formes, malgré l'abondance d'images qui menace d'écoeurement..
. (1)

Mon avis :

J'avais déjà dit que, de tous les genres littéraires, je n'étais pas trop bonne copine avec la poésie, ce n'est pas un genre que je raffole particulièrement malgrè quelques oeuvres et auteurs qui furent une très bonne exception (Baudelaire, Dickinson, ou encore Le corbeau de Poe, que j'ai lu lu et relu depuis ma lecture du manga Black Butler, et qui me donne à chaque fois des frissons), cependant, voilà que j'ai retenté l'expérience et c'est un film en particulier qui est coupable. Voyez-vous, j'ai visionné il y a peu un film emprunté à la médiathèque : Bright Star, qui relatait un peu la vie et l'histoire d'amour entre le poéte anglais John Keats et Fanny Brawne, ce fut un très beau film accompagné d'une jolie soundtrack et de sublimes extraits des poèmes de l'auteur anglais, j'ai souvent revisionné ces passages ou un personnage relisait les poèmes tant c'était beau.

Toujours pas remise, j'ai été emprunter et lire à la bibliothèque de la fac quelques-uns de ses poèmes, en anglais, aucun ouvrage de Keats n'étant disponible en français, mais honnêtement, ça ne m'a pas gêné tant que ça. Je dirais même qu'en version originale, avec les vrais mots de l'auteur, c'est mieux. J'ai toujours aimé la langue anglaise que je trouve très belle et lire ces poèmes dans leur version originale fut un vrai bonheur, malgrè quelques soucis de traduction. Sa poésie est presque musique, il y a beaucoup de profondeur et de beauté, il y a un mélange entre l'imagination et la réflection, il y a de la souffrance, de la mythologie, presque des chants. Les mots s'enchainement joliment, en anglais ou en français (parce que j'ai quand même tenté en français). C'est beau, c'est lyrique, et ça s'accompagne très bien avec de la musique. Presque chaque poème est comme une histoire qu'on suit. Non, franchement, c'est très beau, même moi qui n'y connaît presque rien en poésie, je ne peux rester insensible. Je ne sais que dire de plus, c'est dur de faire la 'critique' de poèmes. Par contre, j'ajouterais que pour cette édition, la préface est intéressante et utile, un texte très complet, très annoté, très riche en informations surtout sur l'auteur et son oeuvre, le genre d'édition qui conviendrait bien à un étudiant. C'est simple à lire et à comprendre.

Extrait :

La veille de la Sainte-Agnès, ah ! comme le froid était âpre !
Le hibou, malgré toutes ses plumes, était perclus.
Le lièvre boitait, tout tremblant, par l’herbe glacée
Et silencieux était le troupeau dans son bercail laineux.
Gourds étaient les doigts du diseur de chapelets
Tandis qu’il égrenait son rosaire et que son souffle glacé
Comme pieux encens montant d’un encensoir antique
Semblait, avant la mort, s’envoler vers le ciel,
Et passait devant l’image de la douce Vierge cependant qu’il disait sa prière
.

I. La veille de la sainte Agnès.




(1) Le résumé ne vient pas de la quatrième de couverture, je l'ai emprunté à Amazon,
je ne voulais pas 'emprunter' un résumé en anglais mais un en français. Voilà pour la précision.

Blood Alone (T.1) - Masayuki Takano.

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Couverturesdelivres2/BloodAloneT1.jpg


L'auteur :
http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Photosdauteurs/noauthor.gif

Originaire d'Hiroshima, Masayuki Takano a débuté sa carrière en dessinant des doujinshi (manga japonais fait par des fans reprenant le manga d'un autre, un peu comme une fanfiction), et c'est de cette façon que naquit Blood Alone avant qu'il ne lui trouve un éditeur chez qui le publier.

/ ! \ Fang's Addict Challenge / ! \

 
 
Quatrième de couverture : 

Malgré son apparence fragile et sa grande timidité, la petite Misaki est en réalité un vampire. Elle vit chez Kuroe, un écrivain fauché dont elle est secrètement amoureuse. Elle pourrait se servir de son pouvoir de vampire pour le soumettre, mais elle choisit de ne pas le faire. Ensemble, ils recherchent leur ennemi juré, un redoutable vampire qui a assassiné le père de Misaki, mais aussi la sœur de Kuroe...


Mon avis : 

Je suis tombée sur ce manga sur la blogosphère, et les couvertures m'attiraient beaucoup, je les trouvais très jolies, les couleurs aussi, bien que je croyais que c'était en fait des bandes-dessinées... oui. bon. J'ai eu la chance de tomber sur le premier tome et j'ai pû le lire pendant une petite heure.

