samedi 31 juillet 2010

A la vie, à la mort - Paule du Bouchet.

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Couverturesdelivres/AlavieAlamort.jpg

L'auteur :

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Photosdauteurs/portraitbouchet.jpg


Paule du Bouchet, née en 1951, est une écrivain française, et une pianiste, passionnée d'Histoire, de musique. Elle a enseigné la philosophie avant de s'orienter vers l'écriture jeunesse.

Emprunt médiathèque.



Quatrième de couverture :
 
Mai 1944. Il neige. Il neige des fleurs de cerisier. Derrière ce brouillard de neige, un brouillard de larmes. Un petit garçon voit sa mère disparaître à jamais au bout d'un champ. Avril 1918. Le soldat est beau comme une photo. Il a dit qu'il était américain. Qu'il repartait pour le front et qu'il voulait offrir un cadeau à une femme. Juliette l'a conseillé au mieux, elle y a mis tout son cœur. Un poudrier. Il a dit qu'il voulait y faire graver des initiales...
 
A travers sept nouvelles de guerre, des guerres de notre histoire proche, un fil, ténu comme une anecdote : celui de la vie qui continue, de la conscience qui parle trop clair, de l'amour plus fort que la pierre, de la mémoire qui ne s'éteint jamais. A la vie, à la mort.

Mon avis :
 
Je voulais découvrir l'auteur depuis quelques mois déjà, et j'ai eu la chance de découvrir ce recueil de nouvelles à la médiathèque. Ce sont sept nouvelles que l'auteur nous présente, toutes sur le sujet de la guerre : la grande guerre (1914-1918) et la seconde (1939-1945), mais surtout sur la seconde, seulement deux d'entre elles parlent de la première. Autant dire que ce ne fut pas une lecture joyeuse, ça m'a même fait quelque peu baisser le moral, mais qu'est-ce que j'espèrais en lisant des nouvelles de guerre ? Ce sont des périodes qui m'intéressent et me passionnent et j'ai aimé cette lecture, si du moins je peux dire 'aimer' face à des nouvelles racontant des choses aussi horribles et révoltantes. De belles histoires néanmoins, souvent tristes, surprenantes, choquantes, ne pas s'attendre à un happy-end à chaque nouvelle, et c'est bien normal.

Que dire, sinon ? La première nouvelle, Le noyer, raconte un vieillard solitaire, se coupant d'une France occupée qui attend un débarquement anglo-américain, qui refuse de couper son arbre chéri, un beau noyer vieux de 400 ans, à la demande de quelques résistants car l'arbre risque de gêner une mission de Résistants et aussi de permettre à des avions alliés de parachuter armes et hommes. Mais le vieil homme est têtu et ne veut rien entendre... jusqu'à ce qu'il apprenne une terrible nouvelle qui le fera changer d'avis.

Iniatiales parle d'une jeune femme travaillant dans une boutique d'antiquité et qui voit venir à elle un soldat américain cherchant un cadeau pour une femme aimée, avant qu'il ne parte pour une bataille dans la Somme. Père et fils est l'histoire d'un père de famille, en été 1914, vivant à la ferme devant partir pour la guerre : tout va bien, elle ne durera pas longtemps et il sera sans doute rentré pour Décembre. Mais cette guerre dure de plus en plus longtemps, et lorsque le père revient, il revient changé, il n'est que l'ombre de lui-même et son fils reste impuissant face à sa détresse cachée, ses cris de souffrances qu'il hurle en silence, inquiètant sa femme. Puis vint le jour où le fils, François, a 18 ans et doit, en 1918, rejoindre le monde terrifiant de la guerre...

A la vie à la mort raconte trois étudiants au lycée : Pierre, Jean et Lucien, qui préfère quitter leur lycée corrompu pour vivre dans l'ombre en se rebellant de cette France à la botte du Maréchal Pétain et des Nazis, leur groupe s'aggrandit et la Résistance prend contact avec eux pour une mission... mais ils seront dénonçés. Ils décident de ne pas parler et de mourir comme un résistant français. Rose raconte une femme qui fait la guerre à la guerre, et qui cacha un jour une femme juive enceinte qui a fuit son domicile alors que son mari a été arrêté à son travail. Sans doute ma nouvelle préférée, j'admire beaucoup le personnage de Rose. Ensuite, il y a La cabane où deux enfants se construisent une cabane dans un arbre. Un jour, en pleine nuit, ils tombent nez-à-nez sur un homme blessé qui refuse de leur réveler quoique ce soit, si ce n'est que leur demander de le cacher et de l'aider à guérir...

Et enfin, Brouillard de neige est sans doute la nouvelle que j'ai eu du mal à terminer, qui m'a un peu dérangée... je ne saurais dire pourquoi... peut-être à cause de la détresse, du mal intérieur du personnage, Joseph ? Joseph qui a du mal à comprendre pourquoi sa mère est partie, pourquoi elle ne revient pas, son indifférence face à son père, sa forte amitié avec Anna, ses mots douloureux dans son journal intime, son amour profond pour sa mère, ses sentiments qui nous frappent dans la poitrine lorsqu'il apprend ce qu'il est advenu de sa mère...

On ne critique pas ce livre, on se tait et on appréçie la beauté des mots, des paysages, des sentiments des personnages, on se révolte contre toutes les horreurs que le monde a pû vivre pendant ces années noires. On frissonne, on ressent, on lit avec une certaine émotion. Des nouvelles qui se laissent lire avec toujours beaucoup d'émotion.

Extrait :
 

La guerre, c'était aussi la loi du silence. Qui pensait quoi ? Que pouvait-on dire ? A peu près rien. La discorde, la trahison étaient en germe dans chaque conversation de café, dans chaque entreprise, dans chaque famille, dans chaque communauté humaine, si petite soit-elle. L'ère du soupçon, le règne omnipotent de la méfiance. On se taisait donc. Même si l'on n'avait rien à cacher, il y avait toujours quelque chose à taire. Les petits le sentaient bien.


 
La cabane.

Sherlock Heml'OS mène l'enquête - Jim Razzi.

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Couverturesdelivres/SherlockHemlos.jpg

L'auteur :

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Photosdauteurs/noauthor.gif


Jim Razzi (né en ?) est un auteur américain (new-yorkais) qui a publié une centaine de romans pour enfants ou pour adultes. Ses livres sont traduits dans le monde entier.

Emprunt de Cécile.




http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/SSHD/MiniLogoDilettantesBlanc.jpg


Quatrième de couverture :

Qui s'est introduit chez Terry-terre-neuve pour y dérober des citrouilles ? Comment a-t-on pu voler la recette des fameux biscuits de Lola Loulou dans un coffre-fort ? On a beau s'appeler Sherlock Heml'Os, et avoir comme fidèle ami un certain Ouahtson, il n'est pas toujours facile de tirer tous les mystères au clair.


