lundi 27 décembre 2010

Darren Shan (T.5) Les épreuves de la mort - Darren Shan et Arai Takahiro.

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Couverturesdelivres/DarrenShanT5.jpg'Even in death, may I be triumphant'

 
 Quatrième de couverture : 


Darren, accompagné de son maître M. Crespsley, et du Petit Homme Harkat, a rejoint la Montagne des vampires, "forteresse" du clan. Là, doit se tenir le Conseil, grande réunion qui n'a lieu que tous les douze ans. Mais les Princes de vampires sont mécontents de M. Crespsley qui a violé leurs lois en vampirisant un enfant. Darren est contraint de passer les épreuves d'initiation afin de dissiper la honte qui menace de s'abattre sur son maître et de prouver qu'il est digné d'être un vampire.



Mon avis : 

Puisque Hachette ne semble pas décidé à continuer la traduction de la saga L'assistant du vampire de Darren Shan, j'ai décidé - en attendant de me procurer (peut-être un jour) le restant de la saga en anglais - de lire la version manga qui avançe beaucoup plus dans la publication française. Pourtant, les romans ont fait une arrivée devenue presqu'inaperçue chez le public et c'est bien dommage, car malgrè les défauts des livres, je pense qu'ils valent la peine d'être lus et que ça vaut le coup d'oeil.

Donc en attendant la sortie en France des autres tomes (si la traduction reprend), je veux avoir un aperçu de la suite à travers le manga que je continue à suivre depuis ma lecture du tome 1 (inutile que je vous présente mon avis des tomes 2, 3 et 4 du manga, puisque j'ai déjà parlé de la version livresque, et Takahiro Arai respecte très bien les romans, de quoi je pourrais parler ?).

Alors... dans le tome 4, nous avons quitté Darren, le jeune demi-vampire, à la montagne des vampires où se trouve le conseil des vampires ainsi que plusieurs autres vampires, dont Kurda sur le point de devenir l'un des vampires princes, Larten Crepsley, maître vampire de Darren, ainsi que son ancien ami et général Gavner Pull, et son ancien maître Seba Niles. Comme il est interdit par la loi vampirique que de vampiriser quelqu'un d'aussi jeune que Darren, Mr Crepsley a parlé en sa faveur pour empêcher les Princes de tuer Darren ou encore lui-même ; plusieurs vampires ayant sympathisé à la cause de Darren l'ont défendu, mais ce n'était pas suffisant, alors Darren devra passer une série d'épreuve afin de prouver au Clan Vampirique qu'il est digne d'être l'un des leurs. Trois épreuves éprouvantes, difficiles, voire même mortelles, on peut soit gagner soit échouer et donc récolter la peine de mort. Ne voulant pas plonger Mr Crepsley dans le déshonneur, Darren accepte, malgrè les avertissements de Kurda qui, pris de sympathie pour Darren, pense que ces épreuves mèneront le jeune garçon à la mort... je n'en dis pas plus, il se passe tellement de choses dans ce tome que je ne veux pas risquer de tout spoiler.


Ce tome ne va pas sans rappeller un peu le tome 4 d'Harry Potter où il y a des épreuves mortelles, une société qui fonctionne mais qui a des failles, un personnage qui trahit... mais Harry Potter n'est pas une copie façon vampire de Darren Shan, loin de là.
Je l'avais senti à la fin du tome 4 que les choses sérieuses allaient vraiment débuter, et en effet, l'histoire prend un autre ton comparé aux autres tomes. On est complètement imergé dans le monde des vampires, leurs coutumes, leur univers, et les épreuves subies par Darren sont plus qu'éprouvantes, [ il en perd même ses cheveux lors d'une épreuve de feu, il manque mourir, passe plusieurs jours dans une sorte de coma. Si j'ai eu du choc pour ses cheveux, je suis ravie de voir qu'ils sont de retour au tome 7 ]


L'auteur a fait fort : épreuves dangereuses, trahison d'un proche, complot, inquiètudes, vampanezes, mort d'un personnage, et une fin en cliffhanger, et si je ne peux pas constater moi-même de l'écriture de l'auteur (si elle est restée pareille ou s'il y a eu évolution), les dessins de Arai Takahiro rendent l'histoire un peu plus vivante. C'est donc sans surprise que j'ai dévoré ce volume pour lire la suite. Enfin, je ne peux pas en dire plus sous peine de révéler l'histoire, de plus, je ne vois pas quoi rajouter d'autre de ce que je me souviens de ce volume, ma lecture remonte à loin, ayant lu les volumes 1 à 7 en anglais sur le net (le volume 8 devrait être publié aux USA en Janvier, et les scans doivent arriver en 2011 donc), je sais déjà ce qu'il va se passer. Pour ma part, j'ai donc bien aimé, même si ce n'est pas exceptionnel, au moins je peux toujours continuer à suivre la saga. Enfin, je le dis, les mangas comme les livres ne peuvent pas plaire à tout le monde. Moi, j'ai juste un petit coup de coeur pour cette saga et j'ai très envie de connaître la suite =) Désolée si mon avis n'est pas très clair, comme je l'ai dit, je n'ai plus beaucoup de souvenirs de cette lecture. Mea culpa !

Reines et favorites de France - Renaud Thomazo et Delphine Godard.

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Couverturesdelivres/ReinesetFavoritesdeFrance.jpg


Article connexe :

- Rois de France.


 


/ ! \ Challenge Histoire / ! \







Quatrième de couverture :

Longtemps reléguées dans l'ombre, les reines de France et les favorites ont pourtant joué un rôle essentiel dans l'histoire de France. Catherine de Médicis, Madame de Pompadour, Marie-Antoinette, Joséphine de Beauharnais... Autant de femmes au destin exceptionnel que cet ouvrage fait revivre.

Des robes aux traînes de plusieurs mètres d'Agnès Sorel aux baumes à la rose de Marie-Antoinette, en passant par la fourchette et les pâtes qu'amena l'Italienne Catherine de Médicis en France, petite histoire et grande histoire se mêlent pour plonger au coeur de l'intimité de ces femmes hors du commun.

350 illustrations et plus d'une vingtaine de fac-similés permettent de faire revivre les grands moments de leur histoire. Parmi les documents reproduits : l'horoscope de Catherine de Médicis, la carte du Tendre, l'adieu de la duchesse de La Vallière à Louis XIV, la dernière lettre de Marie-Antoinette, l'acceptation par Joséphine de Beauharnais de son divorce avec Napoléon...



Mon avis :

Ohmondieuohmondieuohmondieuohmondieu!! C'est en gros ce que j'ai pu me dire dans ma tête le soir où l'on a ouvert les cadeaux et que j'ai découvert ce magnifique livre. Je n'avais peut-être que deux livres (et quels livres !) parmi mes cadeaux, mais Maman Noël a sû bien choisir, comme toujours, elle a du flair !

Puis Maman Noël m'a dit qu'au lieu de continuer à béatifier sur ce livre, qu'il fallait que je l'ouvre et que je le feuillette puisque j'en avais tellement envie. Sitôt dit, sitôt fait. Moi qui n'avais plus d'espoir de retrouver ce bouquin qu'on m'a dit qu'il était en rupture de stock, le voilà en nouvelle édition. Et je l'ai dévoré en une nuit, puis ai recommençé le lendemain. C'était aussi satisfaisant que ma lecture des Rois de France, peut-être même que c'était bien mieux ! Car contrairement aux Rois de France que l'on connaît bien (pour la plupart), on parle peu des Reines ou encore des Favorites (on ne peut pas espérer un roi sans maîtresse, isn't it ?), à part quelques figures célèbres comme Marie-Antoinette, Catherine de Médicis ou Diane de Poitiers (favorite d'Henri II). C'est un livre magnifique, tout en couleur avec de joilies photos, de sublimes reproductions des tableaux, des vêtements d'époque (les robes... mon dieu... les robes... les bijoux *-*) ou autres accessoires de ces femmes célèbres, ou encore des fausses lettres cachées ou plaçées un peu partout dans le livre ou encore autres documents d'époque annexés, des petits livrets, ainsi que plusieurs paragraphes retracant l'essentiel (ou encore quelques anecodtes) de l'histoire de ces femmes à travers les siècles, le tout représenté de façon originale et esthétique.