Alors, Blood Alone, ça raconte la vie de Kuroe, un écrivain japonais, qui partage son quotidien avec Misaki, une petite fille qui cache, sous ses airs charmants, une nature de vampire. Il a recueilli la petite chez lui depuis le décès de son père, assassiné par un vampire qui a aussi blessé les yeux de Kuroe. Le seul avantage de cette blessure était, qu'une fois guérie, Kuroe est insensible aux pouvoirs d'hypnotisme des vampires, car les vampires ont ce pouvoir et que Misaki pourrait très bien l'utiliser sur Kuroe si elle le voulait. Car son affection pour son sauveur s'est transformée en amour... Ami et ancien camarade de classe de la patronne d'un département de police, Kuroe est aussi, par moment, solicité par cette amie pour des enquêtes...

Alors, mon verdict ? Il faut savoir que j'ai tendance à me méfier des mangas parlant de vampires. Déjà que je ne suis pas convaincue par Hellsing, Trinity Blood ou encore Vampire Knight, pourtant je me suis laissée tentée par Blood Alone, en majeure partie à cause de la couverture et un résumé prometteur. Côté dessin, il n'y a rien à dire, c'est très bien, c'est beau esthétiquement, il y a ce style net et propre que je retrouve chez Gosho Aoyama, bien que des fois Masayuki Takano ne dessine pas d'yeux, bouche ou nez sur un ou plusieurs visages si ceux-ci ne sont pas en premier plan. Est-ce volontaire ou pas ? Toujours est-il que ça fait assez bizarre sur le coup, mais à part ça, je n'ai rien à dire, c'est très bien et les couvertures des tomes sont toutes sublimes, sans exception, sans parler des couleurs des dites-couvertures. Concernant l'histoire... disons qu'on ne suit pas vraiment une histoire. Je veux dire que pendant un chapitre, le sujet peut être juste une visite ou une conversation entre deux personnages, et les deux-trois chapitres suivants sont une enquête, puis on revient sur un chapitre 'détente' ou deux avant d'avoir une nouvelle enquête. Enfin, ce n'est que le tome un, donc j'aurais l'occasion de voir comment seront construit les tomes suivants, pas que le schéma de l'auteur me gêne pour le moment, hein !

Ensuite, les personnages : je parlerais d'abord de Misaki. Déjà l'idée d'une enfant-vampire est intéressant à exploiter, ce n'est pas une chose que j'ai eu souvent l'occasion de voir, sauf dans les très bons romans d'Anne Rice dans La Chronique des Vampires (ceux qui connaissent se souviendront donc de Claudia, enfant vampire, une femme et une tueuse sanguinaire dans le corps d'une jeune enfant aux airs adorables et charmants) mais Misaki n'est pas Claudia. Pour le moment, il ne nous est pas encore révèlé quand ni pourquoi elle a été vampirisée, sans doute quand son père fut assassiné, et quand Kuroe la trouva. Au niveau du mythe du vampire, le minimum est respecté : sorties nocturnes, impossibilité de sortir le jour, nécessité de boire du sang, une certaine force, les canines (par contre, par de cercueil ou de transformation en chauve-souris xD) donc je n'ai pas à me plaindre (car je suis plutôt exigeante concernant les vampires que je trouve à la tv/littérature/manga). Misaki est adorable et semble bien supporter sa condition de vampire (en même temps, il est dit que ça fait un petit boût de temps qu'elle a été vampirisé), un vampire de son âge 'physique' nommé Higure lui apprennant deux-trois choses sur les pouvoirs vampiriques. Sinon, on voit bien son affection pour Kuroe, c'est très flagrant. Je suis quelque peu déconcertée par ses sentiments ceci-dit, elle n'a que 10 ans (environ) d'âge physique et Kuroe doit avoir... quoi ? la vingtaine au pire ? Les vampires ne vieillissant pas, comment une histoire d'amour peut avoir lieu dans ce manga ? En admettant que Kuroe réalise que Misaki l'aime plus qu'un ami/tuteur et qu'il accepte ces sentiments. Ca ferait shota, en fait (shota : relation entre un adulte et un mineur), et ce n'est pas un genre qui me plaît trop dans les mangas, d'où ma reluctance à lire Loveless. J'aurais préféré voir une relation père/fille ou frère/soeur entre eux, comme Misaki a perdu son père et Kuroe sa soeur. Enfin, je verrais d'abord comment vont évoluer les choses par la suite...

