mercredi 29 septembre 2010

L'assistant du vampire (T.4) La montagne des vampires - Darren Shan.

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Couverturesdelivres/DarrenShanT4.jpg
'Les vampires carburent au danger, n'est-ce-pas ?'


Du même auteur :




Quatrième de couverture :

Je m'appelle Darren Shan. Je suis un semi-vampire et voilà plusieurs années que je suis l'assistant de Mr Crepsley, un ancien général vampire. Aujourd'hui, nous devons quitter le Cirque du Freak pour nous rendre au grand Conseil de la Montagne des Vampires, le coeur de notre monde. Je vais y être soumis à de terrifiantes épreuves, dans le but d'intégrer définitivement la communauté des vampires. Mais suis-je vraiment prêt à quitter la part d'humanité qui me reste ?


Mon avis :

Et voilà achevé le dernier tome de Darren Shan traduit en français. J'ai plus qu'à pleurer, voire prier, voire espérer que la traduction va continuer. Car sur douze tomes, ils ne vont pas s'arrêter en si bon chemin, si ? J'essayerais de voir si je peux contacter la maison d'édition, sinon je n'aurais qu'à commander la suite en anglais. Ah, monde cruel. Revenons-en au livre. Alléluia, je suis de nouveau capable de lire un livre sans m'être lassée ou énervée. D'une certaine façon, Darren Shan m'aura sauvé ces deux derniers mois.

Alors, le tome quatre nous rappelle qu'il est déconseillé de vampiriser des jeunes enfants, même s'ils ne sont que demi-vampire. Huit ans sont passés depuis que Darren est devenu demi-vampire pour sauver son meilleur ami, mais cela ne change rien au fait qu'il a toujours l'apparence d'un jeune garçon, il faut toujours le présenter aux princes des vampires car il est mauvais de leur garder ce genre d'information... C'est pourquoi Mr Crepsley profite de la prochaine réunion des vampires pour quitter momentanément le cirque du freak avec Darren dans le but de présenter son jeune assistant aux autorités des vampires. Mais la route pour accéder à la Montagne des Vampires exige endurance et dures épreuves... et qui dit que tout ça se sera calmé une fois arrivé à destination ? La vie vampirique n'est jamais simple et reposante...

Ce qui m'a d'abord surprise dans le livre était la taille. Il est petit ! Trop court, même pas 200 pages ! Et pour le prix, c'est un peu dommage... enfin, j'ai aimé cette lecture, mieux que le tome précédent, bien qu'il ne se passe pas grand chose à priori. Nous retrouvons Darren, six ans après le tome d'avant, qui semble avoir accepté sa nature et le monde auquel il appartient, même s'il a toujours autant de question à ce sujet et qu'il n'approuve ni n'adhère pas forcément à certaines choses, car nous en apprenons plus sur le monde et la société des vampires, leurs mœurs, leurs coutumes, leur style de vie, les hobbies... et donc, nous rencontrons d'autres vampires, comme l'ancien maître de Mr Crepsley : Seba Niles, puis les autres : Kurda, Arra Sails, Vanez, les princes, et on retrouve aussi Gavner que j'aime beaucoup. On quitte le cirque du freak pour la société vampirique, ce qui n'est pas plus mal, surtout que Evra, l'ami de Darren, a grandi contrairement à Darren, et même s'ils sont toujours proches, leur relation ne sera plus jamais la même d'une certaine façon.

Comme je disais, il ne se passe pas vraiment grand chose dans ce tome. Bien-sûr, la traversée jusqu'à la montagne est difficile, longue et pénible, il y a quelques embûches, des ennuis qui viennent compliquer le trajet, mais il y a moins d'action que dans les tomes précédents. Ce tome laisse davantage de place à la présentation du monde des vampires. Pourtant, j'ai aimé ce tome, bien qu'il y ait moins d'action. Bien-sûr, il est trop court, l'intrigue est toujours aussi simpliste, les descriptions ne sont pas toujours brillantes (parce que c'est un enfant qui raconte ? Et encore, si Darren a encore l'apparence d'un jeune ado, il doit bien avoir 18-19 ans en réalité), mais l'humour est toujours présent (j'ai adoré la scène où Gavner se retrouve en caleçon jaune avec des éléphants roses, ou encore quand Seba Niles racontait les bêtises que faisait Crepsley quand il était son assistant, et le-dit Crepsley expliquer, avec embarras, à Darren les techniques de punitions très spéciales de son ancien maître), l'écriture est toujours fluide ainsi on a aucun problème à suivre l'histoire. Darren est parfois cinglé, un garçon entêté et fonceur parfois, mais c'est pas grave, je l'aime quand même. Même si son caractère manque de complexité, on sent que les choses se mettent en place, que les choses sérieuses vont vraiment arriver et que ça ne se terminera pas toujours très bien, qu'il y aura de dures et lourdes épreuves à venir dans le futur, on le sent, surtout vers la fin de ce tome. Je pense d'ailleurs que ce tome servait surtout à faire une transition avec le cinquième tome.

Lecture toujours satisfaisante, malgré le manque d'action, mais la fin laisse envisager une suite plus riche, plus dense avec plus d'action et d'épreuves, on sent que l'histoire est à un tournant et que les choses sérieuses vont enfin arriver. J'espère que le tome cinq sera bientôt traduit !

Extrait :

Au bruit de l'air battant mes oreilles a succédé celui du bâton d'Arra qui heurtait net le côté gauche de mon visage, m'envoyant valser par terre.
L'instant d'après, je fixais le plafond et, accessoirement, la masse de visages des vampires penchés au-dessus de moi et marqués par l'inquiétude.
- Darren ? s'est élevée la voix d'un Kurda soucieux. Ça va ?
- Que... s'est-il passé ?
- Elle t'a mis K.O. Tu as perdu connaissance pendant cinq ou six minutes. On était sur le point d'aller chercher des secours.
Je me suis assis, grimaçant de douleur.
- Les murs tournent, c'est normal ?
17.

Rois de France - Renaud Thomazo et Delphine Godard.

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Couverturesdelivres/RoisdeFrance.jpg
 

'Kings of the Past.'
- Lion King soundtrack -


Les auteurs :
http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Photosdauteurs/noauthor.gif

Renaud Thomazo et Delphine Godard (nés en ?) sont deux auteurs français.