Ce livre pourrait plaire aux passionnés d'Histoire, aux amateurs d'art ou encore aux curieux. Tout est très bien représenté : le livre, la couverture, les documents, les nombreuses illustrations, tout est mis en oeuvre pour plaire au lecteur qui s'instruit avec plaisir. Dans le même contexte que les Rois de France, ce livre est un petit bijou que je conserve précieusement dans ma bibliothèque. C'est vraiment une très jolie encyclopédie racontant les reines de France de Brunehaut et Frédégonde à Marie-Antoinette, sans oublier les impératrices comme Joséphine de Beauharnais ou Eugénie de Montijo (épouse de Louis-Napoléon), ou encore les favorites comme Agnès Sorel, Madame de Pompadour ou Madame de Montespan. Pis en plus, ça sent bon le livre neuf :D

mercredi 22 décembre 2010

xxxHolic (T.13 à 16) - CLAMP.

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Couverturesdelivres/xxxHolicT13.jpg
'Maybe I'll wake up one day to notice,
that all my life was just a dream...'

- She and her darkness, Diary of Dreams -




Quatrième de couverture : 

Lycéen, Kimihiro Watanuki est poussé malgré lui par une force étrange qui le fait entrer dans la maison d'une médium, Yûko Ichihara, qui attendait cette visite inéluctable. Face à ses déclarations, Kimihiro reste perplexe, et afin de parer à son scepticisme, la médium lui révèle des détails concernant son passé, notamment un lourd secret lié aux forces occultes. Pour se débarrasser des visions qui l'assaillent, Kimihiro accepte un petit boulot d'homme de ménage chez cette médium plutôt difficile à vivre...


Mon avis :

Cela va faire une bonne semaine, voir un peu plus, que j'ai lu ces quatre volumes de xxxHolic, je vais essayer de rédiger un avis avec les souvenirs qui me restent avec mes impressions.

Petit récapitulatif : Tome 13, suite aux événements des tomes 11 et 12, Watanuki est persuadé que sa vie entière n'est qu'un rêve et se met à apprécier chaque jour comme si c'était le dernier. Il prend aussi à cœur les intérêts de la petite exorciste/médium, Kohane, pour qui rien ne va plus. Accusée d'imposture depuis une émission, elle se fait agresser chaque fois que ses visions ne correspondent pas aux attentes des clients et sa propre mère pense qu'elle a perdu ses pouvoirs à cause de Watanuki, et, ne pouvant supporter que Kohané se fasse renvoyer de la télévision et qu'elle perde ainsi argent et célébrité, la pousse au mensonge... Tome 14, Watanuki a réussi à soustraire Kohane de la mauvaise influence de sa mère, elle vit à présent chez une vieille voyante, amie de Yûko, afin de pouvoir mieux exercer ses talents de médium. De son côté, Yûko reçoit une cliente qui souhaite suivre des cours de cuisine, elle lui envoie donc tout naturellement Watanuki, qui est un vrai cordon bleu, et celui-ci apprendra dans le processus que la cuisine peut révéler la personnalité de celui qui la prépare, et que la cuisine n'est pas un acte si anodin qu'on pourrait le penser...


Tome 15, toujours à donner des leçons de cuisine à la cliente de Yûko, Watanuki souhaite aussi l'aider à surmonter son traumatisme et l'incite à goûter ses propres plats, ce que la cliente refuse catégoriquement. Et alors que Watanuki se confie à Yûko, celle-ci disparaît du jour au lendemain sans laisser de message. Pensant qu'il s'agit d'abord d'un rêve, il est pourtant forcé de constater que sa patronne demeure introuvable. Il décide donc de s'installer dans sa boutique avec Dômeki en attendant le retour de la sorcière... qu'il finira par revoir enfin dans un rêve au tome 16, mais celle-ci lui révèle bien de mauvaises choses... Watanuki comprend qu'elle ne pourra plus revenir et décide donc de prendre sa succession en acceptant de recevoir des clients et d'exaucer leurs vœux, dans l'espoir de revoir Yûko. En compensation, il choisit de donner tout son 'temps' et de rester enfermé dans la boutique sans vieillir et sans espoir d'en sortir... une situation qui ne ravit pas Dômeki...

Je suis sortie de ma lecture avec cette impression : mon Dieu, comment ai-je pu vivre sans connaître CLAMP auparavant ? Voir même sans xxxHolic. Pourtant, mon obsession pour ce manga s'est calmé, même si ces volumes m'ont bien chamboulé, encore une fois. J'en suis plus que convaincue : xxxHolic est une série unique, fantastique, fascinante avec des personnages attachants à leur manière, un univers étrange et mystérieux, on est plongé dans le sens de la vie, certains discours des personnages ne sont pas à prendre à la légère, il y a un sens, certaines paroles ne sont pas dénuées de sens et parfois il faut relire afin de bien saisir. Il y a tellement de révélations, de rebondissement. On ne s'en lasse pas. La série alterne entre moments d'émotions très forts (oui, j'ai pleuré à certains moments) et petits sketch très drôles (Mokona, ou quand Himawari compare Watanuki à un chat furieux par exemple) qui allègent l'atmosphère et rendre l'histoire savoureuse. Il y a peut-être un peu moins d'action, mais ça amplifie les mystères qui règnent dans ces volumes, en effet il y a beaucoup de choses qui nous font se poser des questions, malgré les révélations. Les personnages évoluent, grandissent, deviennent adultes et gagnent en profondeur. Vraiment, c'est une excellente série, sans doute mon manga préféré après Black Butler.

On se centre pas mal sur Kohane, la petite médium qui passe à la télévision japonaise et qui s'était retrouvée proie à la méchanceté de l'audimat suite à une injustice. Je m'étais pris d'affection pour ce personnage et j'avais espéré la voir par la suite, vœu excausé ! On la voit plus et on en apprend plus sur sa triste situation, sa relation avec sa mère qui se dégrade et sur son passé. La mère, désespérée, veut faire revenir Kohané à la tv pour ne pas perdre leur célébrité, et Watanuki s'interpose entre la mère et la fille, quitte à prendre tout sur lui, mais Watanuki est borné et très protecteur. Finalement, quand tout dérape, Watanuki fuit avec Kohané. Il y a de belles scènes entre ces deux-là, ils ont vraiment beaucoup d'affection pour l'autre, un lien fort et tendre, c'est une petite fille vraiment touchante et attachante. Sinon, on revoit Sakura dans des rêves de Watanuki, et donc les auteurs nous renvoient (ou nous poussent) indirectement vers l'autre manga lié à xxxHolic : Tsubasa Reservoir Chronicle. Watanuki change peu à peu, au point d'en étonner Dômeki quand Watanuki proteste moins, il vit sa vie comme s'il devait mourir le lendemain, alors il se calme plus en présence de Dômeki, est plus ouvert et proteste moins quand il doit travailler avec lui. Il devient mature.

Domeki est aussi un peu plus sur le devant de la scène ! Notamment quand lui et Watanuki rendent visite à Kohane dans sa nouvelle demeure avec sa nouvelle tutrice, la petite fille pose des questions à Dômeki quand Watanuki est occupé, on se rend vraiment compte de son affection pour Watanuki et veut qu'il aille bien, qu'il soit protégé et c'est lors d'une conversation avec Dômeki qu'on voit pourquoi il continue à être avec lui alors que beaucoup auraient fui. C'est une relation étrange, celle entre Dômeki et Watanuki, d'autant plus que Dômeki affiche très souvent un masque de marbre, mais cette relation m'intrigue, m'intéresse, elle est unique. Peut-être y-a-t-il un peu de tendresse, d'affection, de frustration, toujours est-il que c'est une relation compliquée que même moi je n'arrive à expliquer ! Mais c'est une bonne chose que Watanuki ait Dômeki. Quoi d'autre encore dans ce volume ? Watanuki en professeur de cuisine pour une cliente à Yûko et on apprend que dans les plats qu'on prépare, on laisse une part de soi en quelque sorte, surtout quand on cuisine avec amour, on le sent dans le goût de la nourriture, ça fait toute la différence et c'est ce qu'explique Haruka, grand-père de Dômeki, à Watanuki dans un rêve, et donc pourquoi Dômeki a une préférence pour la nourriture préparée par Watanuki.