Concernant les autres personnages, Kuroe m'a paru un peu passif mais c'est surtout dû aux traits de son visage mais plutôt sympathique et très attaché à Misaki, là aussi, j'attends de le voir évoluer par la suite et de le voir gagner plus de profondeur car les seuls m'ayant fait une impression pour ce premier volume sont Misaki, Higure le jeune vampire et Sly l'homme utilisant des mots français (j'ai lu le manga dans sa version anglaise) qui semble avoir un travail douteux la nuit mais aidant parfois Kuroe et Misaki. Sinon nous avons eu une enquête policière mais le coupable était vraiment trop prévisible, mais elle aura permi de nous montrer que le monde moderne dans lequel vivent les personnages n'est pas si banal que ça puisque, en plus des vampires, Sayaka, l'amie de Kuroe, travaillant à la police a [ un pouvoir : celui de voir les derniers moments/souvenirs d'une victime rien qu'en la touchant, plutôt utile pour son travail ] donc j'attends de voir ça par la suite.

Donc, pour conclure, je dirais que ce n'est que le premier tome donc l'histoire se met lentement en place, on vient à peine de faire connaissance avec les personnages, l'univers s'est introduit, donc je ne peux pas m'attendre à un coup de coeur ou à une deception. Je n'ai lu que le premier tome, normal que je n'ai pas été impressionnée, cela dit, je dirais que je serais tentée de lire la suite un jour rien que pour certains personnages, voir comment vont évoluer les choses/relations/personnages et l'enquête sur le vampire ayant assassiné la père de Misaki et la soeur de Kuroe, on en a eu qu'un bref aperçu et j'espère que ce sera mieux abordé dans la suite. Donc voilà, un début bien sympathique dans l'ensemble.



dimanche 8 mai 2011

Interlude mortel - Charlaine Harris.

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Couverturesdelivres2/InterludeMortel.jpg
'Hold me like you held onto life
When all fears came alive and entombed me
And love me like you loved the sun
Scorching the blood in my vampire heart.'
- Vampire heart, HIM -



/ ! \ Fang's Addict Challenge / ! \



Quatrième de couverture :

"La première fois que l'on m'a demandé d'écrire une nouvelle autour de Sookie Stackhouse, je n'étais pas sûre d'y parvenir. La vie de Sookie, son histoire, sont si complexes que j'ignorais si j'étais capable de créer une fiction courte mais cohérente qui lui rende justice [...] Je me suis bien amusée à écrire ces histoires. Certaines sont totalement joyeuses, d'autres plus sérieuses, mais elles éclairent toutes une petite facette de la vie de Sookie que je n'ai pas apportée dans les romans. J'espère que vous éprouverez autant de plasisir à les lire que moi à les écrire."
Charlaine Harris.


Mon avis :

Comme je suis déjà bien avançée dans mon Challenge Histoire, j'ai décidé de plus me consacrer au challenge Fang's Addict, vu que je n'ai publié que trois billets pour le moment, et je voulais relire de la bit-lit de Charlaine Harris, replonger un peu dans les aventures de Sookie Stackhouse, retrouver Bon Temps, Eric le vampire, Chez Merlotte, Fangtasia et etc... vu que la saison quatre ne sortira pas aux Etats-Unis avant Juin, j'ai décidé de me replonger dans les livres, étant déjà bien avançée dans le tome cinq, je me suis procurée ce recueil de nouvelles de l'auteur qui propose cinq petites aventures de l'humaine télépathe Sookie Stackhouse, enfin traduit en français depuis Avril dernier. Je savais que deux des nouvelles se déroulaient après le tome 5, mais comme j'ai été spoilée par des connaissances, j'ai quand même décidé de prendre le risque de tout lire. Finalement, ça a été comme sur des roulettes.

Ce recueil compte donc cinq nouvelles : Poussière de fée et L'anniversaire de Dracula qui se situent après le tome quatre Les sorcières de Shreveport et avant le tome cinq. En un mot qui peut se lire après le tome cinq ou six. Défaut d'assurance doit se lire après le tome 7 aka La conspiration et enfin Le noël de Sookie se lit avant le tome 9 : Bel et bien mort. Voilà pour l'information, mais l'auteur elle-même en parle dans une petite preface. Cependant, on peut lire au moins les trois premières nouvelles en ayant suivi les trois premières saisons de la série télévisée, True Blood. Ensuite, mon petit coup de gueule irait à ce point-ci : je trouve ça incroyable qu'un tome si petit ait le même prix qu'un tome de la saga, soit 8,90 euros, alors que ce livre ne fait qu'un tiers d'un tome de La communauté du sud, c'est quand même un peu exagéré ! Les responsables profitent vraiment de nous ! voilà pour le coup de gueule. Passons sur une note plus légère en parlant des nouvelles.