/ ! \ Challenge Histoire / ! \


 
 
 
Quatrième de couverture :

Le vase de Soissons, l'Affaire des Poisons, la malédiction des Templiers... Derrière ces images d'Épinal, retrouvez en un récit passionnant l'histoire des plus grands rois et empereurs de France, de Clovis à Napoléon III.

Complots, intrigues et rivalités de Cour peuplent cet ouvrage qui vous invite au coeur du pouvoir. Mais de l'austérité de Saint Louis au goût pour les femmes d'Henri IV, en passant par les obsessions de Louis XI ou les colères de François Ier plongez dans l'intimité de chacun d'eux, découvrez leur caractère et l'influence qu'il a pu avoir sur leur action politique.

350 illustrations et plus d'une vingtaine de fac-similés, parmi lesquels : le testament de Philippe Auguste, une lettre de Tamerlan à Charles VI, un dessin de Louis XIII enfant, le journal de Louis XVI, le rapport d'autopsie de Napoléon...



Mon avis :

Voici mon second billet pour ce challenge histoire, et après avoir découvert le meeeerveilleux rayon des bouquins d'histoire et romans historiques à la médiathèque, je ne compte pas m'arrêter là !

Ce livre est un cadeau de noël, de l'an dernier, et croyez-moi, j'ai bien eu du mal à le lâcher durant le réveillon. J'étais clouée dans le canapé à lire et à admirer, fouiner dans cette petite merveille avant qu'on ne me rappelle à l'ordre pour manger le copieux dîner du 24. Mais le lendemain, j'avais dévoré le livre en quelques heures.

C'est un très, très beau livre. Chaque page apporte son lot d'images plus belles les unes que les autres. Le format et la "décoration de fond" est aussi jolie. Les représentations des peintures, des armes, des vêtements et des villes de l'époque sont époustouflantes, une merveille pour les yeux. Je pourrais rester longtemps à admirer les peintures disponibles dans le livre, tellement c'est beau, chaque détail, chaque couleur. C'est une très jolie encyclopédie racontant les rois de France, à part les deux derniers il me semble, et en nous donnant aussi quelques pages consacrées à Napoléon Bonaparte et à Louis-Napoléon Bonaparte, nos deux empereurs du XIXe siècle. Et si les auteurs ne racontent pas tout sur la vie des Rois, qu'il manque des choses, des élèments, le plus important y est, raconté, analysé et expliqué.

Ca sent bon le livre neuf, on s'émerveille à chaque page. On a des pages que l'on peut déplier, voire des petits livrets, ou des pochettes avec des fausses représentations de lettres ou autre, même si parfois, l'écriture est difficilement lisible, c'est toujours un 'bonus' agréable, une surprise de plus à trouver dans le livre. Enfin bref. J'ai aimé ce livre. Relire encore la vie de ces grands rois qui ont peuplé et gouverné la France. Les plus célèbres comme ceux que l'on a tendance à oublier. Aah, Clovis, Charlemagne, Henri IV, Louis XIII, Louis XIV, Charles VII, Louis XVI, Napoléon Ier...

En gros, un "beau livre" enrichissant et esthétique. J'aimerais maintenant trouver dans la même veine le second livre : Reines et favorites de France.

... j'ai l'impression de ne pas avoir dit grand chose de bien intéressant concernant ce livre, et pourtant, c'est mon bijou à moi, un livre dont je ne me séparerais jamais tant je l'adore et que je ne me lasse pas de lire et admirer quelques pages, surtout en ce moment.

samedi 25 septembre 2010

L'assistant du vampire (T.3) Jeux de sang - Darren Shan.

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Couverturesdelivres/DarrenShanT3.jpg
'C... Cl... Clever b-boy, huh ?'


Du même auteur :




Quatrième de couverture :

Je m'appelle Darren Shan. Je suis l'assistant d'un vampire. Avec mon maître, mon copain Evra, le garçon-serpent, et ma petite amie Debbie, nous vivons tranquilles dans une ville anonyme. Tranquilles ? Pas quand des cadavres mutilés sont découverts. Ni quand j'ai la certitude que mon maître est à l'origine de ces meurtres.



Mon avis :

Alors que j'arrive difficilement à lire un livre en ce moment (est-ce la rentrée qui fait ça ?), allez savoir pourquoi, j'arrive quand même à me jeter sur un volume de Darren Shan, et à le dévorer en quelques heures à peine (je regrette quand même que ce soit si rapide à lire, que c'est plutôt court, l'auteur dépasse rarement les 230 pages), au moins quel plaisir que ça fait de lire quelque chose de simple et sans prise de tête, sans contrainte, sans énervement :)

Dans ce troisième tome, Darren s'est habitué à sa vie de demi-vampire et se sent comme chez lui au Cirque du Freak avec la troupe, son ami Evra, et son mentor Larten Crepsley. Mais suite à la visite d'un vieil ami et général vampire du nom de Gavner Purl, Crepsley doit quitter temporairement le cirque pour séjourner dans sa ville natale. Et bien qu'il n'aura pas le temps de s'occuper de Darren, il décide néanmoins d'emmener avec lui son assistant avec Evra, afin que son protégé ait quelqu'un avec qui passer ses journées, là où Darren retrouvera la vie en agglomération qu'Evra découvre pour la première fois. Tout se passe bien, Noël approche et Darren fait la connaissance d'une jolie fille bien sympathique du nom de Debbie Hemlock. Mais voilà que monsieur Crepsley a un comportement étrange : à peine sorti de son cercueil, il passe ses nuits dehors et ne revient qu'à l'aube, sourd aux interrogations de Darren qui s'inquiète face à son comportement mystérieux et absent. Muet comme une tombe, il laisse Darren dans l'ombre sur le sujet de ses occupations nocturnes. Et voilà que les médias annoncent des vagues de crimes récents dans la ville où les victimes sont vidées de leur sang...
Même si j'ai apprécié cette lecture, c'est le tome que j'aime le moins parmi les quatre traduits (je lis en plein dans le tome 4, là en ce moment), peut-être parce qu'on est pas dans l'ambiance du cirque du freak, qu'on ne voit pas souvent Mr Crepsley, que le personnage de Debbie m'a laissé ni chaud ni froid (pourquoi quand je lis son nom de famille, je pense à Sherlock Holmes ?)