C'est dans le tome 15 que les choses changent vraiment. La boutique change, Yûko disparaît mystérieusement, et Watanuki s'inquiète. Ce volume m'aura bien fait versé ma petite larme (en même temps, ça aide aussi quand on écoute des musiques tristes) Watanuki s'installe à la boutique en espérant revoir Yûko mais voilà que ses propres clients semblent avoir oublier qui elle est. Il panique et pense être dans un rêve, ou un affreux cauchemar, mais Dômeki se souvient d'elle et demeure toujours près de Watanuki qui lui, continue à donner ses cours de cuisine à la cliente très têtue. La réunion Yûko/Watanuki vers la fin m'a fait mal au cœur, j'en ai eu les larmes aux yeux, ça m'a retourné, j'ai eu du mal à m'en remettre. Ils étaient quand même proches et finalement, Yûko semble disparaître et Watanuki décide de prendre sa place dans la boutique en attendant qu'elle revienne. Révélation qui choque Dômeki et on comprend, j'ai réagi pareil.

On remarque bien, à partir du tome 16, Watanuki dans son nouveau rôle. Il a pris certaines habitudes de Yûko, n'étudie plus et réalise des vœux à la place, avec Mokona, Maru et Moro. Dômeki habite avec lui et lui apporte de quoi vivre vu que Watanuki ne peut plus (veut plus ?) quitter la boutique : résultat, il ne vieillit pas, ce qui fait bizarre quand on voit Dômeki plus âgé et Kohané grandir. Je ne sais pas si j'aime ce nouveau Watanuki, j'aime toujours le personnage même si je le préférais avant, mais ce changement est déconcertant, j'ai encore un peu de mal à m'y faire et bien que Watanuki s'occupe bien de ses clients, ce choix de remplacer Yûko n'affecte pas que lui mais aussi son entourage, comme Dômeki qui a fait le choix d'être le lien extérieur de son ami et c'est douloureux de voir Watanuki évoluer de cette façon car il devient quelqu'un qui ne lui ressemble pas...

J'attends la suite, afin de voir comment vont évoluer les choses, mais ce qui est sûr, c'est que CLAMP continue de surprendre encore et encore, tome par tome. C'est vraiment une série de manga inoubliable. Maintenant, je pourrais m'attaquer à Card Captor Sakura ou Tsubasa Reservoir Chronicle en attendant la suite de xxxHolic...

dimanche 19 décembre 2010

Le petit Nicolas, c'est Noël ! - Sempé et Goscinny.

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Couverturesdelivres/LePetitNicolasCestNoel.jpg

'Jingle Bells, jingle bells...'
Articles connexes :

Quatrième de couverture :

Ce qui est bien à Noël, c'est qu'il y a tout un tas de choses à faire à la maison: maman prépare un dîner terrible. Papa a fait une chouette étincelle en décorant le sapin avec les petites ampoules qui brillent et après il a dit un gros mot. M. Blédurt rigole beaucoup et maman trouve que ça n'avance pas très vite. Heureusement, le Petit Nicolas est là, et il aide drôlement !


Mon avis :

Bon, avec Noël qui approche, les vacances et les cinq centimètres de neige qu'on a ici, dans le Nord Pas-de-Calais (c'est drôle que peu parlent de nous à la météo... on existe pourtant), et qu'il n'arrête pas de neiger ce week-end, je me suis dit que c'était une bonne occasion de lire ce livre qui me faisait envie dans les magasins depuis de longues semaines. Vite acheté, vite lu. Et comme toujours, je n'ai jamais de deception avec le Petit Nicolas.

Ce sont 15 petites histoires toujours aussi drôles, divertissantes, ajouter à cela les dessins humoristiques de Sempé, l'art de raconter des histoires avec humour et légéreté de Goscinny, plus l'ambiance de Noël (faites que la neige dure jusque Noël, histoire que le truc 'neige jour de noël' ne soit pas uniquement dans les films télévisés !), bien que dans le livre, seulement deux nouvelles ont pour thème Noël, les deux premières : quand Nicolas fait sa lettre au père noël et quand ses parents essayent tant bien que mal de décorer la maison.

Il y a tellement d'histoires du Petit Nicolas, j'en ai lu beaucoup surtout ces derniers temps et je ne sais plus quoi dire à propos de ces livres, mais je trouve ça incroyable après tant d'aventures du petit Nicolas, enfant ordinaire, les auteurs parviennent toujours à maintenir l'attention et à garder l'humour, leur marque de fabrique. Le récit de ses aventures n'en finit pas et ce petit garçon parvient toujours à nous faire rire et à nous surprendre, lui et sa bande de 'chouettes copains', à trouver de nouvelles bêtises, de nouvelles aventures à vivre, au grand dam des adultes (même le coiffeur en a peur !), je les comprends, il en faut du mérite et de la patience pour supporter ces petits monstres qui se révèlent pourtant si attachants et amusants, on a jamais le temps de s'ennuyer, ils arrivent à chaque fois et quelques fois sans le vouloir à semer un joyeux désordre, une belle zizanie partout où ils passent.

On ne présente plus le petit Nicolas, qui ne fait pas du tout ses 50 ans dans le monde de la littérature, il n'a pas pris une ride et même les enfants de cette génération se régalent encore de ces livres. L'humour est certes simple mais il marche toujours, et les enfants appréçieront d'autant plus les dessins de Sempé (mon préféré dans ce volume : le père de Nicolas qui fuit - court - quand sa belle-mère arrive alors que Nicolas et sa mère courrent pour la saluer) et l'écriture orale du point de vue de Nicolas. Toujours aussi frais, divertissant et indémodable :)Parmi mes nouvelles préférées, il y a celles où Mr Blédurt, le voisin des parents de Nicolas, est là, c'est un personnage adulte comique surtout quand il cherche à se moquer du père de Nicolas, à plaisanter et s'obstiner à l'appeller 'Machin', et heureusement pour moi, on le retrouve dans 4-5 histoires. Celle où il y a la grand-mère est bien aussi, elle met de l'ambiance, même si le père n'est pas du même avis. Mais le reste des histoires était tout aussi divertissant, comme je l'ai dit : impossible de s'ennuyer avec le petit Nicolas !

Extrait :

- Où tu vas ? m'a demandé Alceste.
- Chez le coiffeur, j'ai répondu.
Alors, Alceste, Rufus et Clotaire ont décidé de m'accompagner, ils en avaient assez de jouer et Alceste avait gagné toutes les billes.
Quand nous sommes arrivés chez le coiffeur, les deux fauteuils étaient pleins. Les coiffeurs nous ont regardés, ils ont ouvert des gros yeux et un a dit :
- Non ! Oh non ! et l'autre lui a répondu :
- Courage, Marcel !


Chez le coiffeur.

Percy Jackson (T.1) Le voleur de foudre - Rick Riordan.


L'auteur :


Richard Russell Rick Riordan Jr, plus connu sous le nom de Rick Riordan, est un auteur américain né le 5 Juin 1964 au Texas. Il est surtout connu pour avoir écrit la saga Percy Jackson and the Olympians, mais il s'est également illustré dans d'autres saga jeunesses : Les Héros de l'Olympe, ou Les chroniques de Kane, reprenant les mythologies greco-romaines et égyptiennes.



Quatrième de couverture :  


Être un demi-dieu, ça peut être mortel...
Attaqué par sa prof de maths qui est en fait un monstre mythologique, injustement renvoyé de sn collège et poursuivi par un minotaure enragé, Percy Jackson se retrouve en plus accusé d'avoir dérobé l'éclair de Zeus ! Pour rester en vie, s'innocenter et découvrir l'identité du dieu qui l'a engendré, il devra accomplir sa quête au prix de mille dangers.


Mon avis : 

Je ne sais même plus pour quelle raison j'avais acheté ce livre, il y a quelques mois ; mais lire l'article de Matilda, m'a donné envie de découvrir le livre, donc je me suis plongée dans le premier tome. J'anticipais car j'avais lu les critiques mitigées, voire même négatives, de Niënor et j'avais peur d'être déçue à mon tour. Mais finalement, ce fut une agréable surprise et j'ai dévoré en peu de temps ce premier tome.

C'est l'histoire de Percy Jackson, un jeune adolescent de douze ans, hyperactif et dyslexique, du moins c'est ce qu'il croit. Il a souvent du changer d'école à cause de cela mais aussi à cause des problèmes qu'il cause... parfois sans le vouloir. Ainsi, lorsque son école organise une sortie dans un musée, Percy se promet d'être sage et compte bien ne pas causer d'ennuis ! Comme il a eu tord... une chose étrange s'est produite et sa professeur de maths le confrond... en le menaçant sous sa forme de Furie et en l'accusant d'avoir volé quelque chose d'important... mais quoi ? Se retrouvant renvoyé de son école, Percy retourne chez sa mère qui lui suggère d'étudier dans un lieu très spécial... mais en cours de route, ils tombent sur un Minotaure furieux. Et si les créatures et dieux de la mythologie grecque n'étaient pas des mythes ?