Mon avis :

Alors, tout d'abord, merci à Cécile qui a bien voulu que je lise son livre, et aussi à Matilda qui, après l'avoir lu à son tour, me l'a gentiment envoyé ^.^

Sherlock Heml'OS
n'est pas un chien comme les autres : il résout des affaires avec son meilleur ami Ouahtson, et possède une renommée mondiale, surtout à Nicheville où il habite et où les habitants n'hésitent pas à le solliciter quand il y a un problème ! Aucun indice, aucun coupable ne peut échapper à son flair et à son regard de lynx. Toi aussi, cher lecteur, tu peux aider Sherlock Heml'OS à trouver des indices et le coupable. Ouvrez grand vos yeux et vos oreilles et jouez à l'apprenti détective avec Sherlock Heml'OS !

C'est un petit livre qui se lit volontiers une demi-heure (ou plus, ou moins), et avec plaisir. C'est frais et divertissant, vous l'aurez deviné : j'ai aimé cette lecture. Même si ce livre est surtout réservé aux enfants, les plus grands peuvent aussi se régaler de ces neuf petites histoires où une enquête est à résoudre. J'aime bien l'idée d'un Sherlock Holmes et d'un docteur Watson en chiens (bien qu'il me semble qu'il y avait un dessin-animé de ce style), et les noms sont très bien trouvés : Heml'OS, Ouahtson... bon, pas de Mrs Hudson, Lestrade, Gregson, Wiggins, Mycroft, mais c'est pas grave, j'ai aimé ce petit livre. Rien de surprenant au fait que j'ai trouvé les solutions aux petits problèmes, il faut dire que c'est plutôt simple, et comme l'ont dit Matilda et Cécile, certaines sont su style 'quelle est la couleur du cheval blanc d'Henri IV ?' (mon père m'avait sorti cette blague le jour où on avait été visiter le château de Versailles, maintenant que j'y pense...), mais au moins, je ne suis pas bébête comme Ouahtson qui est vu comme un faire-valoir stupide et gourmand alors que Watson n'est pas comme ça (et aussi parce que j'aime Watson, alors je l'avoue, j'ai tendance à le surprotéger. S'il y avait une société protectrice des Watson maltraités, j'en ferais partie !), mais j'ai été agréablement surprise lorsque Ouahtson a pu résoudre une énigme (ça m'étonne de Heml'OS, mais puisque Ouahtson est sur le devant de la scène pour une fois, je vais pas chipoter ^.^) mais comme ce ne sont pas les personnages humains et originaux, j'ai laissé passer, surtout que j'ai aimé ce livre.

Ce livre plairait beaucoup aux enfants qui pourraient s'amuser à jouer aux apprentis détectives, ils ne pourront que se régaler. Je l'aurais bien lu à ma sœur si elle n'était pas si allergique aux livres. Enfin bon. Un livre très divertissant en somme. Encore merci à Cécile et Matilda !

Extrait :

L'aéroport de Nicheville est une vraie fourmilière. Les gens courent en tous sens avec des valises et des sacs plein les mains. Ouahtson, accoudé au guichet, observe la foule pendant que Sherlock Heml'Os achète leurs billets d'avion.
Ils ont décidé de partir en vacances sur une île tropicale, au soleil. Sherlock rêve de nager toute la journée, et Ouahtson de se faire bronzer. Rien que d'y penser, il sent une délicieuse chaleur l'envahir.
Mais soudain une bruyante querelle tire Ouahtson de sa rêverie (...)


2. Micmac à l'aéroport.

[!] 31 Juillet : Un très bon anniversaire à JK Rowling et à son enfant de papier, Harry Potter ! Quel genre de fan serais-je pour oublier cette journée :-D ?

mercredi 28 juillet 2010

La pensionnaire voilée - sir Arthur Conan Doyle.

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Couverturesdelivres/LaPensionnaireVoilee.jpg
 Articles connexes :




http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/SSHD/MiniLogoDilettantesBlanc.jpg

Quatrième de couverture :

En vingt-trois années d'activité, Sherlock Holmes a résolu des centaines d'énigmes. Des archives constituées au fil du temps - et qui contiennent, souligne le malicieux médecin, de quoi tenir en respect pas mal de monde... - Watson extrait ici une demi-douzaine d'histoires. Par la variété de leur inspiration et l'ingéniosité de leur construction, ces Nouvelles Archives appartiennent au meilleur de l'œuvre de Conan Doyle.


Mon avis :

Et voilà publié mon dernier livre de Sherlock Holmes de Conan Doyle sur ce blog, ça me fait quand même un peu bizarre. Enfin bref, j'ai passé pas mal de temps à relire tous mes livres Sherlock Holmes, comme je suis dans ma période. N'étant pas encore rassasiée, je vais devoir rechercher des pastiches...

Dans ce recueil se trouvent six nouvelles, nous commençons avec La pensionnaire voilée, où Sherlock Holmes reçoit la visite d'une logeuse qui a une locataire bien singulière : en effet, son visage est caché, bien à l'abri des regards sous un voile. Cette logeuse, Mrs Merrilow, a croisé accidentellement ce visage, et il était affreusement mutilé ! Qu'a-t-il bien pû se passer pour cette femme d'habitude si calme, qui se met maintenant à hurler chaque nuit 'C'est un meurtre ! Un assassinat !' et 'Bête féroce ! Monstre !'. Sa santé dépérit, c'est pourquoi Mrs Merrilow vient voir le détective en urgence... Dans Le problème du pont de Thor, afin de laver tout soupçons qui planent sur la gouvernante de ses enfants, coupable du meurtre de sa femme, Neil Gibson rend visite à Sherlock Holmes. Mais il s'avère que cet ancien sénateur a eu un mariage plutôt malheureux avec sa femme avec qui il était violent, et qu'il s'est vite prit d'affection pour la gouvernante. Pourtant, lorsque Mrs Gibson fut retrouvée baignant dans un bain de sang, la note près d'elle était signée de la main de la nurse. Et une des armes du crime, un révolver faisant partie d'une paire de deux, est introuvable...

Dans L'homme qui marchait à quatre pattes, le professeur Presbury est fiançé à une jeune femme, la fille d'un collègue, et bien que le professeur ait déjà 61 ans, l'annonçe du mariage n'a pas fait scandale, bien que ce ne soit pas le problème de son secrétaire, Mr Trévor Bennet, lui-même fiançé à la fille du professeur. Mais après quelques évenements, il ne peut s'empêcher de s'inquièter et d'aller consulter Sherlock Holmes : en effet, le professeur disparait plusieurs jours sans raison, sans donner de nouvelles, sans compter que son fidèle chien se met soudainement à l'attaquer, son propre maître, et puis il y a ces lettres que Mr Bennet a interdiction d'ouvrir... Dans La crinière du lion, Holmes, en pleine retraite dans le Sussex, reçoit la visite d'un vieil ami, Harold Stackhurst, qui est directeur d'une école préparatoire. Pas plus tard après leur rencontre, ils tombent sur le professeur de science de Harold, titubant et agonisant, portant seulement un manteau et un pantalon. Il parvient à laisser échapper quelques mots avant de mourir, quelque chose à propos d'une crinière de lion. Peu après, c'est au tour du professeur de mathématiques de débarquer !