Mais quel plaisir de retrouver Darren Shan et son univers, surtout qu'on en apprend plus sur le monde et la société vampirique, notamment la séparation en deux clans : les vampires et les vampanezes (j'utilise le nom anglais, parce que je le préfère à 'vampiriks' dans la VF), les vampanezes étant la version la plus proche qu'on se fait d'un vampire [ à part les lèvres rouges et la peau violette ], alors que les vampires comme Crepsley, Gavner ou Darren sont 'civilisés', moins rebelles, ne tuent pas leurs victimes... enfin bon, vous l'aurez compris, après les vampires, nous faisons la connaissance d'un vampaneze : Murlough, qui m'a plus fait rire que me donner l'impression d'être menaçant mais bon. On a quand même l'occasion d'en apprendre plus sur le monde des suceurs de sang, sur leur histoire, leurs Princes et Généraux, les Vampanezes... et on se doute bien que [ c'est le vilain vampaneze le responsable et pas Crepsley. En tout cas, ça l'était pour moi. En même temps, j'aime trop Crepsley pour le voir comme assassin, et j'avais lu la version manga du livre avant d'attaquer ce tome :p ] Debbie n'ayant pas laissé grande impression sur moi, je ne parlerais pas d'elle. Mais au moins, Darren aura eu une petite aventure sentimentale, et ce n'est pas évident lorsqu'on est à moitié vampire. Et si les moments élève/professeur, presque amicaux et père/fils entre Darren et Crepsley sont rares dans ce tome [ Darren le croit quand même coupable des meurtres, signe qu'il ne connaît pas si bien que ça son mentor et que la confiance mutuelle a du mal à se mettre en place ], j'ai aimé lire les moments entre ces deux-là, et aussi découvrir un personnage que l'on retrouvera certainement par la suite : Gavner Purl, personnage qui m'est déjà sympathique. Tout comme j'espère et je pense que l'on retrouvera des personnages des tomes 1 et 2 par la suite.

Sinon, toujours la même recette : des vampires, Darren qui se retrouve toujours d'une façon ou d'une autre en danger (en même temps, si sa vie de demi-vampire était calme et sans soucis, où serait l'intérêt ?), quelques informations sur les vampires et cie, des nouveaux personnages qui vont et qui sortent, un peu d'amitié par-ci, par-là... une écriture simple, sans prise de tête, agréable, facile et rapide à lire. Un bon livre jeunesse divertissant, pas mon préféré mais on avance dans la série :)



Extrait :

Mon maître a levé un sourcil à mon intention, amusé de me voir raide comme un piquet, apeuré, même si j'avais déjà compris que nos vies n'étaient pas en danger.
- Tu devrais avoir honte, Gavner Purl. Tu as fait peur au garçon, lui a-t-il lancé.
- Visiblement, je ne suis bon qu'à ça, a maugréé l'étranger. Faire peur aux enfants et aux petites vieilles.

2.

lundi 20 septembre 2010

Interview with the vampire - Anne Rice et Shinohara Udou.




http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Couverturesdelivres/InterviewWiththeVampire.gif

Les auteurs :

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Photosdauteurs/noauthor.gif


Anne Rice, née le 04 Novembre 1941, est une écrivain américaine, auteur de romans fantastiques. Shinohara Udou (née le ?) est une mangaka japonaise.







Résumé :

Ce manga reprend l'oeuvre de Anne Rice. Louis de Pointe du Lac raconte à un jeune journaliste sa vie à partir du moment où tout a basculé, à partir du moment où il rencontre un vampire nommé Lestat de Lioncourt. Comment s'habituer à une vie immortelle, une vie de damné ?

Mon avis :


Un manga, oui encore. Et encore, je risque d'en présenter et de parler d'autres, car je suis loin d'avoir terminé cette période où je n'arrive pas à avaler des romans mais des mangas à la place.

Alors... ce manga, il a été réalisé à la base pour promouvoir la sortie du film Entretien avec un Vampire (très bon film selon moi), lui-même tiré du roman d'Anne Rice (aah, Anne Rice), au Japon. Donc c'est un produit commercial en premier lieu. Ce qui ne veut pas dire qu'il est sans qualité. J'ai partiquement sauté lorsque je suis tombée sur (une partie) de ce manga. Cette adaptation se tient en un seul volume, un pavé de 500 pages. Malgrè cela, l'histoire a dû être emputée de certains élèments, comme je le craignais, mais j'ai eu la surprise de retrouver certains élèments que je croyais voir retirés, bien présents dans le manga [ exemple : Lorsque Louis dépose le corps de Lestat dans un fleuve, après que Claudia l'ait tué, qu'il ressente l'étrange envie, le besoin, comme une force invisible, de rejoindre son maître vampire avec lui dans les flots, avant que Claudia ne l'appelle, le sortant ainsi de sa torpeur. ] Mais malgrè les coupes et quelques élèments précipités, l'auteur est fidèle à l'oeuvre de Anne Rice, je crois même qu'elle en est fan. Enfin voilà. Je n'ai pas pu lire tout le manga qui n'est disponible qu'en japonais, mais je me permets d'écrire un avis sur ce que j'ai lu (sur des scans anglais sur le net... quoi ? ne me regardez pas comme ça...).

Première chose qui m'a interpellé, voire choqué, ce sont les dessins. Ils sont plutôt anguleux, les visages fort en angle, des corps un peu... imposants ? grands ? Forts quelques fois ? Mais au final, j'ai fini par m'y habituer, même si ce fut difficile. Je dirais que la plus réussie dans l'histoire, c'est Claudia. Les représentations d'elles sont passées tout seul, on a bien l'image d'une enfant-poupée mais qui cache à l'intérieur une femme, une tueuse sanguinaire et redoutable soif de haine et de vengeance face à Lestat. Par contre, je ne voyais pas Daniel, le journaliste, dessiné ainsi, mais bon, passé la surprise face aux dessins, passons à la mise en scène. Ce n'est pas trop mal, voire parfois bien trouvé, surtout avec les sous-entendus, des allusions dans le discours, dans les dessins face aux relations entre les personnages. Surtout celle entre Louis et Lestat et Louis et Claudia (je n'ai pas encore eu l'occasion de voir Armand, bouhou). Bref, après avoir relu des passages des livres d'Anne Rice, ce fut tout de même un plaisir de se plonger dans le manga, surtout que le tome qu'il adapte est mon préféré. Quel plaisir de revoir l'histoire d'Anne Rice aussi fidèle possible en manga, car même si j'ai eu du mal à me faire aux dessins, j'ai appréçié ma lecture, et que même en manga, l'univers, l'histoire d'Anne Rice continue à me passionner. Et quel univers ! Troublant, sensuel, angoissant, magnifique. Quel plaisir de retrouver Louis, Lestat, Claudia...