Sans pour autant être géniales ou exceptionnelles, elles offrent un agréable moment de lecture, de la bit-lit bien sympathique à lire. Ce n'est pas de la grande littérature comme il faut s'y attendre, le style est toujours aussi oral mais le recueil a le mérite de nous offrir un moment de lecture-détente très sympa. En attente de la nouvelle saison de True Blood, c'est franchement agréable de se replonger dans l'atmosphère de la saga, retrouver la ville de Bon Temps et ses habitants : Sookie, Sam Merlotte pour ne citer qu'eux, et aussi ses vampires comme Bill Compton, Eric Northman, Pam, Boubba... une véritable bouffée d'oxigène que de retrouver cet univers, la même sensation que j'ai ressentie en ouvrant le tome cinq il y a peu. Vraiment une lecture plaisante, même en sachant que je ne lirais sans doute pas de perle littéraire, mais ça reste très sympa, même si Sookie a pû paraître un tantinet insupportable mais la connaissant depusi cinq tomes déjà, j'ai l'habitude et ça ne me gêne plus trop. A vrai dire, ça m'a fait plaisir de la revoir même si je continue à préférer la Sookie de la série tv.

Dans Poussière de Faé, Sookie est chargée d'une petite enquête concernant la soeur de la faé Claudine, rencontrée au tome quatre. Nous faisons retrouvons Claude son jumeau, et tous deux demandent de l'aide à Sookie, un drame s'est produit dans leur famille et seuls les talents de télépathe de Sookie peuvent les aider à découvrir le coupable de l'affaire. Nouvelle plutôt sympathique mais pas celle que j'ai le plus préféré. Seconde nouvelle : L'anniversaire de Dracula que j'ai adoré, notamment parce qu'on revoit Eric le vampire vinking qui fait baver nombre de lectrices que ce soit dans les livres ou dans la série :p J'ai eu le plaisir de constater que Eric ne me déçoit toujours pas, il est franchement génial comme personnage quoi, et j'ai eu l'occasion de le voir en fan inconditionnel du Vampire avec un grand V je vous pris, alias Dracula ou encore Vlap Tepes. Dans cette nouvelle, le Fangtasia (ou Le Croquemitaine) fête l'anniversaire du plus célèbre des vampires, et Eric espère que le prince des Ténèbres fera son apparition dans son bar. Sookie, invitée à la fête, y retrouve Eric, Pam alors que les vampires locaux attendent l'arrivée de Dracula... En un mot est aussi très bien, on en apprend plus sur la cousine de Sookie, Hadley, vampire favorite de la reine des vampires de Louisiane : Sophie-Anne, ici nous retrouvons Bill que nous avions à peine aperçu dans L'anniversaire de Dracula. Défaut d'assurance est peut-être la nouvelle qui m'a le moins plu après Poussière de faé, même si le début était plutôt pas mal avec le personnage d'Amélia la sorcière, mais au final, avec une troisième enquête pour Sookie et quelques répétitions, ça a commençé à faire un peu trop. Sinon, dans cette histoire, Amélia et Sookie mènent une petite enquête pour Greg Aubert, l'agent d'assurance de Sookie : en effet, quelqu'un s'est introduit dans son bureau pour aller fouiller dans les dossiers. Et enfin, Le noël de Sookie, une nouvelle que j'ai adoré lire après L'anniversaire de Dracula. Sookie fête noël seule mas voilà qu'en sortant de chez elle, elle tombe sur un jeune loup-garou bien mal en point. Pour Noël, elle décide de le prendre sous son aile... cette nouvelle fut touchante, étonnante, pleine d'émotion, l'auteur a sû me surprendre !

Malgrè quelques répétitions, quelques erreurs dans la traduction (certaines phrases ne voulaient pas dire grand chose), c'était très sympa à découvrir et à lire, l'auteur a répondu à certaines de nos questions, nous révèle des choses qu'elle avait à peine effleuré dans ses tomes, apporte des informations qui auraient pû nous échapper. Ces nouvelles ont été utiles pour la bonne compréhension de la saga, on apprend des choses, certaines histoires sont amusantes, divertissantes, touchantes, légères, sentimentales... donc, malgrè quelques points noirs, je reste sur une bonne impression.

Extrait :

Lindsay, elle, songeait à son petit ami secret. Comme toutes les adolescentes de la terre, elle était convaincue que ses parents étaient les gens les plus ennuyeux du monde, et qu'en plus, ils avaient avalé des parapluies. Ils ne comprenaient rien à rien. De son côté, Lindsay ne voyait pas pourquoi Dustin ne voulait pas la présenter à ses parents, ni l'emmener chez lui. Seul Dustin comprenait à quel point elle avait l'âme poétique, à quel point elle pouvait être fascinante, à quel point elle était incomprise...
Si on m'avait donné dix cents à chaque fois que j'ai entendu ça dans la tête d'un adolescent, je serais riche comme Crésus
.

Défaut d'assurance.

samedi 7 mai 2011

Journal (1939 - 1944) Une jeune fille libre - Denise Domenach-Lallich.

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Couverturesdelivres2/UneJeuneFilleLibre.jpg
 
Les auteurs :

 

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Photosdauteurs/noauthor.gif

Christine Mital (née en ?) est la rédactrice en chef du Nouvel Observateur.
Denise Lallich, née Domenach, a quatre vingt ans et vit toujours à Lyon, sa ville natale. Elle fut résistance durant la seconde guerre mondiale.