Dans L'aventure de Shoscombe Old Place, John Mason, un entraîneur de Shoscombe Old Place, d'un stade de courses de chevaux, vient consulter Sherlock Holmes, concerné à propos de son maître, Sir Robert Nobertson. Il pense que celui-ci est devenu fou. Mason n'est pas vraiment sûr s'il veut voir Holmes enquêter sur cette affaire, mais il y a tout de même des choses qui le rendent perplexes, concernant Sir Robert, sa soeur Lady Beatrice... et ces os humains découverts dans les fourneaux de Shoscombe Old Place... et enfin, dans L'aventure du marchant de couleurs qui s'était retiré des affaires, Sherlock Holmes est engagé par un marchant de couleur du Lewisham à la retraite, au sujet de la disparition de sa femme. Elle serait partie avec un voisin, emportant une assez grosse quantité d'argent. Ce marchant, Josiah Amberley, veut les traquer à tout prix. Holmes se retrouve quelque peu occupé pour le moment avec une autre affaire, ainsi envoit-il le docteur Watson en observation à Lewisham. Watson remarque alors l'étrange manie d'Amberley à toujours mettre en peinture sa maison...



C'était formidable de retrouver Sherlock Holmes, le docteur Watson dans de nouvelles enquêtes, bien qu'on sent quand même, via l'écriture et en comparant les premières nouvelles/romans, qu'on approche des dernières nouvelles écrites par l'auteur (bien que j'ai toujours l'espoir fou que l'on retrouve un jour, dans un lieu bien caché, d'autres nouvelles Holmesiennes de Doyle... c'est beau de rêver, non ?), mais bon, j'ai tout de même encore et toujours appréçié cette (re)lecture, comme lors de la prmeière lecture, j'ai essayé de trouver le coupable avec Holmes (ne me souvenant plus trop de la tournures des évènements), j'ai quelques fois réussi, mais j'ai aussi surtout cherché les moments où Watson apparaissait, que voulez-vous ! C'est mon personnage préféré, et il n'y a que dans une nouvelle où il est absent : La crinière du lion, via la perpesctive de Holmes, agréable changement, quand on est habitué à suivre les aventures du détective sous le regard du bon docteur.

Agréable lecture, que voulez-vous que je vous dise de plus ? Il faut lire les nouvelles (et les romans) pour vraiment appréçier le Maître, alias Sherlock Holmes, et de partir avec lui à la chasse aux indices et aux criminels avec le docteur Watson.

Extrait :

- Watson, me dit-il [Holmes], il me semble me rappeler que vous êtes toujours armé quand nous partons en promenade ?
Il était bien heureux qu'il en fût ainsi ! Car il se souciait si peu de sa propre sécurité quand son esprit l'absorbait dans un problème que plus d'une fois mon révolver s'était avéré un ami sûr. Je ne me gênai nullement pour le lui rappeler.
- Oui, oui ! Je suis légèrement distrait pour ces sortes d'affaires. Mais vous avez bien un revolver sur vous ?
Je le tirai de ma poche : c'était une arme courte, maniable, petite, mais très utile. Il mit le cran de sûreté, fit tomber les cartouches et l'examina avec soin.


 
Le problème du pont de Thor.

mercredi 21 juillet 2010

The Silent Girl - Anonyme.

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/SSHD/SherlockHolmesfancomicbyDevilry.jpg
 
/ ! \ Création de fan. / ! \

En cours.

The Silent Girl, by Devilry.

Profil et gallerie de l'auteur sur DeviantART :
iciii.

Pages :
1 / 2 / 3 / 4 / 5 / 6 / 7 / 8 / 9 / 10 / 11 / 12 / 13 / 14 / 15 / 16 / 17 / ...

Remarque : cliquez sur les images pour les aggrandir.






 

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/SSHD/MiniLogoDilettantesBlanc.jpg


Résumé de l'auteur :

During Holmes' absence, Watson and Lestrade travel to a village on a case...

Mon avis :

Alors, je ne mets pas mon propre résumé, ce serait, en quelque sorte, gâcher la surprise qu'on a en lisant cette BD.

Article assez particulier, car je fais la 'critique' d'une bande-dessinée crée par une fan anglophone de Sherlock Holmes. 'A review' dans le langage de la fanfiction donc. Autant dire que c'est exceptionnel pour moi de parler d'une création de fan, moi qui ne parle d'habitude que de livres publiés avec leurs auteurs... J'ai néanmoins voulu présenter cette bande-dessinée dans le cadre de la SSHD, postant ainsi ma première contribution au groupe, car je trouve que par l'histoire et les dessins, elle en vaut la peine. Attention, elle est écrite en anglais, mais elle est abordable pour tous ceux ayant de bonnes bases dans cette langue, je n'ai pas eu de difficulté à la lire.

Voilà quelques mois que je suis cette BD sur le site DeviantART, l'un des sites que je visite souvent. Je me suis pris à aimer cette BD toujours en cours, mais qui m'a l'air d'être prometteuse, bien que l'histoire commençe juste à se mettre en place, ainsi que l'enquête. Les dessins sont particulièrement jolis, bien que noirs et blancs (perso, cela ne m'a pas gêné), tant au niveau des personnages et du décors, j'ai vraiment aimé ! A remarquer que l'auteur a choisi de donner les portraits des acteurs de la série Sherlock Holmes de Granada, avec Jeremy Brett. Je ne sais pas si cela risque d'être un problème pour ceux qui n'ont pas vu au moins un épisode de la série (j'ai du en voir deux en VF et cinq en VO), mais personellement je trouve qu'on aurait aucun de mal à reconnaître les personnages.

Donc, de quoi ça parle ? Durant le Grand Hiatus, donc durant les trois ans où Holmes fait croire à sa mort depuis l'aventure du Problème Final, au monde entier, le docteur Watson, endeuillé de Holmes et de sa femme, Mary, suit l'inspecteur Lestrade dans un village pour le bien d'une enquête. Ils passent la nuit dans une aubergerie/hôtel, et une étrange inscription apparaît sur le mur de la chambre de Watson. Nous voyons donc beaucoup Watson et Lestrade, faute du duo Holmes/Watson ; bien que Holmes soit affreusement absent, il est mentionné et nous voyons brièvement (pour l'instant ?) son frère aîné, Mycroft. L'enquête se met en place doucement, donc nous n'avons pas encore beaucoup d'indices, mais j'ai hâte de savoir où l'auteur va nous embarquer, car ça promet ! Nous avons quelques moments d'amitié entre Watson et Lestrade, j'aime cette idée que Watson a pû continuer la chasse au crime durant l'absence de Holmes, continuer à avoir un intérêt pour les enquêtes policières, et à avoir entre-deux une sorte de camarderie/amitié avec Lestrade, l'idée qu'ils aient pû se rapprocher, surtout parce que Watson ne s'est pas entièrement remis de la mort de Holmes, et de sa femme (bon, on ne sait pas trop ce qu'il se passe dans le canon pour la femme de Watson. Elle n'est plus là apparement, et les fans ont émis la théorie de sa mort ou d'un divorce. Ils ont beaucoup opté pour la mort de Mrs Watson), et se rapproche un peu de Lestrade, j'ai aimé les voir à deux. C'était amusant, quelques moments de légèreté au milieu de cette sombre affaire.