Lecture satisfaisante, donc, accompagnée de chansons de Mylène Farmer pour suivre l'histoire :) Bien que je craigne de n'avoir pas été claire dans mon avis :-s Dites-le moi si tel est le cas !



Louis et Lestat, image tirée du manga.

mercredi 15 septembre 2010

Histoire d'une mouette et du chat qui lui apprit à voler - Luis Sepulveda.

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Couverturesdelivres/Histoired1MouetteetduChat.gif

L'auteur :


http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Photosdauteurs/LuisSepulveda.jpg


Luis Sepulveda, né le 04 Octobre 1949, est un auteur chilien dont le roman le plus connu reste Le vieux qui lisait des romans d'amour. Il fut aussi réalisateur, scénariste, acteur et monteur dans le domaine du cinéma et est engagé politiquement pour l'écologie.

Emprunt médiathèque.


Quatrième de couverture :

Zorbas le chat grand noir et gros a promis à la mouette qui est venue mourir sur son balcon de couver son dernier œuf, de protéger le poussin et de lui apprendre à voler. Tous les chats du port de Hambourg vont se mobiliser pour l'aider à tenir ces promesses insolites. À travers les aventures rocambolesques et drôles de Zorbas et Afortunada, on découvre la solidarité, la tendresse, la nature et la poésie.


Mon avis :

Court livre emprunté à la médiathèque il y a quelques semaines. Peut-être est-ce la reprise des cours, de l'habituel métro-boulot-dodo, mais je n'avais pas trop la tête à lire ces temps-ci, j'ai eu du mal à me plonger et à commencer un livre, il faut croire que je n'étais pas d'humeur. Les seules lectures que j'ai pu suivre tout seul, sans aucun problème, c'était Darren Shan, quelques mangas dont je vous parlerais prochainement, et quelques relectures de passages des trois premiers tomes des Chroniques des Vampires d'Anne Rice.

Enfin voilà, tout ça pour dire que je n'étais pas emballée avec la lecture de ce livre que j'ai quand même emporté avec moi à la fac, histoire d'avoir à lire quelque chose durant les trajets du train, ou durant mes heures de libre à la fac. J'ai tout de même réussi à engloutir ce court roman en deux-trois jours. Le titre me rappelait vaguement quelque chose de mes années collège, et maintenant j'ai eu l'occasion de découvrir ce livre jeunesse.

Victime d'un pétrolier en pleine mer qui l'a recouverte de son produit noir et mortel, Kengah, la mouette, réussit tant bien que mal à voler jusqu'à un balcon pour y pondre un œuf avant de mourir. Refusant de laisser son futur poussin orphelin, elle fait promettre à un chat noir, Zorbas, de couver l’œuf jusqu'à la naissance du poussin, puis de s'occuper de lui et enfin de lui apprendre à voler... mais comment un chat peut-il réussir le miracle de faire voler une jeune mouette persuadée d'être un chat comme celui qui l'a élevée ? Heureusement que Zorbas a des amis fidèles et prêts à l'aider, lui et la jeune mouette...

Tout d'abord, le cadre, le paysage m'a plu, à savoir dans les ports, le paysage marin, tout ce que j'aime. Ensuite une histoire de mouettes et de chats, deux animaux que j'affectionne. Le style est simple, fluide, on lit facilement et rapidement, enfin n'oublions pas que c'est un livre jeunesse, mais que certains, plus vieux, peuvent dévorer sans problème. Cette histoire ressemble à une fable, avec une sorte de morale à la fin. C'est une jolie histoire, un petit bijou d'amour, d'humour et de poésie, avec de l'amitié, de la solidarité, la tolérance. J'ai aimé ces animaux capables, ces chats miaulant mais savant parler la langue des humains, ces chats qui s'unissent pour aider une jeune mouette, Afortunada. Il est vrai que dans la réalité, le chat sauterait sur la mouette pour en faire son dîner, mais ici c'est un livre de jeunesse, donc pas de ça. Mais ça reste une histoire plutôt 'mignonne' (ça se dit, ça, pour un livre o_O ?), malgré les quelques répétitions que j'ai pu trouver. Certaines étaient amusantes à retrouver dans le récit, d'autre pas (comme le 'arrêtez de me miauler les mots de la bouche !!' du chat Colonello). Mais les personnages étaient amusants, surtout les chats : Colonello, Secrétario, Zorbas, Vent-debout, Jesaitout le chat savant, obsédé par les encyclopédies, faisant une référence à ses dictionnaires plus d'une fois.

Sinon... que dire d'autre ? C'est une histoire agréable, rapide à lire, les personnages sont sympathiques, le livre coupé en deux parties (La mouette vient échouer sur un balcon, tandis que Zorbas file demander conseil, elle pond son œuf après la promesse du chat & le poussin qui grandit avec les chats et qui craint de voler), c'est tendre, plein de poésie et d'humour. Bref, un livre agréable. Pas fantastique, mais une belle histoire quand même.

Extrait :

Depuis la plus haute étagère d'une bibliothèque, Colonello, Secrétario, Zorbas et Vent-debout observaient attentivement ce qui se passait en bas. Là, il y avait Afortunada, debout à l'extrémité d'un couloir, appelé piste de décollage, et à l'autre extrémité Jesaitout penché sur le tome 12, correspondant à la lettre L de l'encyclopédie. Le livre était ouvert à l'une des pages consacrées à Léonard de Vinci, et on y voyait un engin bizarre baptisé "machine à voler" par le grand maître italien.

Deuxième partie. 7 : On apprend à voler.

mardi 7 septembre 2010

Jeanne - Jacques Cassabois.

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Couverturesdelivres/Jeanne.jpg
'Joanni, Joanni wears a golden cross
And she looks so beautiful in her armour
Joanni, Joanni blows a kiss to God
And she never wears a ring on her finger.'