Le voilà confronté à diverses créatures mythologiques, avant d'atterir, avec son meilleur ami Grover qui se retrouve être un satyre, dans une colonie de sang-mêlés tenue par... le dieu grec Dionysos, qui tient ce centre qui prend en charge les demi-dieux, enfants d'un dieu ou déesse à un(e) mortel(le) ; car il se trouve que Percy est un demi-dieu, enfant d'un dieu  dont l'identité reste inconnue, alors en attendant de découvrir ce père mystére, Percy est mis avec les enfants d'Hermès car il possède certaines de leurs qualités. Dans ce camp, Percy rencontrera des enfants/adolescents comme lui : Luke Castellan, fils d'Hermès ; Annabeth Chase fille d'Athèna, Clarisse Le Rou, fille d'Arès... puis voilà que Percy se retrouve accusé du jour au lendemain d'avoir dérobé l'éclair de Zeus, roi des Dieux. Pourquoi ? On vient juste de découvrir qui est son père et qu'il est le fruit d'un serment violé... Pour s'innocenter lui et son père divin et ne plus être la cible des monstres mythologiques envoyés par les Dieux, Percy se met en route dans une quête afin de trouver l'éclair afin de le ramener à Zeus, et il sera accompagné d'Annabeth et Grover...

Comme je l'ai dit, c'était une excellente surprise, je n'ai pas mis bien longtemps à terminer ce volume et j'ai déjà hâte de lire la suite. Les caractérisques de la littérature jeunesse ne m'ont pas gênée et j'ai lu ce livre avec délice. Je suis passionnée de mythologie, surtout la mythologie grecque, tout ce qui est en rapport avec la Grèce Antique, (donc je n'ai pu que me régaler lors de mes cours de Cultures Antiques et Récits Fondateurs l'an dernier) et c'est l'un des élèments qui ont fait que j'ai beaucoup aimé ce roman. L'auteur arrive à nous faire réviser (ou apprendre) la mythologie en la réinventant, en la remodelant dans notre monde moderne (imaginez Arès, dieu de la guerre en motard mais par contre, j'aurais imaginé mieux pour Poséidon parce que, hein, ce grand dieu grec dominant mers et océans habillé façon hawaïenne ?) où les dieux de l'Olympe ont du suivre le mouvement et se moderniser, tout en conservant les bases de la mythologie.

J'ai trouvé l'histoire très sympathique et bien menée, avec un décors, des personnages en épaisseur et du caractère, de l'humour, avec des titres de chapitres plutôt amusants (genre 'Je pulvérise ma prof de maths sans le faire exprès'), un héro plutôt attachant même si un peu lent d'esprit au début (mais bon, il faut le comprendre, il vient juste de découvrir un univers où dieux grecs existent ainsi que les créatures), quelques élèments assez prévisibles peut-être (on finit bien par se douter de l'identité du père divin de Percy). L'écriture est très bien, envoûtante et entraînante malgrè le vocabulaire très 'ado' car l'histoire suit le point de vue de Percy. Narration à la première personne donc. Mais j'ai été enthousiasmée dans ma lecture, ça se lit vite et bien, c'est drôle et divertissant, les personnages sont attachants et j'aime beaucoup le contexte et l'idée de ces demi-dieux avec des pouvoirs, des quêtes, une espèce d'école pour les entraîner, cette mythologie grecque modernisée mais pas massacrée.

Seule deception que j'ai pu trouver au livre serait ce point-ci : Non, les Etats-Unis ne sont pas le centre du monde. Je sais bien que la plupart des bons films et séries tv viennent de chez eux, mais quand même, dans ce livre, on voit bien que l'auteur adore son pays, je peux comprendre, mais au point de mettre l'Olympe aux USA sous pretexte que l'Olympe se déplace toujours à l'endroit où le coeur de l'Occident se trouve et etc... oui, et l'Europe ? Pourquoi même ne pas avoir laissé l'Olympe en Grèce leur lieu d'origine ? A Rome, là j'aurais compris vu que les romains ont beaucoup repris de la mythologie grecque, y compris leurs Dieux, se contentant de changer les noms. Ah et puis le fait que dans le livre, la seconde guerre mondiale fut essentiellement un combat entre fils de Zeus et Poséidon vs fils d'Hadès... mouais, bof, la passionnée d'Histoire que je suis se sent un peu insultée, là... mais sinon, ce sont les seuls points noirs que j'ai pu trouver, je ne crache pas sur tous les points de la littérature jeunesse vu que ce genre de livre fait partie des 80 % de mes lectures au moins. En conclusion : Lecture très satisfaisante, assez pour vouloir continuer de lire la suite ^-^

Remarque : Bien-sûr, les aventures de Percy Jackson ne sont pas sans nous rappeller un certain jeune sorcier à lunette nommé Harry Potter. On peut en effet trouver quelques ressemblances : un garçon qui se découvre des pouvoirs, des épreuves à subir, un trio d'amis avec le garçon drôle, un peu maladroit qui aime manger (Ron-Grover), la fille un peu hautaine mais loyale, sage et intelligente (Hermione-Annabeth) et le garçon/héro courageux (Harry-Percy). Mais ces similitudes ne m'ont pas gêné, après tout la formule marche ?
Au fait, je ne sais pas si l'auteur parlait d'Harry Potter dans cette phrase : 'L'homme lisait un gros bouquin avec un dessin de sorcier en couverture. La fantasy n'était pas un genre dont je raffolais, mais ce livre-là devait être captivant car le vigile a mis un moment à lever la tête' (chp.21) mais si l'auteur ne parlait pas d'HP, je veux connaître le titre du livre ! Mais s'il parle bien d'HP, j'ai beaucoup aimé le clin d'oeil :D

Extrait : 


- Tu crois que les animaux vont s'en sortir ? ai-je demandé à Grover. Je veux dire, la ville est en plein désert...
- Ne t'inquiète pas, a répondu Grover, je les ai placés sous une protection de satyre.
- Ce qui signifie ?
- Ce qui signifie qu'ils atteindront le monde de la nature sains et saufs. Ils trouveront de l'eau, de la nourriture, de l'ombre et tout ce dont ils auront besoin jusqu'à ce qu'ils soient arrivés dans un endroit où ils pourront vivre en sécurité.
- Tu ne pourrais pas nous placer sous une protection pareille, nous aussi ? ai-je demandé.
- Ca ne marche que pour les animaux sauvages, a expliqué Grover.
- Alors, ça n'agirait que sur Percy, a dit Annabeth.
- Hé ! ai-je protesté.
16. Nous prenons un zèbre pour Las Vegas.

jeudi 16 décembre 2010

Star Wars Manga - Collectif et Silver & Black.

Star Wars Manga, recueil by Silver & Black.


Découvrez dans ce recueil unique en son genre tout le talent déployé par une nouvelle génération d'auteurs japonais. Star Wars manga - Silver & black se concentre essentiellement sur les "vilains" de la saga, le général Grievous et Dark Vador en tête. Faites également connaissance avec Tao, son disciple caché... Riche en personnages et en événements inédits, ce manga "infinities" se situe hors de la continuité officielle de la saga Star Wars.






Mon avis :
 

Voici un album manga que j'ai relu il y a peu, l'envie de lire du Star Wars m'étais revenue l'espace de quelques jours depuis que les films-épisodes de Star Wars sont rediffusés. Je me suis un peu remise dans le bain. Relecture toujours aussi satisfaisante que ma première lecture. Ce manga comporte plusieurs petites histoires dont une à deux parties, à chaque histoire son auteur, et les styles de dessins changent, forçément.