Enfin bon, pour le moment j'aime bien, et je suis curieuse de voir où l'auteur va nous mener. Mais pour une création de fan, ce n'est pas si mal ! Rassurez-vous : si elle est parfois un peu longue à 'updater', à poster, l'attente n'est jamais trop longue. N'hésitez pas à lui laisser un petit mot d'encouragement !

Matilda - Roald Dahl.

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Couverturesdelivres/Matilda.jpg

Du même auteur :


Quatrième de couverture :

A l'âge de cinq ans, Matilda sait lire et a dévoré tous les classiques de la littérature. Pourtant, son existence est loin d'être facile, entre une mère indifférente, abrutie par la télévision et un père d'une franche malhonnêteté. Sans oublier Mlle Legourdin, la directrice de l'école, personnage redoutable qui voue à tous les enfants une haine implacable.
Sous la plume acerbe et tendre de Roald Dahl, les événements se précipitent, étranges, terribles, hilarants. Une vision décapante du monde des adultes !

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Illustrations/matilda.jpg

Mon avis :

Je me suis donné comme but de découvrir le maximum de livres de Roald Dahl, comme je n'ai pas eu la chance de le connaître durant mon enfance. J'ai encore été emprunter des livres de lui à la médiathèque, surtout des livres jeunesses car là est le domaine où il s'est surtout illustré. Je commence déjà à apprécier cet auteur, et je ne pouvais passer à côté de ce livre devenu culte : Matilda. Acheté et dévoré en peu de temps.

Matilda Verdebois est une petite fille précoce : en effet, elle sait lire depuis l'âge de trois ans, et n'a pas peur d'essayer les grands classiques de la littérature, elle connaît, à cinq ans, ses tables de multiplication et peut calculer plusieurs chiffres ensemble ! Mais avec une mère abrutie de la télévision, un frère traînard et un père escroqueur à son travail, personne ne se soucie de la petite Matilda. Selon eux, il vaut bien mieux regarder la télévision que de perdre son temps à lire et à étudier ! On aurait pu croire que Matilda trouverait refuge et réconfort à l'école... que nenni ! La directrice, l'horrible Mlle Legourdin voue une haine féroce aux enfants, et se donne comme but de faire de la vie de ses élèves de l'école un vrai cauchemar ! Mais heureusement qu'il y a Mlle Candy ! La jeune, jolie et douce maîtresse de Matilda qui voit en elle une petite fille exceptionnelle dès le premier jour...

J'ai évidement beaucoup aimé cette lecture. Pourquoi évidement ? Parce que ce livre n'est plus vraiment un secret pour tout le monde, et que chacun a du entendre parler d'une petite fille mordue de lecture nommée Matilda. Une friande de livres comme moi ne pouvait donc ne pas aimer cette petite fille rendue encore plus adorable sous les dessins de Quentin Blake ?

Livre jeunesse mais un très bon livre jeunesse, assez pour qu'une vieille de 19 ans comme moi tombe (encore) sous le charme de l'écriture de Dahl et des illustrations de Blake. Une histoire bien écrite, drôle, amusante, reposante d'une petite fille mordue de lecture, une enfant précoce qui grandit dans une famille abrutie, et qui doit affronter à l'école cet incroyable colosse qu'est la directrice de l'école : Mlle Legourdin (ancêtre de Dolores Ombrage. Cf Harry Potter 5 ;) ) qui en fait voir des vertes et des pas mûres aux élèves (et apparemment aux professeurs aussi), élèves qui, pour certains d'entre eux, malgré leur peur, mènent la résistance en jouant quelques tours à cette drôle de femme (si on peut l’appeler 'femme'). Presque un combat style David et Goliath lorsque Matilda décide de s'attaquer à Mlle Legourdin. Matilda est vraiment adorable, et on ne peut s'identifier à elle que par son amour de la lecture. C'est un roman léger qui se lit rapidement. Personnages attachants ou bêtes et méchants, au milieu de ces adultes cruels, Matilda et sa maîtresse, Mademoiselle Candy. Roald Dahl a une telle capacité à nous renvoyer en enfance... comment ne pas dévorer ce livre ? Comment ne pas fondre devant ce monstre de la littérature enfantine ? Comment ne pas vouloir être comme Matilda (sans les parents ceci-dit. Le sacrilège ! Leurs convictions sur la télévision, les études et les livres !) Et j'ai tout de suite accroché à Mlle Candy, sa douceur, son approche avec les enfants, sa façon de vivre, sa vision de la vie... pas étonnant que Matilda s'attache à elle !

Je garderais un très bon souvenir de ce roman, ainsi que du film que j'avais vu à l'école primaire et que j'ai eu la chance de revoir il y a quelques jours lorsqu'il a été rediffusé. A découvrir et à redécouvrir avec toujours beaucoup d'émotion.

Extrait :


- Papa, dit-elle, tu crois que tu pourrais m'acheter un livre ?
- Un livre ? dit-il. Qu'est-ce que tu veux faire d'un livre, pétard de sort !
- Le lire, papa.
- Et la télé, ça te suffit pas ? Vingt dieux ! on a une belle télé avec un écran de 56, et toi tu réclames des bouquins ! Tu as tout de l'enfant gâtée, ma fille.

Chapitre 1. Une adorable petite dévoreuse de livres.

dimanche 18 juillet 2010

SSHD : Société Sherlock Holmes des Dilettantes.


http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/SSHD/GrandLogoDilettantesBlanc.jpg
Le Signe des Trois - Société Sherlock Holmes des Dilettantes
 
... et son adresse mail (-> signe.des.trois@mail.com)

Bonjour, très chers lecteurs, je viens vous parler aujourd'hui d'une chose bien particulière...


Cela se devine dès le titre. Qui n'a jamais entendu parler, ne serait-ce qu'une fois dans sa vie, du célèbre détective anglais, amateur de cocaïne et d'enquêtes, j'ai nommé Sherlock Holmes ? Qui ne connais pas le docteur Watson, le professeur Moriarty ? C'est élémentaire, mes chers lecteurs !

Mais pourquoi je vous parle donc de ce détective ? C'est qu'il y a quelques jours, j'ai reçu la proposition de la création d'un groupe très... Holmesien, de la part de Matilda, aka
Raison et sentiments. Connaissant mon amour pour les aventures de ce célèbre détective et de son ami, le docteur Watson, je n'ai pu refuser cette proposition de créer un groupe et de mener ce projet à bien. C'est donc avec joie que j'ai accepté d'être la co-leader de ce groupe nommé Société Sherlock Holmes des Dilettantes, SSHD pour faire plus court :-)

Suis-je la seule ? Bien-sûr que non, puisque j'ai Matilda (cela coule de source puisque l'idée vient d'elle :-) ) et Cécile à mes côtés qui sont aussi de fidèles admiratrices et fans de Sherlock Holmes. C'est à trois que nous avons décidé de la création de ce groupe. Et que nous vous invitons à nous rejoindre et peut-être adhérer à cet univers. Que vous soyez des fans, que vous ayez lu les livres, les pastiches, vu des films ou des séries tv... ou que vous soyez inconnu à cet univers que vous souhaitez connaître. Nous sommes là pour ça !