- Joanni, Kate Bush -

L'auteur :
http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Photosdauteurs/JacquesCassabois.jpg

Jacques Cassabois (né en 1947) est un instituteur et auteur français de contes, de nouvelles fantastiques et de romans historiques pour enfants et adultes.

/ ! \ Challenge Histoire / ! \

Quatrième de couverture :

Jeanne. Car Jeanne d'Arc était Jeanne avant d'être chef de guerre. Figure emblématique de notre histoire, elle était surtout une jeune fille de dix-sept ans. Sa fabuleuse épopée va bouleverser le royaume de France. En deux ans, Jeanne fait sacrer un roi, repousse les Anglais, ravive la confiance d'un peuple tout entier. Sainte ou visionnaire ? Jeanne, l'étincelle de Domrémy, était d'abord un être d'exception, traversant chaque instant avec toute son énergie et son amour de vivre.

Mon avis :

Je suis tombée sur ce livre en visitant
Lecture Academy, et j'ai longtemps attendu sa sortie, le 18 Août. Toute contente de l'avoir acheté, je l'ai lu assez rapidement. Hop, même pas passé dans la PAL ! Et voici par la même occasion mon premier billet pour le Challenge Histoire. D'une pierre deux coups.

Je vous avais déjà bien 'embêté' avec mon admiration et respect évident pour Charles de Gaulle, mais le Monsieur n'est pas le seul personnage historique qui me fascine et pour qui j'éprouve respect et admiration, il y a aussi la Pucelle, Jeanne d'Arc donc tout le monde a du entendre parler (honte à vous si tel n'est pas le cas !), la célèbre jeune fille qui a sauvé la France, a remonté le moral des troupes françaises et du dauphin Charles VII pendant la
Guerre de Cent Ans (... qui a duré 116 ans, en réalité), en boutant les anglais hors de France car elle aurait entendu des voix venant des Cieux, un ordre divin d'aller sauver la France en péril mais qui a malheureusement fini capturée puis condamnée à mort sur le bûcher pour sorcellerie le 30 mai 1431.

Passionnée d'Histoire, celle de Jeanne la Pucelle n'a pas pû ne pas me laisser sensible, son épopée, cette jeune personne au destin tragique mais incroyable. Et il est vrai que niveau historique, ce roman est très intéressant, l'auteur a vraiment eu une bonne documentation de l'époque et de la Pucelle d'Orléans, même à la fin du livre, avec les cartes de la France au XVe siècle en bonus, tout est très détaillé, l'auteur nous renseigne bien sur l'époque et le personnage historique. Il nous raconte très bien son épopée, sa jeunesse, son apogée jusqu'à sa mort et pour ceux qui ne connaissent pas si bien que ça Jeanne d'Arc (car nous savons peu de choses sur elle au final), et il en faut du courage pour s'attaquer à un tel personnage de notre Histoire ! Mais ce roman est un bon ouvrage pour en savoir plus sur elle même si j'avoue qu'il y a une grande quantité d'informations à saisir et retenir : beaucoup de personnages, beaucoup de combats, beaucoup de lieux (mais pour ce point-là, nous avons les cartes en fin de livre à aller consulter !)

Ici, l'auteur se centre surtout sur la jeune fille, moins que l'héroïne, car Jeanne a vécu à une époque où les femmes n'avaient malheureusement pas une place bien importante que celle d'épouse et mère, elles n'avaient pas leur mot à dire, donc il peut paraître bien étrange et insolite de voir cette jeune fille de 17-18 ans partir guerroyer. Par son courage, son stratège militaire, son quotidien parmi les soldats, son franc-parler, elle bouleverse toutes les traditions. Et c'est quelqu'un d'attachant, de pieuse ; dans cette guerre, elle avançe, elle a des doutes, des moments de découragement, mais elle s'accroche à son Dieu, à la religion, aussi sur ce point, ça peut gêner certains lecteurs qui pourraient trouver un peu trop de foi religieuse dans ce roman, mais ça fait parti de l'histoire de Jeanne d'Arc, on ne peut y échapper. Elle est une personne profondément pieuse, ses actions ont surtout été influençées et dictées par ces Voix entendues des Cieux, donc, bien-sûr, pour les nons-croyants, cette facette de Jeanne d'Arc sera vue différement et peut-être pas trop appréçiée, peut-être que ça pourra gêner, mais c'est ce que Jeanne était, et on ne peut rien y changer. Et je n'entrerais pas dans les polémiques la concernant au sujet de sa foi et des voix qu'elle a entendu, là n'est pas le lieu approprié. Je n'en ai pas envie et je ne suis pas ici pour ça mais pour vous parler du livre. De toute façon, pour moi, ce n'est pas tellement le côté 'religieux' du roman qui m'a attiré, mais bien le côté historique, bien que je dois avouer qu'il y a eu certaines longueurs dans le roman, le côté historique peut s'avérer ennuyeux avec toutes ces négociations et batailles qui reviennent très souvent, je me doute bien que la Guerre de Cent Ans n'est pas un sujet qui peut intéresser tout le monde (moi-même, j'avoue ne pas être incollable sur le sujet) et les batailles et négociations revenant souvent peuvent nous donner du mal à continuer l'histoire.

Mais le tout est très crédible et concret, l'auteur nous plonge habilement dans l'époque et nous attache à Jeanne qui nous est rendue très humaine et accessible même si nous savons comment ça va se finir pour elle, c'était inévitable. La fin m'a beaucoup émue et je ne pouvais pas ne pas trouver de meilleure fin bien que c'était triste de quitter Jeanne qui continuait encore d'y croire malgrè les épreuves, le procès et la condamnation...

Nous vivons, le temps d'une heure, deux voire plus, l'histoire de Jeanne d'Arc, un personnage important de notre Histoire qui continue encore à passionner les esprits aujourd'hui. Le défi était risqué, mais je pense qu'il est réussi pour Jacques Cassabois, il ne raconte pas seulement Jeanne d'Arc le mythe, mais aussi la jeune fille et c'est ça qui est intéressant, et à présent, je voudrais beaucoup visiter Rouen, Domrémy et Orléans, un jour... Côté écriture, ça va tout seul, c'est fluide et agréable à lire, j'ai constaté le talent de l'auteur qui m'était encore inconnu jusqu'à aujourd'hui. J'ai bien aimé sa plume. J'ai aussi appréçié la présence de cartes, et d'explications en bas du texte. En somme, j'ai aimé ce roman jeunesse-historique racontant l'épopée d'un personnage historique qui me passionne. Aucune deception niveau histoire et écriture malgrè les longueurs dans le roman.



http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Illustrations/JeannedArc.jpg


Représentation de Jeanne d'Arc (datant de ?)