Mon histoire préférée reste encore L'Essence du Mal qui se situe après Un Nouvel Espoir et avant l'Empire Contre-Attaque (films IV et V), j'aime beaucoup l'idée. L'histoire se centre donc sur Dark Vador juste après la destruction de l'Etoile de la Mort, un Vador qui aurait depuis quelques temps un très jeune apprenti Jedi (enfin Sith dans ce cas-là) qu'il entraînerait dans le secret parce que quand le Grand Boss veut pas (l'Empereur du mââââl), il veut pas. Un jeune garçon nommé Tao, donc, qu'il aurait 'pris son son aile' (parce que quand on parle d'un Dark Lord, la phrase est bizarre) après avoir anéanti la population de sa planète, ses amis, sa famille... Mais depuis quelques temps, Vador ne s'occupe plus de son apprenti, obnubilé par celui qui a détruit l'Etoile Noire, et encore préoccupé après avoir tué son ancien maître Jedi, Obi-Wan Kenobi. Il est troublé par ce retour de son passé qui revient le hanter, puis Vador découvre que le jeune Rebelle ayant détruit l'Etoile Noire est son propre fils, il apprend l'existence de ce fils qu'il croyait mort à la naissance, et tout change. Son obsession : le retrouver à tout prix et le convaincre de rejoindre le Côté Obscur de la Force, délaissant Tao qui commençait à s'attacher à ce sombre personnage. Puis un jour, on vient à découvrir l'existence de Tao...

Comme je l'ai dit, j'ai aimé cette histoire, l'idée de Vador ayant un apprenti qu'il entraîne dans le secret était intéressant, le tout dans une atmosphère entre épisode IV et V, avec des flash-back, une histoire suivant le point de vue de Vador, et un scénario plausible quant au : comment Dark Vador découvrit l'existence de Luke Skywalker, son fils ? Le seul point noir que je pourrais trouver est les dessins, un style un peu brouillon, mais moins et mieux que la version manga de l'épisode VI que l'auteur avait aussi fait.

Après, nous avons Tantive IV, une petite parodie du début de l'épisode IV, un Nouvel Espoir, lorsque le vaisseau de la princesse Leia a été pris d'assaut, avec toujours Vador, des Impériaux et le fils de Jar Jar Binks, et des dessins faisant très... comics. Puis, il y a Le Mauvais Oeil qui est aussi pas mal. Il pourrait se situer un peu avant l'épisode III : La Revenge des Sith, les dessins sont magnifiques comme tout. Iguni, jeune Padawan (apprenti Jedi), veut progresser à l'Académie des Jedi, devenir plus fort pour ne plus être faible, ne plus être un poid pour son équipe et pour savoir protéger ses amis. Il travaille plus et ose demander, un jour, des conseils à un grand Jedi, Anakin Skywalker (futur Dark Vador), mais...

Ensuite : Oh !! Jawa, Jawa, courte histoire plutôt mignone se déroulant sur Tatooïne avec les petits hommes des sables et leurs petites aventures quotidiennes. Puis, une histoire de trois-quatre pages, Phantasmagoria, ayant lieu vers la fin de l'épisode VI, Le Retour du Jedi, au moment où Luke se fait torturer par l'Empereur, l'auteur nous donne un aperçu de ce qui aurait pû se passer dans la tête de Vador à ce moment-là, ses conflits intérieurs. Plutôt sympa, malgrè un style de dessin faisant très dessin-animé. Dark Vador contre les droïdes, qui est l'avant dernière histoire, une parodie de l'épisode VI avec des références des autres films. Et enfin Sombre Jedi qui ne m'a pas plus intéressé que ça puisque ça parlait du Général Grievous, personnage du film 3 qui ne m'intéresse pas tant que ça, et on ne peut pas dire qu'il se passe grand chose dans cette histoire. Mais sinon, recueil très intéressant à lire et à feuilletter, même s'il faut avoir vu les films et en connaître suffisament sur la saga Star Wars pour appréçier.

Tara Duncan (T.2) Le livre interdit - Sophie-Audouin Mamikonian.

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Couverturesdelivres/TaraDuncanT2.jpg





Articles connexes :

- Tara Duncan (T.1) Les sortceliers.
- Indiana Teller (T.1) Lune de printemps.
         









Quatrième de couverture :

Cal est en prison ! Avec Robin, le demi-elfe, Moineau, la Bête du Lancovit, et le sortcelier Fabrice, Tara retourne sur AutreMonde délivrer son ami et combattre le terrifiant Ravageur d'Âme. Mais quand elle rencontre le fantôme de son père, elle découvre que bien des secrets lui ont été cachés sur ses origines et sur la source de son incontrôlable pouvoir.


Mon avis :


Ouf ! Enfin fini, ce second tome des aventures de Tara Duncan, et franchement, tant mieux ! Ces tomes sont vraiment touffus, je n'en voyais pas la fin.

N'allez pas croire que j'ai été déçue, même si je ressors de cette lecture plutôt mitigée. Ca m'a fait du bien de replonger dans cet univers, depuis un moment déjà, j'avais envie de relire du Tara Duncan, surtout après avoir relu plusieurs passages des Harry Potter, j'avais encore envie de lire sur des aventures, un monde magique, et Tara Duncan était parfait pour ça. C'était sympa de retrouver Tara, Cal, Moineau, Fabrice et ses charades, le chien Manitou, Robin le demi-elfe, la naine Fafnir et tous les autres personnages comme Isabella ou Maître Chem, visiter à nouveau AutreMonde et découvrir ou redécouvrir des créatures enchantées.

Dans ce second volet, donc, après avoir échappé de peu au terrible Magister, l'assassin de son père qui retenait sa mère prisonnière depuis des années, Tara Duncan retourne passer le reste de ses vacances d'été sur Terre, au manoir de sa grand-mère, Isabella qui est bien furieuse d'apprendre toutes les folles aventures et mésaventures vécues par Tara et ses amis lors de son séjour à AutreMonde. Tout se passe bien oui, mais... les mésaventures reviennent au galot : en effet, Cal est arrêté et accusé de meurtre, leur amie naine Fafnir est empoisonée par les roses noires du Ravageur d'Âme et pour tenter d'arranger la situation, Tara et ses amis doivent retourner à AutreMonde innocenter Cal et dérober le livre interdit pour avoir une chance de guérir Fafnir, mais comme de bien entendu, la route ne sera pas facile... dur, dur, d'être une sortcelière !

Les héros n'ont pas le temps de s'ennuyer, ou même de se reposer tant les péripéties se succèdent, l'humour est toujours présent, nous avons quelques révélations sur la famille de Tara côté paternel, sur les parents de Tara : Danviou et Selena, sur une famille royale en particulier. Des personnages prennent de l'assurance, d'autres pas et commençent à voir leur relation avec quelqu'un d'autre défaillir. On en apprend plus sur ce monde magique qui intéresse et passionne, les personnages grandissent peu à peu, les amitiés et liens s'approfondissent, il y a quelques rebondissements...

Mais les reproches que j'avais trouvé dans le tome 1 reviennent dans ce second opus. Toujours ces 'Euuuuuh' des personnages qui m'énervent, une ou deux fois passe encore, mais là à la limite ça devient gonflant. C'est trop touffu, il se passe trop de choses : Cal est jugé, Cal est en prison, Cal est kidnappé depuis sa prison, Fafnir est possédée, il faut voler le livre interdit puis il y a ci, il y a ça... on a du mal à trouver un fil conducteur, on part dans tous les sens, ça fait un peu brouillon, j'ai l'impression que l'auteur cherchait juste à remplir des pages à certains moments, à combler le blanc de la feuille, à un point où j'ai eu du mal parfois à prendre le livre au sérieux ou a trouver un lien 'logique' à l'histoire, et je trouve certains côtés du roman assez enfantins, normal me direz-vous, c'est un livre jeunesse, et peut-être en effet que cela aurait été mieux pour moi que de découvrir Tara Duncan quand j'étais plus jeune, disons vers 12-13 ans, mais j'ai eu du mal à trouver de trame logique, à savoir où l'auteur cherchait à nous emmener, et il faut croire que je suis trop habituée aux Harry Potter, à ce monde magique fascinant mais sombre, avec une pointe d'humour et plein d'émotion, et un style d'écriture plus maîtrisé. Car dans ce second tome, me suis quand même un peu ennuyée, je préférais le tome un où on découvrait tout, ça explique peut-être ça, mais sinon, début et fin du roman, j'ai adoré, j'ai été appée, c'était juste vers le milieu du roman où j'ai eu du mal à continuer.

Bon... pas vraiment une deception, suis juste mitigée, ça reste très sympa à lire et je suis optimiste, j'aime quand même cet univers et quelques personnages, alors je pense continuer un jour en lisant dans un futur prochain le tome 3, je ne compte pas abandonner, je verrais après le tome 3 qui ne me tente pas pour l'instant. Lecture mitigée en gros, mais j'aurais quand même envie d'essayer le tome 3 un jour...