Mais tout d'abord, parlons un peu du groupe, histoire que vous soyez familiarisé avec SSHD :

 
La SSHD, c'est quoi ?

 
Une société pour le moment uniquement présente sur internet et plus particulièrement les blogs ; les sites internet qui seraient intéressés sont bien sûr les bienvenus. Une société au service du Maître et à promouvoir son image dans le monde entier (on prendra son contrôle et établirons une dictature plus tard).

 
Comment ?

 
- En organisant une sorte de challenge perpétuel. Pas de limite de temps, ni de liste fixe de livres à lire. Aucune contrainte sauf qu'à chaque publication de billets holmésiens (donc en rapport de près ou de loin avec Sherlock Holmes) ((pastiches, canon original de Conan Doyle, BD, films, séries)) il faudra apposer le logo de la Société (soit le grand logo, soit le bandeau fait par Cécile !).

- Les trois fondatrices, c'est à dire Cécile, Matilda et moi auront d'autres taches en plus de celle-ci :

* Chaque mois nous ferons le point sur les développements de la SSHD (s'il y a développements à remarquer), et ferons un récapitulatif des billets publiés par les membres et nous-mêmes. En les classant en différentes catégories, qu'ils soient livresques, filmesques, picturalesques ou rocambolesques. Ces récapitulatifs mensuels seront ensuite ajouté au sommaire général des membres et des fondatrices auquel vous pouvez accéder grâce au module sur votre gauche.


* Nous publierons également, à tour de rôle, soit tous les deux mois, soit tous les mois, un récapitulatif des sorties holmésiennes. Que ce soit celles des livres (pastiches, rééditions, nouvelle trad., BD et album), des sorties DVD ou autres.



* Nous publierons en outre, à loisir, des articles plus « généraux » sur Sherlock Holmes. Que ce soit une biographie de Conan Coyle, une liste de pastiches, un article parlant des différents illustrateurs, traducteurs, ou bien encore des objets originaux et étranges que les holmésiens collectionnent (les sherlockineries).



* Et si d'aventure notre projet rencontre de l'enthousiasme et que quelques membres s'inscrivent nous feront évoluer les activités de l'association vers de traditionnels SWAP, rencontres, livres voyageurs, discussions multiples et échanges de bon procédés holmésiens. Peut-être même la création d'un blog indépendant sur le sujet.

On fait comment pour s'inscrire ?

- C'est très simple. Il vous suffit de le signaler sur l'un ou l'autre de nos blogs grâce aux commentaires (dont voici les liens ici (blog de Matilda) ou encore
ici (blog de Cécile) où un article du même genre est présent).



- Puis de publier vous-mêmes un article sur le sujet en expliquant ce que je viens de vous expliquer, en mettant en lien nos blogs et en apposant le logo. Vous indiquerez aussi dans cet article la création d'un sommaire holmésien qui regroupera uniquement vos billets en rapport avec le sujet. Lequel sommaire pourra se trouver sur ce même article, ou sur un autre, du moment qu'il est présent.



-Il faudra ensuite créer une catégorie sur vos blogs qui se nommera naturellement « Le signe des trois : La société Sherlock Holmes des Dillettantes ». Laquelle catégorie sera remplie de vos billets holmésiens (les critiques de livres ne sont pas obligatoirement à mettre dans cette dernière, faites comme vous le sentez).



-Il faudra également, dans le mesure du possible que le logo soit présent dans vos modules et visible afin de faire découvrir l'association au plus grand nombre.
-A chaque article publié en rapport avec Sherlock Holmes, apposez l'un ou l'autre des logo.

 
Et si j'ai déjà des billets holmésiens publiés chez moi ?

 
- Il suffira d'apposer le logo sur ces articles et de les référencer dans vos sommaires.

Et c'est tout ?

-Oui ! Pour ceux qui veulent s'en tenir à cet état de choses c'est tout ce que nous demandons. Mais pour ceux, qui comme nous, sont trop mordus pour se freiner, il y a un niveau supérieur qui ressemble à celui des fondatrices :

* Hors les billets sut les livres et films, vous pouvez vous aussi faire des articles généraux (voir plus haut), en vérifiant bien sûr que l'on n’aura pas traité le sujet au préalable ou alors que vous apportez une information que l'on aura oublié.


* Vous pouvez également créer des livres voyageurs sur le thème holmésien et mettre le logo dans vos signatures de forums et harceler vos amis avec notre Société.

On peut commencer quand ?

Maintenant. The game is afoot !

Et c'est jusque quand ?

Jusqu'à la fin de l'éternité, qui comme on le sait est assez longue (surtout vers la fin).

… Vous êtes encore là ? Filez vous inscrire bon sang de bonsoir !

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/SSHD/MiniLogoDilettantesBlanc.jpg

samedi 17 juillet 2010

La sorcière de la rue Mouffetard (et autres contes de la rue Broca) - Pierre Gripari.

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Couverturesdelivres/LaSorcieredelaRueMouffetard.jpg

L'auteur :

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Photosdauteurs/gripari.jpg

Pierre Gripari (7 janvier 1925 - 23 décembre 1990) était un auteur français de divers genres littéraires.






Quatrième de couverture :

Il était une fois la ville de Paris. Il était une fois un café kabyle. Il était une fois un monsieur Pierre. Il était une fois un petit garçon nommé Bachir. Il était une fois une petite fille, une sorcière du placard aux balais, un géant aux chaussettes rouges, une paire de chaussures amoureuses, une poupée voyageuse, une fée du robinet... La rue Broca n'est assurément pas une rue comme les autres.

Avec insolence et humour, Pierre Gripari revisite l'univers des contes de fées et enchante les rues de Paris. Un régal pour tous ceux qui aiment qu'on leur raconte des histoires !

Mon avis : 

En farfouillant dans de vieilles affaires, j'ai trouvé des notes sur ce livre, prises au collège, sans doute en sixième/cinquième. Je me suis rappelée avec nostalgie de ce livre que j'ai eu vite fait de me procurer en même temps que Matilda de Roald Dahl. Je l'ai lu d'une traite, avec beaucoup de nostalgie et de sourires amusés.

Quel plaisir que de relire ces contes ! Très amusants, inventifs, drôles, frais. Peut se lire à tout âge. La preuve, j'ai 19 ans et je me suis amusée comme une folle à lire ces contes de jeunesse. Jamais de déception. A chaque conte, un véritable délice que de les lire. C'est très imaginatif et drôle, original. Non vraiment... j'ai adoré. Une sorcière qui doit manger une petite fille avec de la sauce tomate pour rester jeune et belle, une paire de chaussure qui sont amoureuses, une sorcière cachée dans un placard d'une maison et qui ne sort que si l'on n'ose chanter 'Sorcière, sorcière, prend garde à ton derrière', une poupée nommée Scoubidou qui peut savoir l'avenir si elle a ses yeux bandés, une fée du robinet au lieu d'une source d'eau (c'est ça, le modernisme...), un géant aux chaussettes rouges, la véritable histoire de Lustucru (celui de la chanson !).