Emprunt médiathèque.
/ ! \ Challenge Histoire / ! \


Quatrième de couverture :

Un trésor dormait au fond d'une armoire : trois cahiers retrouvés par hasard, en rangeant des papiers. Aussitôt, Denise a été rattrapée par son histoire. À l'époque où elle s'appelait encore Domenach à la ville et Duplessys pour la Résistance.

Quand, de 1939 à 1944, elle a tenu son journal... Ce document est publié tel qu'il a été écrit, en secret. Il y a du Journal d'Anne Frank dans ce texte, qui passe de la gravité au caprice, avec les hauts et les bas d'une adolescente. L'intime et l'Histoire se mêlent à chaque page. Car Denise s'engage très tôt dans la Résistance, sous l'influence de son frère, Jean-Marie Domenach, futur directeur de la revue Esprit, et de Gilbert Dru, héros chanté par Aragon dans La Rose et le réséda. A la fin de la guerre, clandestine à Lyon, elle échappe de justesse à l'arrestation. Nombre de ses amis sont torturés, fusillés ou déportés. L'amour, l'aventure, le courage... toutes les émotions se bousculent.

Christine Mital est allée à la rencontre de Denise. Pour combler les blancs et répondre à ses propres interrogations sur l'Histoire. De ces échanges entre celle qui y était et celle qui n'y était pas, de cette confrontation entre deux regards, naît un portrait juste et tendre, qui passionnera toutes les générations. Celui d'une jeune fille libre
.


Mon avis :

Je suis tombée sur ce livre un peu par hasard à la médiathèque, j'étais à la recherche de livres sur les vampires, histoire d'avançer pour le challenge puisque j'étais déjà bien avançée dans le challenge histoire, mais bon. Quand je tombe sur un livre sur la seconde guerre mondiale et en particulier sur la Résistance, je ne peux pas l'ignorer. Voici donc lu en quelques jour ce court témoignage de Denise Lallich, née Domenach qui était alors adolescente durant les années d'Occupation, à Lyon, dans une famille qui se dit gaulliste et résistante. Ce journal intime va de 1939 à 1944.

Ce qui m'a surprise était que le journal, classé par année, n'est que la moitié du livre, le journal est donc plutôt court et l'auteur n'a pas écrit tous les jours, ni beaucoup. Elle parle de certaines choses, mais pas d'autres. Elle n'y parle pas des camps de concentration, mais ça c'est normal, les gens de l'époque n'en savaient pas beaucoup. Elle peut parler de l'entrée en guerre, de la capitulation de la France, des 'Boches' qui envahissent le pays, de l'avançée des Alliés en Afrique, de Pétain, de De Gaulle, mais n'a pas pû écrire d'autres évènements comme le débarquement de Normandie et autres évènement importants de cette époque. Elle parle surtout de sa vie de lycéenne, les cours, ses amis, les étudiants, les professeurs, ses examens dont le baccalauréat qu'elle tente tant bien que mal à obtenir, de sa famille, de la littérature (elle citera Victor Hugo, recopiera des extraits de roman/poésie/chanson), et fait très clairement savoir son opinion dans son journal ou dans la vie : elle est résistante et gaulliste, non pétainiste, comme sa famille, Vichy est une disgrâce pour la République et ils soutiennent De Gaulle, 'ce général français qui pense comme eux'. Pour une jeune fille de l'époque, elle a l'esprit libéré, elle peut sortir effectuer des petits travails pour la Résistance sans que ses parents ne s'y opposent. Elle fait voyager des lettres, elle part protester avec ses frères et d'autres étudiants contre l'autorité vichiste. J'ai beaucoup aimé tout cet esprit de patriotisme à cette époque, le genre qu'on ne rencontre que rarement de nos jours je trouve.