Extrait :

- Arrière-grand-père ? s'écria Tara très surprise, mais qu'est-ce que tu fais là ?
- Tara, combien de fois dois-je te le répéter, la gourmanda le chien d'un ton un peu agacé. Ne m'appelle pas Arrière-grand-père, je prends cent ans chaque fois ! Appelle-moi, Grand-père, ou Manitou !
- Et Papinou ? demanda Tara qui ne put résister. Papinou, je peux aussi ? Et tu ne m'as pas répondu.
- Papinou est hors de question, grommela le chien. Je veux bien Papy à l'extrême limite. Quant à ce que je fais là, je savais que vous alliez commettre une bêtise. Alors je vous ai suivis. Et je viens avec vous. Au moins vous aurez la caution d'un adulte, ce qui vous évitera probablement de vous retrouver au pain sec et à l'eau pour le restant de vos jours... quand Isabella et Selena réaliseront ce que vous êtes en train de manigancer. Et puis je préfère encore être loin lorsque Isabella s'apercevra de votre disparition... J'ai les oreilles sensibles !

Arrestation. 1.

jeudi 9 décembre 2010

xxxHolic (T.9 à 12) - CLAMP.

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Couverturesdelivres/xxxHolicT9.jpg
'I am the son and the heir, of a shyness that is criminally vulgar
I'm the son and the heir, of nothing in particular
You shut your mouth, how can you say I go about things the wrong way
I am human and I need to be loved, Just like everybody else does.'
- How soon is now, Love Spit Love. -

/ ! \ Clamp's Challenge / ! \



Quatrième de couverture :

Lycéen, Kimihiro Watanuki est poussé malgré lui par une force étrange qui le fait entrer dans la maison d'une médium, Yûko Ichihara, qui attendait cette visite inéluctable. Face à ses déclarations, Kimihiro reste perplexe, et afin de parer à son scepticisme, la médium lui révèle des détails concernant son passé, notamment un lourd secret lié aux forces occultes. Pour se débarrasser des visions qui l'assaillent, Kimihiro accepte un petit boulot d'homme de ménage chez cette médium plutôt difficile à vivre...

Mon avis : 


De nouveau emprunté quatre volumes, quatre tomes qui ont été empruntés, lus et terminés hier, sans être passés par la PAL. C'est là le signe d'une alcoHOLIC (oui, mon jeu de mot est pitoyable xp) mais bon... j'en ai lu un et jsais pas comment, les trois autres se sont enchaînés ensuite et je me suis retrouvée avec quatre volumes supplémentaires de xxxHolic dévorés. Vous aurez compris que ma lecture est toujours satisfaisante, que je suis toujours captivée et envoûtée par ce manga, son univers et ses personnages. Je suis ressortie de cette lecture toujours aussi ravie, comblée, et carrément chamboulée, j'étais un peu dans tous mes états car il s'est passé pas mal de choses, on a appris plus de choses, j'ai comme l'impression que le manga a pris une autre tournure dans l'histoire. Et comme toujours, ces petits bijoux se lisent facilement, rapidement et on est toujours captivé, jamais un instant d'ennui !

Shizuka Dômeki.
Comme d'habitude, je vous offre le résumé de chaque tome. Le tome 9 nous révèle qu'un rêve peut se vendre, s'acheter, et si Yûko est habituée à cela, pour Watanuki ce n'est pas facile. Il a même acheté, par mégarde et sans le savoir, le rêve de Dômeki et le cauchemar de Himawari... dont il fera l'expérience. Une fois sorti de cette aventure, il rencontrera par hasard une petite fille nommé Kohane, médium comme lui, suivie par la télévision pour ses talents. Elle s'occupe de l'affaire d'un fantôme blotti dans un cerisier... Tome 10, Watanuki apprend de façon brutale la triste malédiction qui pèse sur Himawari et qui fait le malheur de ceux qu'elle aime, et même Yûko ne peut rien faire pour l'en délivrer. Malgré tout, Watanuki choisi de rester l'ami d'Himawari... Tome 11, Watanuki croisera quelques-unes de ses vieilles connaissances comme Zashiki Warashi, le Renard cuisinier et son renardeau mais surtout la petite Kohane et sa mère qui l'exploite pour l'appât du gain, plus intéressée par l'argent que elle et sa fille gagnent que son amour maternel pour sa fille unique... Tome 12, Watanuki rentre de plus en plus dans le monde des rêves lorsqu'il dort, et il y croise le grand-père de Dômeki : Haruka, et une jeune femme du nom de Sakura qu'il avait déjà vu lors de ses débuts chez Yûko, Sakura lui révèle ses soucis et sa situation, son âme étant enfermée dans le monde des rêves, séparée de son corps... mais voyager trop souvent dans le monde des rêves joue des tours à Watanuki qui commence à confondre le rêve et la réalité...

Ces tomes sont de plus en plus intéressants. Nous nous penchons tantôt dans le monde des rêves, des rêves ou des cauchemars qu'on peut vendre, acheter volontairement ou pas, nous apprenons le sens du première rêve de l'année, les rêves/cauchemars qu'on peut acheter ou attraper sans le savoir, c'est ainsi que Watanuki subira dans la réalité le cauchemar d'Himawari, ou qu'il recevra dans ses rêves la visite d'un nouveau personnage : Haruka, alias le grand-père de Dômeki. Les deux se ressemblent beaucoup, mais j'ai sû faire la différence : Haruka fume et sourit plus que Shizuka, son petit-fils. Il m'a fait une bonne impression dès le début, j'espère le revoir dans les tomes suivants, il pourrait être d'une bonne aide pour Watanuki surtout avec l'avenir de Yûko et de sa boutique qui menace de s'effondrer. Nous faisons aussi la connaissance d'une jeune médium qui passe à la télévision japonaise, une petite fille nommée Kohane qui semblerait avoir les mêmes pouvoirs que Watanuki, elle m'a semblé adorable et m'a fait pitié. Sa célébrité a changé sa mère qui n'a plus, on dirait, aucune affection maternelle pour sa fille, voulant la gloire, l'argent et célébrité de sa fille. Watanuki était adorable à jouer en vrai papa poule, en se préoccupant de cette petite fille en manque d'affection, il lui prépare à manger, lui fabrique même une paire de gant (et à Yûko, Himawari... et Dômeki, après il ira dire qu'il ne peut pas le voir en peinture. On est en plein déni, Watanuki ? ... ou alors c'est moi qui gagatise sur le drôle de lien unissant Dômeki et Watanuki). Kohané est un personnage intéressant, et comme Haruka j'espère la revoir dans les tomes suivants.

Le tome 10, je pense, est celui qui marque le tournant dans l'histoire. Je la vois différemment depuis le tome 10. Les personnages changent, ils commençent à mûrir, surtout Watanuki qui ouvre les yeux, se rend compte de certaines choses, notamment au sujet d'Himawari [ qui est maudite, elle porte la poisse à son entourage sauf à ses parents, Watanuki sera d'ailleurs victime de cette poisse, à un point où ça a failli par le tuer et cette fois, Domeki et Himawari ont sacrifié/offert quelque chose pour sauver sa vie ] mais malgré ça, Watanuki se refuse à s'éloigner d'elle, il se rend compte de ce qu'elle cause, mais il a toujours énormément d'affection pour elle. C'est idiot de sa part mais il a bon cœur, même Himawari finira par 'fondre' et en être émue, il y a de quoi, Watanuki a un cœur gros comme ça, c'est vraiment un personnage exceptionnel à mes yeux, désintéressé, s'inquiétant pour les autres plus que pour lui-même. Sinon dans ce tome... Haruka's back :D Et Kohane, et Dômeki qui [ depuis qu'il partage un œil avec Watanuki ] semble voir les esprits à son tour... et dans le tome 11, il commence à se passer quelque chose... quelque chose va se produire, et c'est en lien avec l'autre manga de CLAMP : Tsubasa Reservoir Chronicle, et maintenant il est évident pour moi que je dois suivre Tsubasa pour suivre comme il faut xxxHolic, pour comprendre certaines choses, puisqu'il est mentionné des personnages de ce manga, dont certains viennent taper l'incruste dans xxxHolic (Shaolan, Sakura...), les deux univers sont liés et Yûko semble attendre quelque chose, car elle a l'air préoccupée, même Watanuki le voit et s'inquiète. Il commence aussi à se poser des questions sur les personnes de cette autre dimension, dont Shaolan. Il rencontrera même Sakura dans le tome 12, à travers les rêves (d'ailleurs durant fin tome 11 et tout le tome 12, j'ai été confuse durant un moment : où est le rêve ; où est la réalité ?) qui lui révélerait des choses [ Watanuki et Shaolan se ressembleraient beaucoup mentalement, les deux ainsi que Sakura seraient même nés le même jour : 1er Avril. Coïncidence ? Non, je ne crois pas... j'espère que les tomes suivants en diront plus ].