Extrait :

Comme devant toute décision, Charles hésite interminablement.
Oui ou non, doit-il rencontrer cette fille qui lui tombe du ciel ? Elle n'était pas encore à Chinon qu'elle animait toutes les conversations. A la Cour, en ville. Sa seule traversée de la Loire a redonné courage à la population d'Orléans. Jean le Bâtard, lieutenant général qui veille aux destinées de la ville, en attendant que le duc Charles, son demi-frère, soit libéré par les Anglais, a envoyé deux hommes à Chinon.
- Soyez présents si le roi la reçoit, leur a-t-il commandé. Observez-le. Observez-la. Lui fait-il crédit ? N'est-elle qu'une exaltée fabulatrice ?
 
6. Vrai héritier de France.

L'assistant du vampire (T.2) Le cauchemar continue - Darren Shan.

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Couverturesdelivres/DarrenShanT2.jpg
'Please, let me dream, let me scream, I feel sad,
Please, let me dream, let me scream, let me die.'

- La ronde triste, Mylène Farmer -


Du même auteur :

- L'assistant du vampire (T.3) Jeux de sang.
- L'assistant du vampire (T.4) La montagne des vampires.





Quatrième de couverture :

Je m'appelle Darren Shan. Je suis à moitié vampire. Je ne suis pas né comme ça, vous savez. Un jour, j'ai croisé la route d'un vampire. Pour sauver la vie de mon meilleur ami, je suis devenu son assistant. Désormais, j'appartiens à un cirque où je ne suis pas le plus monstrueux... Car parmi nous vit l'homme-loup, et sa soif de sang n'est jamais tarie !


Mon avis :

Sitôt après avoir fini le tome 1, j'étais décidée à connaître la série, alors, un mercredi dans un Furet avec ma meilleure amie, j'ai réussi à me fournir les tomes 2 et 3, puis deux jours plus tard dans un autre magasin, le tome 4. Ayant les quatre tomes en français de la série en ma disposition, je peux enfin respirer. Je ne pensais pourtant pas commencer le tome deux tout de suite, mais j'avais décidé d'emporter ce livre avec moi lors de ma pré-rentrée hier, histoire de lire quelques pages dans le train, et où suis-je le soir même ? Dans mon lit, sous les couvertures (c'est qu'il recommence à faire froid !), en train de terminer le volume. Et que dire ? Ça m'a fait du bien de replonger dans cet univers, de retrouver Darren, Crepsley, et surtout le Cirque du Freak.

Pour raconter ce second tome et rappeler quelques éléments du premier voici un résumé [attention spoilers] Pour sauver la vie de son meilleur ami, mourant par sa faute, Darren Shan a choisi d'accepter la proposition du vampire Larten Crepsley et de devenir son assistant, et par conséquent, un demi-vampire. Darren doit dire adieu à son ancienne vie, mais ce n'est pas facile. Darren se raccroche désespérément à sa vie d'humain et se refuse à boire du sang humain. Même si cela finira par le tuer. Mr Crepsley se refuse à voir son assistant dépérir, et décide de retourner au Cirque du Freak avec lui, en rejoignant la troupe en espérant lui changer les idées...

J'ai lu avec plaisir ce tome, quelle bonne bouffée d’oxygène  Le livre est court (à peine dans les 210 pages), l'écriture est simple, drôle et fluide, parfois terrible, surtout dans des moments de l'histoire qu'on peut trouver 'dégoûtant' [ comme lorsque l'homme-loup arrache les deux bras de R.V, quand Darren doit chasser et tuer des animaux, beurk, beurk ] mais sinon, j'ai bien aimé ce tome. Voir comment on évolue dans l'histoire, et comment évoluent les personnages, leurs relations. Darren a dû mal à s'habituer à sa vie de semi-vampire (personnellement, je préfère dire 'demi-vampire'), et c'est intéressant de voir deux côtés en une seule personne : mi-humain, mi-vampire. Darren n'a pas les même besoins que les vampires, mais il doit quand même boire du sang humain pour se nourrir, le sang d'animaux ne suffisant pas, j'avoue que pour ces moments-là, Darren m'a un peu fait penser à Louis dans Les Chroniques des Vampires d'Anne Rice, même si [ Chez Anne Rice et dans d'autres livres d'autres auteurs, quand un vampire se nourrit, il tue inévitablement la personne, alors que chez Darren Shan, non ] Il faut dire que les vampires dans cette série sont assez différents [ comme la salive qui guérit des blessures, pas de crocs, ils boivent le sang en faisant une coupure et pas en mordant, ils endorment leurs victimes avec leur haleine, ils ne sont pas immortels : ils vieillissent 10 fois moins vite que les mortels (5 fois moins vite pour les demi-vampires), la façon de faire un vampire et demi-vampire n'est pas la même comme c'est vu dans le tome 1 ] et autre chose qui m'a surprise et gênée dans la lecture est que [ les vampires ont des dieux, et quand ils meurent, s'ils se sont bien conduits, ils vont au Paradis des vampires ! Moi qui ai toujours imaginé les vampires en tant qu'âmes damnées, maudites, rejetées par Dieu... alors des dieux vampires ? et même un Paradis ?? Bizarre ] enfin, il faut bien que je m'y habitue, comme j'ai dû m'habituer aux vampires façon Darren Shan. Mais ça ne m'a pas vraiment gâché ma lecture car j'ai quand même aimé ce tome.