De merveilleuses idées de l'auteur avec beaucoup de fantaisie et d'imagination. A lire ! Pour petits et grands !

Extrait :

[un requin a englouti la poupée Scoubidou. Elle décide de bouger ses jambes pour le rendre malade. Le requin finit par se sentir malade et rétorque :]

- Alors quoi, c'est fini, là-dedans ? Vous ne pouvez pas vous laisser digérer tranquillement ?
- Conduis-moi à Paris ! lui cria Scoubidou.
- A Paris ? Et puis quoi, encore ? Je ne reçois pas d'ordres de ma nourriture !


Scoubidou, la poupée qui sait tout.

Un homme accidentel - Philippe Besson.

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Couverturesdelivres/UnHommeAccidentel.jpg
 
'You're the only one I see...'
- Slow life, de Grizzly Bear -
 
L'auteur :
http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Photosdauteurs/philippebesson.jpg

Philippe Besson est un homme d'affaire et un écrivain français, né le 29 janvier 1967.

Emprunt médiathèque.



Quatrième de couverture :
 
'Nous n'aurions jamais dû nous rencontrer. Seulement voilà, le hasard nous a mis en présence. Si on veut bien considérer que la découverte d'un cadavre sur les pelouses impeccables de Beverly Hills est un hasard.'
 
Deux êtres que tout sépare se trouvent brutalement réunis par la mort d'un inconnu. Aussitôt, entre ces deux-là, surgit, sans qu'ils s'y attendent et sans qu'ils puissent s'y opposer, un sentiment violent. Un sentiment qui va les arracher à la solitude et au mensonge. A Los Angeles, ville mythique et dangereuse, une intrigue criminelle peut quelquefois devenir une intrigue amoureuse.


Mon avis :
 
J'avais repéré ce titre sur le blog de Le Coin Littéraire, et j'ai eu la chance de le trouver à la médiathèque. Ce livre avait tout pour me plaire : un polar hollywoodien (où la fâcheuse manie des écrivains français de situer l'intrigue de leur livre partout sauf en France. Pas que ça me gêne mais... il est pas beau notre pays ?), une histoire d'enquête policière, de meurtre, un flic sans histoire, sans reproche, embarqué du jour au lendemain dans une relation qu'il aurait préféré ne pas avoir : tomber amoureux d'un de ses suspects, un homme qui plus est, alors que le flic lui-même est marié et bientôt père. Chouette ! Conflits intérieurs, tortures mentales, se remettre en question, avec du polar, du policier en plus ! Génial, mais...

C'est le récit d'un flic sans histoire, réservé, qui faisait correctement son boulot. Marié et bientôt papa. Qui aurait cru que cet homme irréprochable ferait une longue descente aux enfers à cause d'une histoire de meurtre ? Mais un bon flic ne se serait jamais, jamais, jamais permi de se laisser avoir des contacts avec l'un des suspects. Mais il est faible, et il se laisse entraîner dans cette relation troublante avec ce suspect, cet acteur chéri d'Hollywood, ne sachant pas où cela va le mener... Il n'est pas raisonnable de mélanger travail et vie privée...

Bon, je n'ai pas été déçue, juste que j'ai eu des attentes et elles n'ont pas toutes été remplies. L'enquête est en bruit de fond, elle n'avançe pas trop où alors c'est le lecteur qui n'en entend pas trop parler car le flic/narrateur préfère se concentrer sur sa relation avec le suspect, beau gosse d'Hollywood, acteur nommé Jack Bell. On en apprend pas assez sur l'enquête, à croire qu'elle n'est là que pour servir de pretexte à compliquer une histoire d'amour quasi-impossible entre un flic et le supposé criminel. Je m'attendais à quelque chose de plus complexe, surtout au niveau des sentiments, du conflit intérieur du flic sans nom. Il est faible, timide et réservé, il a des remords oui, mais... pas assez. A croire que ça ne lui fait pas grand chose de trahir sa femme enceinte, de briser son ménage pour une amourette avec un acteur canon dont on ignore la sincérité de ses sentiments envers son homme [ bon, on s'en doute un peu depuis le début que c'est lui, le meurtrier. Maintenant, comment savoir s'il n'a pas entraîné le flic dans cette adultère, cet amour interdit juste dans l'espoir d'embobiner le filc, espérer s'en sortir, même s'il se suicide à la fin, même si son tragique passé lui donne l'envie d'être aimé, l'auteur ne précise pas. Dommage, j'aurais aimé savoir... ]

Enfin, Philippe Besson a eu l'audace d'écrire une relation homosexuelle, c'est ça qui m'a surtout attirée. Ca change des amours hétérosexuels. On n'en retrouve pas souvent, même si on se dit tolérant. Donc j'ai aimé ce côté relation homosexuelle plutôt rare dans la littérature, même si j'aurais aimé la relation plus complexe, plus torturé, renforcer l'interdit de cet amour. Je voulais des conflits intérieurs, des tortures mentales, des choix difficiles : l'homme qu'on aime ou le boulot et la famille qu'on a construit ? J'aurais voulu plus de complications dans la relation naissante de cet amour voué à l'échec, plus de bâtons dans les roues... mais on en a peu. C'était bouleversant... mais pas assez.

Au niveau de l'écriture. C'est assez oral, mais l'auteur a sû saisir avec des mots vifs et des phrases courtes la force des sentiments, les dits et non-dits, parfois c'est vibrant et sensible. Le narrateur nous raconte sa vie, mais en nous faisant savoir dès le début dans quelle situation il est maintenant, depuis Jack Bell. Dommage car on sait déjà comment ça va se finir, une fin malheureuse, il n'y a plus de suspence, pas de surprise. Enfin bon. Ce livre dans l'ensemble n'est pas si mal que ça, l'idée de départ, l'histoire est plutôt bonne et cet aspect amour homosexuel interdit est intéressant à exploiter. Même si j'aurais aimé que certaines choses soient plus complexes et/ou exploitées. Un bon roman dans l'ensemble, que je suis contente d'avoir lu, mais sans plus. Pas inoubliable malgrè tout.

Extrait : 
 
Il y a des choses qu'on ne décide pas. Des événements qu'on ne voit pas venir. Et quand ils se produisent ou sont au bord de se produire, c'est déjà trop tard. Il y a des chemins qu'on emprunte sans se douter du danger, tout a l'air calme autour, pourquoi on se méfierait, pourquoi on serait sur ses gardes ? Il y a des gens vers qui on va, sans les craindre, sans rien attendre d'eux, on est persuadé qu'on ne croisera plus jamais leur chemin et puis un jour, ils sont là, à nouveau, devant nous, et on est surpris mais pas inquiet et on tend la main, on accepte de prendre un verre ou d'échanger une cigarette, ou de parler du temps qu'il fait, de la vie qu'on voudrait et voilà, on est mort sans s'en apercevoir.

Subtilités de la langue française.

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Autresimages/TroisLivres.gif
 
 
Juste pour le fun, je vous fait partager ce mail que l'on m'a envoyé. J'ai beaucoup aimé et je me suis dit qu'il valait le détour. Attention, c'est un peu long, il ne faut surtout pas perdre le fil de la lecture, c'est très subtil !
Bonne lecture :)
 
Avoir et Être.
 