Le renard en tube (Mugetsu) et Mokona noir sont tous les deux adorables, ils m'ont bien fait rire, sourire... ou encore gagatiser. Sinon... en fait, je dirais que c'est surtout le tome 12 qui m'a retournée, avec toutes ces révélations, je ne savais pas de quelle manière les digérer. Ça m'a chamboulée, et en même temps, je trouve ça merveilleux qu'un livre ou qu'un manga parvienne à me faire déclencher tant d'émotions chez moi, je jure que j'ai eu du mal à m'endormir hier soir tant tout ça me préoccupait (en même temps... c'peut-être dû à mes évaluations de la semaine suivante aussi... sympa comme cadeau de noël venant des profs, nan ?). Haruka continue toujours de squatter les rêves de Watanuki mais dans le genre intrus, il est dans la bonne catégorie, et sinon... Watanuki version papa protecteur envers Kohane, toujours du trio Dômeki/Watanuki/Himawari ou duo Dômeki/Watanuki (Rah, je veux les voir plus ensemble ces deux-là !) mais aussi... entremêlement rêve/réalité où j'ai eu du mal à me retrouver mais également le fait que Watanuki [ réalise soudainement qu'il ne se souvient plus de ses parents ] il bascule entre rêve et réalité, il voit des personnes décédées, il est chamboulé par tout ce qu'il lui arrive... puis il trouve Yûko qui lui explique des choses [ déjà, énorme doute si tout ce qu'a vécu Watanuki, ces gens qu'il a rencontré... si c'était la réalité ou pas, là je compte sur les tombes suivants pour éclaircir ma lanterne, mais le choc était surtout d'apprendre la vérité sur Watanuki, et le pauvre, il n'est pas un humain comme les autres, il a peur de vivre dans un rêve et oublier tout ce qu'il a vécu et ces gens qu'il connaît, il a peur de ne pas exister... et puis... le moment où Yûko le rassure quand il craint ne pas être humain, ou encore quand Watanuki lui demande si elle, qui peut exaucer les vœux, a-t-elle un souhait ? Et on voit son air surpris, et elle le prend dans ses bras, comme une mère, c'était un moment émouvant, touchant et c'est vrai et étrange que je ne me suis jamais posée cette question : quel est le vœu de Yûko ? ] En conclusion ? Toujours accro, captivée et impatiente de lire la suite (ça, ça sera durant les vacances ma chère enfant...), que dire de plus sans risquer de révéler tout ce qu'il y a de plus important dans ce manga ?

Inconnu à cette adresse - Kathrine Kressman Taylor.

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Couverturesdelivres/InconnuaCetteAdresse.jpg
L'auteur :
http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Photosdauteurs/KKTaylor.jpg

Kathrine Kressman Taylor (1903 - 14 juillet 1996/97) est une auteur américaine, surtout connue pour son court roman Address Unknown/Inconnu à cette adresse, écrite à l'aube de la seconde guerre mondiale, afin d'avertir les Américains du danger du Nazisme qui se propageait alors...

/ ! \ Challenge Histoire / ! \




Quatrième de couverture :

Mon cher Max... Mon cher Martin...
Du 12 novembre 1932 au 18 mars 1934, entre l'Allemagne et les Etats-Unis, deux amis s'écrivent. Max, l'Américain, parle de sa solitude depuis le départ de son ami ; Martin, l'Allemand, lui raconte sa nouvelle vie dans une Allemagne qu'il peine à reconnaître tant elle est défigurée par la misère. Au fil des lettres, inexorablement, Martin et Max s'éloignent l'un de l'autre. D'autant que Max est juif...


Mon avis :

J'avais une heure à tuer, alors j'en ai profité pour lire ce petit livre emprunté juste hier à la médiathèque, livre qui était dans ma Wish-List et qui pourra aussi s'ajouter au Challenge Histoire où je participe.

C'est l'histoire de Martin Schulse, allemand, et Max Eisenstein, juif américain, deux galeristes associés aux Etats-Unis, mais plus encore, ils sont amis, et ils sont comme des frères, une grande affection les lie tous les deux. Cette amitié vit encore à travers des lettres échangées entre l'Europe et l'Amérique lorsque Martin retourne vivre dans sa patrie avec sa famille. Une patrie qu'il a bien du mal à reconnaître tant la Grande Guerre changea l'Europe. Le peuple allemand est perdu, désespéré et a besoin de quelqu'un qui lui tend la main pour la secourir. Et il y a justement cet Adolf Hitler, nommé au pouvoir, qui enflamme et captive les foules... Si Martin se méfie d'abord de cet homme, il souhaite avant tout que son cher pays se redresse et que le peuple retrouve son moral, ainsi approuve-t-il le choix de ce Hitler de redresser le pays. Mais Max s'inquiète, les nouvelles d'Allemagne et de cet Hitler à travers les informations ne rassurent guère Max, surtout quand, dans les lettres de son ami, il sent un changement s'opérer... et même l'amitié ne pourra sauver leur lien, car Martin change pour ne plus être le frère que Max aimait...

Ce livre est court, il se finit en une heure à peine. Je me demandais ce que j'allais trouver, au début je croyais que c'était deux adolescents qui s'envoyaient des lettres. Que nenni ! J'aurais du mieux regarder la couverture xD Par le résumé, je m'attendais à un texte du même style que L'ami Retrouvé, et même si je préfère le roman de Fred Uhlman, je dois avouer que celui-ci n'était pas mal non plus. Un peu trop court, c'est vrai, j'aurais aimé qu'il soit plus développé, plus long, qu'on en sache plus sur les deux amis (leur rencontre par exemple, leur vie en tant que galeristes avant le départ en Allemagne de Martin), un peu plus d'informations sur la situation de l'Allemagne au moment de la montée du Nazisme au pouvoir, et ce qu'en pensent les Etats-Unis. J'aurais donc aimé que ce soit un peu plus etoffé.

Mais d'un côté, ce style net, clair et tranchant nous fait couper le souffle. Le changement 'psychologique' de Martin se fait de façon un peu brutale. Certes, il se méfiait d'Hitler au début mais il ne voulait que le bien du pays à l'agonie après la Première Guerre Mondiale, désespéré, perdus et il pensait qu'Hitler pouvait redresser le pays car ses discours enflammaient le peuple, il était acclamé. Malgrè sa méfiance et son doute (car le désespoir nous fait parfois faire des choses inconsidérées et la bêtise est humaine), il finissait par prendre les émeutes dans les rues sur les magasins juifs par l'exubérance d'une foule qui s'enflammait. Mais il a finit par 'tomber dans le piège' lui-aussi car il a finit par adhérer aux idéologies d'Hitler, à l'antisémistisme régnant, il a fait ce qu'un bon nombre (et c'est un euphémisme) d'Allemands ont fait à cette époque. Ce qui est la preuve qu'Hitler, bien qu'étant un beau sal**, était un orateur remarquable car il a sû captiver son audience et les convaincre de ses idées (et comme quoi, six mois de cours de rhétorique, ça s'en va pas facilement...).

On remarque ce changement dans les lettres. Les signatures 'Affectueusement / De tout coeur à toi / Souvenir affectueux' deviennent 'Martin' tout court ou encore 'Cordialement'. Ce changement inquiète Max, la chaleur de l'amitié s'en va peu à peu et pour Martin, Max n'est plus qu'un Juif, et un sentimental lorsque Max tente de maintenir le contact, de lui assurer que ce 'changement' n'est que témporaire. Les lettres de Martin deviennent froides, un peu moqueuses, cruelles (surtout quand il est question de la soeur de Max, là où j'ai eu mal au coeur) et je comprends bien le fait que Max se soit vengé. Les lettres s'arrêtent brusquement en 1934, avec Max [ a-t-il réussi sa vengeance ? Si oui, Martin en est-il mort car les 'fausses' lettres de Max laissaient penser aux autorités allemandes que Martin sympathisait avec l'ennemi et il avait déjà reçu des avertissements... l'auteur nous laisse imaginer, je pense ], la fin d'une amitié déchue, causée par l'antisémitisme et de ce qu'a pu causer le nazisme.