Je commençe à m'attacher de plus en plus à Darren. Il est drôle, curieux, pose parfois des questions idiotes mais il est loin d'être bête. J'ai vu évoluer sa relation avec son maître vampire, Mr Crepsley (c'est officiel, lui, je l'adore !), il le deteste pour l'avoir fait demi-vampire, l'avoir obligé à quitter sa famille et ses amis, mais il voit aussi que Crepsley commençe à regretter sa décision, mais ce qui est fait est fait, et ils doivent rester ensemble. Darren cherche à le nuire, mais il se rend compte qu'il n'y arrive pas : il a besoin d'un tuteur et d'un professeur à ses côtés, pour lui enseigner, et peut-être aussi commençe-t-il à s'attacher à lui ? Leur relation est plutôt compliquée mais touchante en même temps. Sinon, j'ai été ravie de 'retourner' au Cirque du Freak et d'en savoir plus sur les protagonistes, et l'amitié entre Evra Von (le garçon-serpent), le jeune Sam, on écouvre Mr Tiny, alias Desmond Tiny ou Des Tiny (Destiny : Destinée) qui paraît être un vieux grand-père gentil mais en vérité, c'est un fou assoiffé de chaos, il y a quelque chose d'angoissant chez lui et je en serais pas étonnée de le revoir dans les autres tomes, ainsi que d'autres personnages secondaires des deux premiers tomes. Ce qui me donne plus envie de lire les tomes suivants. Par pitié, faites qu'ils continuent la traduction des tomes suivants ! En gros, une lecture très satisfaisante malgrè quelques surprises concernant des caractéristiques des Vampires et de leur monde, mais ça, je finirais bien par m'y habituer.

Remarque : Je viens de découvrir que Mr Crepsley s'appellait Mr Krapula (clin d'oeil pour Dracula ?), l'action de vzitter (courir vite pour les vampires) courvoler quand la série était traduite chez Pocket. J'ai fait mes recherches et je préfère les couvertures et résumés de Pocket, et les traductions des titres ainsi que le mot 'courvoler' qui sonne bien mieux à mes yeux. Par contre, je préfère largement Crepsley à Krapula.

Extrait :

Le sang...
Mon plus grand besoin. Ma pire crainte également. Si je buvais le sang d'un humain, je ne pourrais jamais revenir en arrière. Je serais à jamais un vampire. Tant que je repoussais ce moment, j'imaginais pouvoir redevenir humain. Le sang de vampire dans mes veines finirait peut-être par disparaître ? Et peut-être que je pourrais rester en vie et que seul le vampire en moi mourrait ? Alors, je pourrais rentrer à la maison, parmi ma famille et mes amis.
Je savais bien que je me berçais de douces illusions. Mon maître m'avait assuré qu'il était impossible de redevenir humain. Néanmoins, c'était le seul espoir auquel me raccrocher.

4.

vendredi 3 septembre 2010

Wiggins et la ligne chocolat - Béatrice Nicodème.

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Couverturesdelivres/WigginsetlaLigneChocolat.jpg
L'auteur :

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Photosdauteurs/BeatriceNicodeme.jpg


Béatrice Nicodème, née en 1951, est une auteur française écrivant des romans policiers, des livres pour la jeunesse et pour les adultes. Elle vit en région parisienne où l'écriture occupe la plupart de ses journées.





http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/SSHD/MiniLogoDilettantesBlanc.jpg

Quatrième de couverture :

Dans l'ombre de Sherlock Holmes, Wiggins rêve de devenir un grand détective. Quand sa mère est accusée à tort d'avoir volé des objets de valeur chez le comte et la comtesse Brazenduke, Wiggins court à son secours. Ses soupçons se portent bien vite sur Marjorie, la fille des Brazenduke, qui semble avoir de drôles de fréquentations. C'est le début d'une filature mouvementée...


Mon avis :

Tout d'abord, je remercie Cécile qui m'a gentiment offert deux livres de la série Wiggins (dont celui-ci ^.^) en plus du magnifique marque-page Sherlock Holmes.

Quel plaisir d'attaquer un livre court, reposant et divertissant entre deux gros pavés que j'ai lu et doit lire avant fin septembre. Wiggins, personnage de l'univers Sherlock Holmes et repris ici par Béatrice Nicodème, n'était pourtant pas un personnage de Doyle qui m'intéressait. Bien-sûr, sa présence ainsi que celle des Irréguliers de Baker Street (qui me font penser au Groupe des Détectives Juniors dans le manga Détective Conan) était agréable dans les livres du Maître (alias Doyle ^-^), c'était toujours sympathique de retrouver ces jeunes personnages, mais ils ne m'intéressaient pas plus que ça. Pourtant, à cause de Matilda et Cécile qui parlaient avec beaucoup de bien des livres de la série Wiggins de Béatrice Nicodème, j'ai fini par être curieuse, et à penser que finalement, peutêtre que ces livres jeunesse valaient le coup d'oeil. C'est ça quand quelqu'un vous parle avec beaucoup d'éloge d'un livre ou d'un film, ça vous donne envie de le lire/voir, de se le procurer, et d'en parler à d'autres si on a aimé à son tour. Sale cercle vicieux :D
Enfin voilà quoi. Tout ça pour dire que pour cette première lecture d'une aventure du jeune Wiggins, j'ai bien aimé. Le livre est (trop) court, ça se lit vite et bien, et le fait que ce soit de la littérature jeunesse ne gâche rien et n'empêche pas de plus vieux lecteurs à s'attaquer à cette lecture. L'auteur nous monte une intrigue qui tient la route, sait reprendre un personnage pourtant méconnu des aventures de Sherlock Holmes pour le mettre sur le devant de la scène et nous en faire un personnage sympathique et plutôt futé, on voit bien qu'il admire le détective, ce cher Mr Sherlock Holmes, qu'il veut être comme lui et essaye d'appliquer les mêmes méthodes que lui. J'ai également aimé les clins d'oeil face aux livres de Doyle, comme 'l'inspecteur à tête de fouine' que l'on devine être Lestrade, Wiggins qui veut écrire, dans le futur, un livre sur les différentes odeurs des quartiers de Londres et comment les reconnaître alors que Holmes avait fait pareil mais avec les cendres de tabac. Je déplore l'absence de Watson, mon personnage préféré, mais au moins il est mentionné. C'est juste qu'il roucoule avec Mary Morstan, sa fiançée. J'ai pourtant trouvé que parfois Wiggins pouvait avoir les mêmes réactions de Watson : il aime Holmes, a confiance en lui, le respecte, même si parfois le détective le vexe et toussa. Mais j'ai aimé voir Holmes, je le trouve très bien respecté par rapport à l'oeuvre de Doyle. Il n'y a pas d'infidélité.