Quand j'ai lu la partie reservée au journal, je n'aurais jamais imaginé à quel point Denise Domenach a vraiment été impliquée dans la Résistance à Lyon, en la lisant, on découvre une jeune fille à l'esprit libre, rebelle ce qui peut être surprenant pour l'époque, une adolescente lycéenne normale qui a ses amis, des prétendants, des examens et qui exprime sans retenue et sans crainte son opinion sur l'occupation, Vichy, la Résistance, De Gaulle, Pétain et qui manifeste avec quelques étudiants et effectue quelques travaux pour la Résistance, juste délivrer des lettres, papiers et j'en passe. Il y a parfois des moments de 'blancs', disons que Denise Domenach-Lallich n'a pas pû ou a choisi de ne pas tout révéler, après tout ce journal aurait pû être découvert ; en fait, il y a la seconde partie du livre qui nous permet d'en savoir plus et qui comble ce qui manque et ce qui n'a pas été dit dans le journal, c'est la partie où Christine Mital, qui a été à la rencontre de Mme Lallich, qui nous parle plus de sa rencontre avec la dame, de leur entretien, de ce que Mme Lallich a choisi de révéler. Cette partie fut intéressante car elle révèle ce qui ne fut pas écrit dans le journal, ainsi on apprend que Denise Domenach a plus été impliquée dans la Résistance qu'elle ne l'a laissé entendre dans son cahier intime, ce qui est advenu de ses proches durant cette époque, ce qu'elle a fait, où elle a été, l'atmosphère et les conditions de l'époque, sa famille, son travail en tant que Résistante, ses actions durant la Libération et après, ses proches, qui pour certains furent déportés ou arrêtés et torturés. Ainsi le lecteur n'est pas frustré après la fin du journal puisque la seconde partie révèle à peu près tout et nous permet d'en savoir encore plus sur l'auteur du journal, avant, durant et après la seconde guerre mondiale.

Donc, loin d'être l'un des témoignages poignants et inoubliables que j'ai pû lire jusqu'à présent, ce livre reste tout de même intéressant et agréable à lire, et en cette période d'anniversaire du 8 mai, ça m'a fait du bien de replonger dans cette époque terrible certes mais fascinante à mes yeux. Donc si ce ne fut pas très poignant, touchant ou inoubliable, je ne dirais pas avoir été déçue et j'ai aimé suivre Denise Domenach-Lallich tout au long du livre, que ce soit son journal ou la seconde partie.

Extrait :

A 1h30, nous prenons les informations de la TSF et nous entendons un discours du maréchal pétain disant que la France vaincue et envahie avait demandé l'armistice à l'ennemi. Bon-Papa est sorti comme un fou de la salle à manger, et de loin nous entendions ses sanglots. C'était impressionnant. C'est la seule preuve de sensibilité que je lui ai vu manifester jusqu'ici, ça l'a fait remonter dans mon estime.

Jeudi 20 Juin 1940.

mardi 3 mai 2011

Le chaperon rouge - Sarah Blakley-Cartwright.

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Couverturesdelivres2/LeChaperonRouge.jpg


L'auteur :


http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Photosdauteurs/imagesCAF1Q4NA.jpg


Sarah Blakley-Cartwright (née le ?) est une auteur américaine, écrivant à New-York ou Los Angeles. Elle a déjà été couronnée de deux prix littéraires pour ses écrits.









Quatrième de couverture :

Le village de Daggerhorn semble sommeiller au creux de la vallée. Depuis des générations, le Loup qui menace sa tranquilité est tenu à l'écart grâce à un sacrifice mensuel. Mais aujourd'hui, plus personne n'est à l'abri. Et la peur rôde...



A la mort d'un de ses proches, Valérie est inconsolable. Henry, le séduisant fils du forgeron, tente de gagner ses faveurs, mais le coeur indompté de la belle bat pour un autre garçon : Peter, le bûcheron exclu du groupe, qui lui offre des escapades palpitantes en dehors du cocon familial.



Un beau jour, un chasseur de loups de passage dans la région fait une terrible révélation qui provoque la stupeur des villageois : la Bête qui les terrorise vit parmi eux. Chacun devient suspect. Bientôt, on comprend que seule Valérie peut entendre la voix du Loup. Et que celui-ci exige qu'elle le rejoigne avant que le sang ne coule...





Mon avis :

Ce livre me faisait envie dès que j'ai vu sa couverture, j'ai pensé que ce devait être une version gothique, plus sombre du conte de notre enfance, Le Petit Chaperon Rouge. Certes, la couverture n'est que l'une des affiches du film, mais elle attire l’œil  elle est douce au toucher, la mise en page tout simplement magnifique, chaque chapitre présenté de façon très belle esthétiquement, l'écriture, les dessins... j'ai beaucoup aimé. Est-ce que j'ai aussi aimé ce livre ? Rendez-vous plus bas !

Le Chaperon Rouge relate le quotidien de Valérie, fille cadette d'un couple de bûcherons, jeune fille vivant dans le village de Daggerhorn qui est hanté par la visite du loup-garou chaque nuit où la lune est de couleur rouge, on l'appelle la lune sanglante. Ce loup réclame, à chaque passage, qu'une victime lui soit offerte en sacrifice, les villageois se sont résolus à sacrifier à chaque nuit sanglante une bête de leur bétail. Une nuit alors que Valérie a sept ans, c'est au tour de sa famille de sacrifier une de leurs bêtes, mais Valérie ne peut se résoudre à abandonner sa chère chèvre à la mort, et donc, elle sort du lit dans l'espoir de détacher la chèvre mais la voilà qui tombe sur le loup... par miracle, elle survit à cette rencontre insolite. Des années plus tard, Valérie est une jeune adolescente et elle voit revenir au village son ami d'enfance, Peter. Découvrant ses sentiments naissants pour lui, elle tente de l'approcher lorsqu'elle, sa sœur Lucie et leurs amies ont l'autorisation de camper dans les champs après la journée de moisson, mais voilà, le Loup revient pour cette nouvelle lune sanglante et il a choisi cette semaine de lune en particulier pour briser la trêve en tuant un des villageois. Et c'est l'horreur, la tension et la peur qui montent en chaque habitant qui font appel au père Salomon, prêtre chasseur de monstres qui leur annonce que le Loup pourrait être un des leurs...