Un texte court, que j'aurais aimé plus ellaboré, mais qui va droit au coeur. En quelques pages à peine, un concentré d'émotion. Je n'ai pas été vraiment déçue, j'ai été contente de découvrir ce petit texte.

Extrait :

Une force vive. Les gens se sentent stimulés, on s'en rend compte en marchant dans les rues, en entrant dans les magasins. Ils se sont débarrassés de leur désespoir comme on enlève un vieux manteau. Ils n'ont plus honte, ils croient de nouveau à l'avenir. Peut-être va-t-on trouver un moyen pour mettre fin à la misère. Quelque chose -j'ignore quoi - va se produire. On a trouvé un Guide ! Pourtant, prudent, je me dis tout va : où cela va-t-il nous mener ? Vaincre le désespoir nous engage souvent dans des directions insensées.
Lettre de Martin Schulse à Martin Eisenstein, datée du 25 mars 1933.

samedi 4 décembre 2010

Tsubasa Reservoir Chronicle (T.1) - CLAMP.

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Couverturesdelivres/TsubasaT1.jpg'So many fears were swimming around and around in my mind
Who would have dreamed the secrets we would find
I've found a world where love and dreams and darkness all collide
Maybe this time we can leave our broken world behind.'
- Together Again, Evanescence -

Du même auteur :



Emprunt médiathèque.
/ ! \ Clamp's Challenge / ! \

Quatrième de couverture :

Dans le pays de Clow, vivent Sakura et Shaolan qui s'aiment secrètement. Shaolan, simple citoyen, vit au sein de la famille royale depuis que son père archéologue est mort. Il reprend le travail de son père en explorant les ruines du pays de Clow. Un soir les deux amis découvrent un étrange blason et subissent une attaque ennemie. Une force mystérieuse fait perdre la mémoire à Sakura et les plumes qui matérialisent son âme se dispersent ... Pour la sauver Shaolan doit voyager de dimension en dimension pour retrouver les fragments de mémoire de Sakura...
Mon avis :

Je pensais devoir attendre de terminer la série xxxHolic avant de commencer Tsubasa Reservoir Chronicle, mais finalement, l'attente de retourner à la médiathèque pour me procurer et lire la suite de xxxHolic a eu raison de moi, j'ai attaqué le premier tome de ce manga pour mieux faire passer l'attente ; j'espère juste que Tsubasa ne va pas me spoiler xxxHolic puisque les deux univers se rejoignent et que je n'ai pas encore terminé xxxHolic (c'est bien la première fois que j'ai envie de ne rien savoir de la suite d'un manga/livre avant de l'avoir lu moi-même, même avec Harry Potter et Black Butler, je lisais les spoilers !), mais pour l'instant, je suis confiante. Puis, je me suis inscrite au challenge Clamp de Matilda, pour découvrir plus de mangas de ces auteurs alors, autant en profiter ! Voici donc ma première contribution pour ce challenge.

C'est le premier tome de ce manga, donc la lecture n'a pas été bien longue, je ne savais pas trop bien à quoi m'attendre, surtout que ce qui m'a déconcerté était la ressemblance frappante entre les deux personnages principaux : Shaolan et Sakura, avec les personnages du manga Card Captor Sakura qui portent le même nom mais qui sont présentés plus jeunes que dans Tsubasa (dans CCS, ils ont environ... 12 ans, et dans TRC, 15-16 je dirais) mais malgré la ressemblance physique et les prénoms, les deux personnages n'ont aucun rapport, j'imagine que c'est un peu comme dans les mangas de Riyoko Ikeda où, dans la plupart de ses mangas, un ou deux personnages finissent toujours par ressembler physiquement à d'autres personnages de ses autres mangas (je pense notamment à Rei et Kaoru de Très cher frère qui ressemblent aux André et Lady Oscar de La rose de Versailles) donc j'ai fini par m'y faire.


Concernant le manga en lui-même, ce n'est pas le même graphisme que celui de xxxHolic (mais xxxHolic est unique !) mais les dessins restent très beaux, doux et clairs ! J'ai beaucoup aimé la représentation du pays de Clow, un beau royaume dans le désert ; ainsi que le design des vêtements et la magie qui est présente. Concernant les personnages principaux, Shaolan et Sakura, eh bien... je ne me fais pas encore beaucoup d'impression sur eux. Elle est naïve, douce, généreuse, gentille, adorable et lui est protecteur, timide, responsable ; ils sont des amis d'enfance, elle est une princesse et lui un citoyen de Clow et son ami d'enfance, ils s'aiment en secret mais n'osent se l'avouer. Impossible de les détester, à moins de ne pas avoir de cœur mais disons que je n'ai pas eu de coup de cœur pour eux, je ne suis pas très bien attachée à eux même si les suivre durant le manga ne sera pas une tâche désagréable puisqu'ils ont l'air d'être de bons personnages. Mais ce n'est que le premier tome, je peux toujours m'attacher à eux par la suite...

En revanche, les personnages qui m'ont fait une bonne impression dès le début, ceux qui m'intéressent et me paraissent bien attachants sont le magicien Fye et le guerrier Kurogané même s'ils débarquent de façon plutôt brusque et rapide, alors que l'histoire a démarré lentement, de façon à bien se plonger dans le contexte. Puis, Sakura se retrouve dans une fâcheuse situation et on rentre dans l'histoire assez rapidement ; l'introduction de Fye et Kurogané à Shaolan et Sakura s'est faite de façon accélérée mais j'imagine qu'on prendra suffisamment le temps de bien les connaître et le groupe de bien se connaître par la suite. Mais je pense que je prendrais plaisir à suivre Fye et Kurogané, surtout avec Fye qui, dès le premier tome, asticote Kurogané qui lui, s'emballe et démarre au quart de tour ! Oui, le magicien semble avoir choisi pour hobbie de taquiner le guerrier qui prend facilement la mouche, ce qui donne lieu à des situations assez comiques. De l'humour, il en faut bien, surtout avec ce qui est arrivé à Sakura et qui a causé aux quatre personnages de se rencontrer. A l'origine, ces personnages ont débarqué chez Yûko, la Sorcière des Dimensions et médium du manga xxxHolic, avec un but différent : Fye fuit quelque chose et souhaite ne jamais retourner d'où il vient ; Kurogané a été renvoyé de chez lui de force par la princesse de son pays pour qu'il cesse de tuer tout ce qui bouge et en espérant qu'un voyage hors du pays le changera et lui apprendra les vraies valeurs de la vie, or Kurogané ne l'entend pas de cette oreille et souhaite retourner chez lui ; Shaolan souhaite sauver Sakura de sa triste situation.

Yûko décide de réunir ces quatre personnes différentes en un but commun : sauver Sakura. C'est une quête qui sera longue et nécessitera de voyager de Dimension en Dimension. Fye et Kurogané doivent participer, ainsi leur vœu sera réalisé. Yûko leur confie le Mokona blanc, drôle de créature ressemblant à un lapin, qui a divers pouvoirs dont celui de transporter des personnes de Dimension en Dimension. Cette drôle de peluche se révèle avoir un sacré sens de l'humour et, comme Fye, prend un malin plaisir à taquiner Kurogané qui, lui, aimerait bien en faire de la terrine, du Mokona ! Il veut se montrer menaçant face à Fye et Mokona, mais il ne parvient qu'à être ridicule ! Mais il ne fait aucun doute que malgré son charmant caractère, c'est un ninja hors pair et qu'il cache une personnalité sombre, un peu comme Fye car on sent qu'il cache pas mal de choses lui-aussi. Sous son enthousiasme, ses sourires et son visage angélique, il reste quelqu'un de mystérieux et semble cacher de sombres secrets.

Donc, je pense que je suivrais l'histoire avec intérêt, ainsi que l'évolution des personnages et leurs aventures. L'univers emprunt de magie me plaît, on sent que les personnages auront une destinée hors du commun, qu'on va découvrir de nombreuses contrées toutes différentes les unes que les autres, que les personnages vont se révéler plus intéressants, attachants et complexes et que la route pour eux sera longue et dure (sinon, y'aurait pas 28 tomes quand même...), et même si le schéma 'preux chevalier qui va sauver sa belle princesse en détresse parce qu'ils s'aiment mais n'osent pas se l'avouer' me rebute un peu, mon envie de connaître la suite est toujours là, car pour un premier tome, ce manga m'a fait une bonne impression et que rien que pour Fye, Kurogané et Mokona, je lirais la suite avec plaisir !