Loin des vieux livres de grammaire,
Ecoutez comment un beau soir,
Ma mère m'enseigna les mystères
Du verbe être et du verbe avoir.

Parmi mes meilleurs auxiliaires,
Il est deux verbes originaux.
Avoir et Être étaient deux frères
Que j'ai connus dès le berceau.

Bien qu'opposés de caractère,
On pouvait les croire jumeaux,
Tant leur histoire est singulière.
Mais ces deux frères étaient rivaux.

Ce qu'Avoir aurait voulu être
Être voulait toujours l'avoir.
A ne vouloir ni dieu ni maître,
Le verbe Être s'est fait avoir.

Son frère Avoir était en banque
Et faisait un grand numéro,
Alors qu'Être, toujours en manque
Souffrait beaucoup dans son égo.

Pendant qu'Être apprenait à lire
Et faisait ses humanités,
De son côté, sans rien lui dire
Avoir apprenait à compter.

Et il amassait des fortunes
En avoirs, en liquidités,
Pendant qu'Être, un peu dans la lune
S'était laissé déposséder.

Avoir était ostentatoire
Lorsqu'il se montrait généreux,
Être en revanche, et c'est notoire,
Est bien souvent présomptueux.

Avoir voyage en classe Affaires.
Il met tous ses titres à l'abri.
Alors qu'Être est plus débonnaire,
Il ne gardera rien pour lui.

Sa richesse est tout intérieure,
Ce sont les choses de l'esprit.
Le verbe Être est tout en pudeur,
Et sa noblesse est à ce prix.

Un jour, à force de chimères
Pour parvenir à un accord,
Entre verbes, ça peut se faire,
Ils conjuguèrent leurs efforts.

Et pour ne pas perdre la face
Au milieu des mots rassemblés,
Ils se sont répartis les tâches
Pour enfin se réconcilier.

Le verbe Avoir a besoin d'Être
Parce qu'être, c'est exister.
Le verbe Être a besoin d'avoirs
Pour enrichir ses bons côtés.

Et de palabres interminables
En arguties alambiquées,
Nos deux frères inséparables
Ont pu être et avoir été.

 
Moralité :
Elle est pas belle, la langue française ?

jeudi 8 juillet 2010

Fantastique Maître Renard - Roald Dahl.

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Couverturesdelivres/FantastiqueMaitreRenard.jpg

Du même auteur :



Emprunt médiathèque.




Quatrième de couverture : 

Dans la vallée, il y avait trois fermiers, éleveurs de volailles dodues... Le premier était gros et gourmand ; le deuxième était petit et bilieux ; le troisième était maigre et se nourrissait de cidre. Tous les trois étaient laids et méchants. Dans le bois qui surplombait la vallée vivaient Maître Renard, Dame Renard et leurs quatre renardeaux, affamés et malins... Plongez-vous avec délices dans les aventures de l'un des plus célèbres héros de Roald Dahl, illustrées avec fantaisie par Quentin Blake.

Mon avis : 

M'est d'avis qu'il est un peu tard pour moi de faire plus ample connaissance avec Roald Dahl (j'ai lu qu'il avait la même couleur préférée que moi ^__^), ainsi que ses livres, mais qu'importe ? Je veux découvrir plus de lui, même s'il a beaucoup écrit pour les enfants, je continue de croire qu'on peut les lire à tout âge, même s'ils sont d'abord réservés aux enfants. Je crois naïvement qu'on a tous, même si c'est bien caché, une âme d'enfant. J'ai 19 ans, mais j'aime ce que fait Roald Dahl, enfin, pour ce que j'ai lu de lui.

Alors, c'est l'histoire de Monsieur Renard qui vit paisiblement avec son épouse, Dame Renard, et leur trois renardeaux. Mais un jour, trois fermiers ne supportent plus de se faire voler en nourriture par le renard et décident de se venger en détruisant la belle maison de Renard qui se situe dans le trou d'un arbre. La famille renard n'a d'autre choix que de fuir, fuir maintenant ! Mais ces trois horribles personnages n'abandonnent pas, et jurent de n'avoir aucun répit, pas avant d'avoir la tête de ce maudit Renard ! Et en attendant, la famille continue de fuir en creusant dans la terre sans cesse, en s'enfonçant, et ils commencent à mourir de faim. Heureusement que Renard a plus d'un tour dans son sac ! C'est vraiment un livre jeunesse, pour les jeunes enfants, mais j'ai bien aimé. C'est bien écrit et c'est bien illustré (ah, Quentin Blake !), c'est court, drôle, amusant. Beaucoup d'humour, de légèreté, d'inventivité. Les animaux sont à l'honneur, avec trois humains, des fermiers aussi bêtes que méchants. Une famille de renard à l'esprit de famille et empli de ruse, de malice, un Maître Renard qui m'a un peu fait penser à un autre personnage Dahlien : Willy Wonka.

Bref, bref, un bon livre qui plaira aux petits et même aux grands !

Extrait : 


Boggis, Bunce et Bean savaient très bien ce qui se passait et cela les rendait fous de rage. Ils n'étaient pas hommes à faire des cadeaux. Ils aimaient encore moins être volés. C'est pourquoi toutes les nuits chacun prenait son fusil de chasse et se cachait dans un recoin sombre de sa ferme avec l'espoir d'attraper le voleur.
Mais Maître Renard était trop malin pour eux. Il s'approchait toujours d'une ferme face au vent. Si quelqu'un était tapi dans l'ombre, il sentait de très loin son odeur, apportée par le vent. Par exemple, si M. Boggis se cachait derrière son poulailler numéro 1, Maître Renard le flairait à une cinquantaine de mètres et, vite, il changeait de direction, filant droit vers le poulailler numéro 4, à l'autre bout de la ferme
.

Chapitre 2. Maître Renard.

L'étrange vie de Nobody Owens - Neil Gaiman.

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Couverturesdelivres/LetrangeViedeNobodyOwens.jpg

L'auteur :

http://petitelunesbooks.cowblog.fr/images/Photosdauteurs/neilgaimannov04.jpg

Neil Gaiman, né le 10 novembre 1960, est un auteur britannique de romans et de scénarios de bande-dessinée, vivant aux Etats-Unis. Il s'est spécialisé dans le fantastique depuis sa célèbre série Sandman publiée par DC Comics dans les 90's.




Quatrième de couverture : 

Nobody Owens est un petit garçon parfaitement normal. Ou plutôt, il serait parfaitement normal s'il n'avait pas grandi dans un cimetière, élevé par un couple de fantômes, protégé par Silas, un être étrange ni vivant ni mort, et ami intime d'une sorcière brûlée vive autrefois. Mais quelqu'un va attirer Nobody au-delà de l'enceinte protectrice du cimetière : le meurtrier qui cherche à l'éliminer depuis qu'il est bébé. Si tu savais, Nobody, comme le monde des vivants est dangereux...

L'Étrange Vie de Nobody Owens est un roman enchanteur, noir, magique, tendre et profond. La grâce absolue de Neil Gaiman, de retour après son livre-culte, Coraline.