Alors, j'avoue que j'avais peur lorsque j'ai appris que ce livre était comme une novélisation du film du même nom, j'ai déjà fait l'expérience des novélisations de films et ce ne fut pas formidable, mais en fait, ça a été tout seul, c'est vraiment bien fait, bien écrit avec les discours, descriptions et tout le reste qu'on retrouverait dans un roman normal. Donc, novélisation ou pas, ça reste un roman jeunesse avec une belle mise en page et une belle façon de représenter les chapitres même si je préfère la couverture anglophone. Passons à l'histoire maintenant !

Couverture en VO.
J'adore les contes de notre enfance et j'ai trouvé très intéressant la réécriture du conte du Petit Chaperon Rouge qui, même s'il n'est pas mon conte préféré, est intéressant à exploiter avec la fille innocente, le grand méchant loup, le chaperon rouge, la grand-mère et le reste. Réécriture d'autant plus intéressante car l'auteur nous offre une version plus sombre et plus inquiétante du conte de notre enfance, et si le roman n'est pas une reproduction fidèle du conte de Perrault, l'auteur reprend des éléments du conte original (la mère-grand, le chaperon rouge, le loup, quelques phrases mythiques) et en même temps différencie son roman du conte sous d'autres aspects (la fille du roman a un prénom, une famille, elle est adolescente et non petite fille dans la majeure partie de l'histoire, le Loup est en fait un loup-garou, le chaperon n'apparaît que dans la seconde partie du roman, la grand-mère est vue comme une sorcière dans le village, pas de candeur ou de morale à la fin) mais ces différences ne m'ont pas trop gênée même si au début, j'étais sceptique au sujet du Loup transformé en loup-garou mais finalement c'est ce qui m'aura le plus tenu en haleine, le plus intéressée dans le roman : le Loup et la découverte de son identité, mais j'y reviendrais plus tard.

Ce qui m'a le plus marqué dans l'histoire était son atmosphère sombre et pesante, nébuleuse, presque gothique, imprégnée de cette ambiance ténébreuse et inquiétante  les tensions et peurs des villageois, les descriptions du village, de la forêt, autant dire que j'ai adoré être immergée dans cette atmosphère particulière, ça me rappelait un peu l'ambiance du film Sleepy Hollow (du très incroyable Tim Burton, s'il-vous-plaît !), et en plus de cela, le vrai jeu sur l'identité du Loup. Il est en grande partie responsable de toute la peur, la tension au village, ce Loup qui se contentait à chaque lune sanglante d'une bête du village qui lui était offerte commet un meurtre du jour au lendemain en assassinant un des habitants et pas n'importe lequel [ Lucie, sœur de Valérie ], tout au long du roman, l'auteur nous fait poiroter jusqu'à la fin pour découvrir la véritable identité du Loup. Je dois avouer que j'étais persuadée que le Loup était [ Peter, l'ami d'enfance de Valérie, garçon qui avait disparu pendant de nombreuses années avant de revenir au village, avec une personnalité un peu sombre, réservée ] j'y ai tellement cru... ben en fait non, j'ai été ravie de voir que je m'étais trompée car si j'avais eu raison, j'aurais continué à penser que le coupable était vraiment trop prévisible et qu'il n'y avait franchement aucune originalité. En même temps, si je ne m'attendais pas à ce que ce personnage en particulier soit le Loup, j'ai été sceptique même si ça se tenait un peu dans un sens (mais franchement un tout petit peu, la personnalité du coupable ne collait pas à celle du Loup tout au long du roman, mais en même temps peut-être était-ce voulu ? Donc, un peu agréablement surprise et semi-déçu concernant la véritable identité du Loup même si ça m'aura vraiment intéressée et plu tout au long de l'histoire, et même si je m'attendais à une meilleure fin pour le Loup, je trouve qu'il meurt un peu de façon stupide)