J'ai aimé le fait que l'on rentre directement dans l'histoire ici, c'était agréable et on a pas à attendre des pages pour que l'intrigue se mette en place. Le seul petit point étrange est qu'en relisant vite fait quelques passages des aventures de Sherlock Holmes de Doyle, et en faisant des recherches sur Wiggins, après avoir fini ce livre, j'ai été surprise de lire qu'il avait au moins 15 ans, au moins à l'époque de La Ligne Chocolat, alors que le livre donne l'impression qu'il est plus jeune... Enfin, je ne vais pas chipoter car c'était quand même une agréable et sympathique lecture :)

Extrait :

Lorsque j'ai frappé au 221B, il faisait presque jour. Comme d'habitude, Mme Hudson - la logeuse de M. Sherlock Holmes - a levé les yeux au ciel dès qu'elle m'a vu. Cette femme est bizarre. A sa place, je serais fier de vivre sous le même toit qu'un génie. Elle, elle ne voit que les trous qu'il fait dans les murs en essayant des armes à feu, et la boue laissée par les visiteurs sur le tapis de l'escalier.
5.

Challenge Histoire.



http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Challenges/ChallengeHistoireV1.jpg

 

"Il était une fois, notre Monde. Et quel Monde ! Une perpétuelle reconstruction, un labyrinthe de sentiments, haine et amour, tristesse et tendresse ralliés au même étendard: l'Histoire. "



Ce n'est pas très raisonnable de ma part de m'inscrire pour un challenge littéraire alors que la rentrée approche et que je n'aurais pas forçément le temps de m'investir à fond dans ce challenge, mais je n'ai pas pû résister. Oui, je suis faaiiiible !

Pour ceux qui me connaissent suffisament bien, ou qui suivent ce blog depuis un boût de temps (voire les deux), ma passion pour l'Histoire n'est plus un secret pour personne, c'est un domaine qui me plaît et me passionne énormément. Chaque époque historique sait se rendre intéressant à mes yeux, même la Préhistoire et l'époque de la Terreur qui sont les époques historiques qui me plaisent pourtant le moins. Et commençent à se ranger peu à peu, à se faire une place dans ma wish-list et ma bibliothèque des livres en rapport avec l'Histoire : romans, beaux-livres, bandes-dessinées, livres à vocation éducative... jusqu'aux DVDs !


C'est pourquoi l'idée de challenge de Jelydragon n'a pu que me séduire. Je suis très tentée de m'y inscrire, je pense même le faire très prochainement. Donc, le challenge Histoire : késako ?

Il s'agit tout simplement de : lire des livres, romans, biographies, essais en rapport avec l'Histoire, peu importe la période, peu importe le pays concerné, et peu importe le nombre de livre à lire. Il n'y a pas de nombre imposé. Le but étant de participer, lire et bien-sûr s'amuser. Les mangas et les bandes-dessinées sont admis.

L'article de Jelydragon sur ce challenge date depuis le 17 août, mais nous avons jusqu'au 1er septembre 2011 pour terminer ce challenge, donc une année. Il y aura d'ailleurs une petite récompense pour la personne ayant écrit le plus de billet. Je n'y accorde pas trop d'importance, avec la rentrée je n'aurais pas forçément le temps de lire beaucoup d'ouvrages, et c'est mon tout premier challenge, donc je tiens à m'appliquer, à faire dans la qualité et pas la quantité, et enfin, je recherchais surtout à m'amuser et à lire, lire, lire !!

Articles postés :

- Jeanne, de Jacques Cassabois.
- Rois de France, de Renaud Thomazo et Delphine Godard.

- Paroles de Poilus, de collectif et Jean-Pierre Guéno.
- Paroles de l'ombre, de collectif et Jean-Pierre Guéno.
- Geisha, d'Arthur Golden.
- Inconnu à cette adresse, de Kathrine Kressman Taylor.
- Reines et favorites de France, de Renaud Thomazo et Delphine Godard.
- De Gaulle à Londres : Le souffle de la liberté, de Jean-Pierre Guéno.
- Les Gaulois expliqués à ma fille, de Jean-Louis Brunaux.
- J'ai voulu porter l'étoile jaune, de Françoise Siefridt.
- Maus l'Intégrale, de Art Spiegelman.
- Révolution Française (T.1) Le peuple et le roi, de Max Gallo.
- Un sac de billes, de Joseph Joffo.
- La bicyclette bleue (T.1), de Régine Deforges.
- 101, avenue Henri-Martin (T.2), de Régine Deforges.
- Boule de Suif, de Guy de Maupassant.
- Journal (1939 - 1944) Une jeune fille libre, de Denise Domenach-Lallich.
- Le Diable en rit encore (T.3), de Régine Deforges.
- Persépolis (T.1 à 4), de Marjane Satrapi.
- Secrets d'Histoire (T.1), de Stephane Bern.
- De Gaulle : Un destin pour la France, de Yves Guéna, Jean-Marie Cuzin et Guy Lehideux.

J'ai bien quelques titres à ma disposition dans ma PAL ou qui sont dans ma wish-list. En ce moment, je suis très tentée de lire sur Louis XIV, le roi soleil, qui est un grand roi dont la vie ne peut que passionner ; même s'il a dillapidé le trésor royal pour la construction du château de Versailles, mais on ne peut lui en vouloir qu'à moitié, car le résultat est magnifique (ce n'est pas Matilda qui dira le contraire, hein ? Voyez plutôt son article et ses superbes photos ici n'hésitez pas à jeter un coup d'oeil, c'est sublime comme tout...).

Niveau roman historique, en fait, comme c'est un genre que je découvre, je ne connais que Max Gallo en tant qu'auteur dans cette catégorie, donc si vous connaissez des auteurs se spécialisant dans le roman historique, ou que vous connaissez de bons livres sur l'Histoire, n'hésitez pas à m'en parler et à me suggérer quelques titres ;)



"Seule l'Histoire n'a pas de fin..."
- Charles Baudelaire.


 

Edit septembre 2011 :

 

Le challenge s'est terminé, je compte dans mon bilan 21 ouvrages lus en une année et, si j'avais pû, j'aurais lu plus mais j'estime que 21 ouvrages dévorés est un chiffre plutôt satisfaisant pour un premier challenge, surtout que j'ai adoré faire ce challenge et que je serais ravie de retenter l'expérience. J'ai découvert quelques bons titres et bon auteurs dont je serais prête à découvrir plus, si possible. Aucune déception parmi ces lectures, j'ai aimé tous ces titres et me plonger dans diverses époques historiques, je ressors satisfaite de ce challenge.