Mon avis : 

Depuis hier, j'ai le moral au plus bas, et dans ces cas-là, je m'absente d'internet et je lis. Beaucoup. J'ai engloutis Le Garçon en Pyjama rayé, Fantastique Maître Renard et L'étrange vie de Nobody Owens. Ce livre-là est mon petit coup de cœur, il m'a rendue un peu mieux, j'ai eu du mal à le lâcher, je l'ai lu hier après-midi et vient juste de le terminer. Je suis sous le charme, j'ai été enchantée dans ma lecture, j'ai été fascinée par ce monde et ses personnages si particuliers... si les livres de Neil Gaiman ressemblent à celui-là, aussi loufoques, fantastiques, je veux découvrir les autres livres de l'auteur !

Le Jack est un criminel, il s'est vu confier une mission : celle de tuer une famille de quatre membres, les parents et les enfants, la sœur de 7 ans et le bébé, un garçon de deux ans. Sa tâche est accomplie... mais non ! Il manque le bébé ! Où est-il, celui-là ? Il fait tâche sur ce qu'il devait être la satisfaction d'un travail bien fait ! Mais... que fait-il au cimetière ? Et comment a-t-il fait pour disparaître ? Si seulement le Jack savait... s'il savait qu'un couple de fantôme, vieux de quelques siècles, les Owens, ont pris sous leurs ailes ce petit bébé orphelin après avoir su qu'il était en danger... il n'y a plus grand choix, à présent : l'enfant ne doit pas quitter le cimetière, pas avec ce meurtrier toujours en liberté, caché dans l'ombre, attendant de finir son oeuvre. Les morts du cimetière accordent donc au bébé la citoyenneté du cimetière, c'est une exception ! Car les vivants ne peuvent demeurer chez les morts... Ce bébé sans nom : Nobody, alias Personne, alias Nobody Owens grandit dans un cadre peu singulier et plutôt insolite : dans un grand et mystérieux cimetière, parmi les morts, les fantômes avec qui il peut communiquer, appeler, toucher, voir... élevé par un couple de fantôme, protégé par son tuteur bien-aimé, Silas, étrange être ni mort ni vivant. En compagnie des morts qui lui feront office d'amis et même de professeur... qui aurait pu croire que la vie au cimetière serait aussi vivante ? Des Goules, une sorcière, des morts célèbres, Silas, les vivants, les morts, les Jack...

C'est un livre original, qui m'a fait un peut penser à la série tv Ghost Whisperer où à la chanson L'Horloge de Mylène Farmer. L'histoire a l'air plutôt simple, en elle-même, mais tous les éléments qui l'accompagnent donnent à l'histoire une touche qui fait le petit plus, l'étincelle de l'histoire. Nous avons une touche de surréalisme, les images qui accompagnent le récit qui sont jolies, on dirait presque qu'elles viennent d'un manga. C'est original, surprenant, parfois drôle, malgré parfois le manque d'explications sur certaines choses, comme la confrérie des Jack, j'ai attendu longtemps avant de savoir pourquoi ils voulaient tuer Nobody, et même la raison ne me suffit pas, j'en attendais plus, je m'attendais à quelque chose de plus gros, de plus surprenant. Comment j'en attendais plus sur Silas, disons que j'aime ce personnage, il donne confiance, force, une force calme et protectrice, j'aime beaucoup cette image de lui et j'aurais aimé en savoir plus sur lui, comme sur les Chiens de Dieux, l'auteur laisse certaines choses dans le vague, et c'est dommage.

C'est un drôle d'univers, pas autant noir et macabre que ça, car cette population de morts s'avère plutôt vivante. Des fantômes que Nobody peut voir, toucher, parler, comme s'ils étaient des êtres vivants, normal avec ça qu'il ne craint pas la mort. Nous avons des morts de toute époque, mais surtout de l'époque victorienne, nous avons une sorcière, des goules se donnant des noms de gens célèbres qui m'ont paru un peu fofolles. Nous avons Silas, nous avons Miss Lupescu, un Chien de Dieu (lycantrophe, apparement), nous avons quelques vivants. J'ai adoré lire les phrases sur les pierres tombales, certaines étaient drôles ('Machin, morte le ..., jeune fille irréprochable. Lecteur, puisses-tu en dire autant'). Ce monde plutôt macabre et pas-si-glauque-que-ça m'a fasciné, autant que ses habitants qui vivent en démocratie dans le cimetière, ils sont attachants et drôles pour la plupart, pour des morts, ils sont étonnamment vivants. L'histoire est savoureuse (j'ai adoré les scènes où des fantômes se mobilisaient pour faire l'école à Nobody et certains ne comprenaient pas pourquoi il n'arrivait pas à disparaître, comme eux, et les cours qu'ils donnent sont si différents de ce qu'on apprend, de ce qu'on a), l'écriture de l'auteur est appréciable, on ne tombe pas dans le grotesque, les situations sont bien amenées et plausibles, avec un rythme soutenu qui fait qu'on a pas le temps de s'ennuyer, l'intérêt reste en éveil. Rien d'étonnant, après tout, j'ai toujours pensé que les britanniques avaient un don pour raconter des histoires pour enfants, qui allaient dans l'étrange, dans le fantastique.

La fin m'a fait un peu mal au cœur et m'a fait pensé à Peter Pan : Nobody, ou Bod, grandit, et au fur et à mesure qu'il quitte le monde de l'enfance, il voit moins les morts et eux-mêmes se conduisent différemment avec lui bien qu'ils conservent leur affection pour ce vivant qu'ils ont accueillit et aimé. C'est Silas qui lui conseillera... eh bien, de vivre, tout simplement. C'est une histoire pittoresque, agréable, elle se laisse lire à tout âge et ça me donne envie de découvrir plus Neil Gaiman. Et puis aussi, la couverture est très jolie, elle attire le regard et donc le lecteur, j'aime beaucoup, elle a un style très beau esthétiquement et qui a un certain charme.

Extrait : 

Ils la connaissaient, ceux du cimetière, car chacun d'entre nous, à la fin de ses jours, rencontre la Dame au cheval blanc, et nul ne l'oublie.
Le cheval s'arrêta près de l'obélisque. A l'est le ciel blanchissait légèrement, une luminescence nacrée d'avant l'aube qui mettait ceux du cimetière mal à l'aise et leur donnait envie de regagner le confort de leur logis. Pourtant aucun d'entre eux ne bougea. Ils regardaient la Dame au cheval blanc, et tous étaient mi-excités, mi-effrayés. Les morts ne sont pas superstitieux en général, mais ils la regardaient comme un augure romain aurait scruté les cercles de corbeaux sacrés, à la recherche de la sagesse, à la recherche d'un indice.
Et elle leur parla.
D'une voix semblable au carillon de cent minuscules clochettes d'argent, et elle prononça ces simples mots :
- Les morts doivent être charitables.
Et elle sourit.
(...) Le sujet était clos, et, sans même un vote à main levée, la décision fut prise. L'enfant Nobody Owens serait nommé citoyen libre du cimetière.


Chapitre un. Comment Nobody vint au cimetière.