Le Loup aura installé la peur chez les villageois qui font appel au père Salomon, un prêtre chasseur de loups-garous, qui aura vraiment été LE personnage du roman, inoubliable avec sa personnalité pervertie et sadique, qui justifie ses actes odieux dans sa traque du véritable Loup au nom de Dieu, il m'a vraiment rappelé les prêtres du Moyen-Âge qui chassaient sorcières et cie dans les romans que j'ai pu lire jusqu'à présent (dont l'Epouvanteur, tome 2), le genre de personnage qu'on adore détester, bienveillant au début mais au final, il ne valait pas mieux que le Loup, il a soif de colère et de vengeance destructrice, il est vraiment prêt à tout pour parvenir à ses fins, et certains villageois ne sont pas mieux, surtout dans leur impuissance, leur volonté de ne rien faire pour aider. Sinon, j'ai trouvé bien sympathiques Peter et Henry, les deux garçons amoureux de Valérie, bien que je n'aurais pas été contre pour plus de personnalité chez eux. Le premier, ami d'enfance de Valérie, le second fils de bûcheron, tous deux seront fréquemment mis en avant. Claude aussi m'a beaucoup touché, petit garçon assez étrange, bizarre mais touchant et adorable, j'ai eu souvent de la peine pour lui. Valérie... je reste assez mitigée sur l'héroïne, elle est agréable à suivre, plutôt sympa, pas forcément chiante, Dieu merci elle ne pense pas tout le temps qu'à Peter et son dilemme avec Henry, ce qui m'a plu c'est son côté rebelle, enfant de la nature et toussa, malheureusement je l'ai moins aimé quand ses sentiments amoureux ont vu le jour, et je la trouve assez indécise (elle roucoule avec Peter puis prend peur en pensant que c'est le Loup, elle pense que finalement ce serait sage d'avoir une vie tranquille avec Henry et oublier Peter, puis elle dit non et se languit de Peter...)

Et bien évidemment, puisque c'est un roman jeunesse, la palette habituelle des émotions et sentiments des adolescentes en phase de devenir adultes sont au rendez-vous, et nous n'y échappons pas, même pas Valérie. Cette partie m'a le moins intéressée, voire même agacée au début du roman quand les amies de Valérie et sa sœur ne parlaient que garçons, ce qui fait que j'ai eu du mal à m'accrocher au roman avant la seconde apparition du Loup, aux alentours de la page 100 environ. Et même les émois amoureux de Valérie et le triangle amoureux ne m'a pas intéressée des masses, de toute façon je trouve que c'était évident de qui elle allait choisir. Tellement prévisible. Et puis, l'écriture de l'auteur (ou est-ce la traduction ?) est parfois lourde, maladroite, brouillon, trop changeante et graphique... mais peut-être cela est dû au fait que c'est une novélisation du scénario du film ? Au moins, l'enquête, l'atmosphère du village, le Loup dominant le roman et les quelques secrets familiaux rattrapent tout cela. L'auteur qui joue avec le lecteur avec l'identité du Loup, une histoire qui tient la route, la romance n'est pas ce qui domine le plus l'histoire (à cela je dis : merci !!).

Autre point qui m'a plus qu'agacé : à la toute fin, on est sur le point de découvrir la véritable identité du Loup. Impatiente, je tourne la page... et retient un juron, une exclamation rageuse. Et oui ! Il faut se connecter sur le site de Michel Lafon pour découvrir le chapitre bonus. Je vous laisse imaginer combien ce fut frustrant et déstabilisant pour moi, alors imaginez les lecteurs qui n'ont pas internet ! Ma frustration a d'autant plus augmenté car mon ordinateur refuse d'ouvrir les fichiers venant de sites et que la version française du chapitre bonus sur le site de Michel Lafon est indisponible sur l'ordi familial, j'ai dû donc aller sur le site du livre anglophone pour lire this-damned-chapter !! (ce fichu chapitre que j'ai fini par imprimer pour ranger dans le roman) car oui, la version française a repris le procédé du roman en VO en coupant le dernier chapitre.

Alors, conclusion ? Ce fut un roman agréable à lire, le suspense est présent, les secrets aussi, l'atmosphère unique et le jeu du suspense sur le Loup et son identité sont le must de ce roman, l'histoire tient la route et ça va vite à lire, malgré l'écriture maladroite, une personnalité à peine creusée chez certains personnages et le dernier chapitre coupé. Un bon roman jeunesse divertissant, pas inoubliable, mais un bon moment de lecture.




Fanart par Artylay, sur DeviantART.


Extrait :

Ce jeune homme tranquille [Claude] remarquait ce que personne d'autre ne voyait [...] Il voyait ce qui se terrait dans l'ombre et même au-delà. Il prenait les mystères très au sérieux, et il s'efforçait de les comprendre. C'était précisément parce qu'il y avait des choses insondables qu'il y avait tant de beauté dans le monde. Il avait du mal à se concentrer, car il essayait de tout embrasser d'un seul geste et ne savait où donner de la tête.

7.